Emma Walmsley, l’audacieuse

La directrice générale de GSK n’hésite pas à prendre les mesures qui s’imposent pour insuffler un nouveau souffle au géant pharmaceutique. Les résultats sont au rendez-vous.

La directrice générale de GSK n’hésite pas à prendre les mesures qui s’imposent pour insuffler un nouveau souffle au géant pharmaceutique. Les résultats sont au rendez-vous.

La directrice générale de GSK, Emma Walmsley, n’a pas peur d’affronter les problèmes. Le cours de l’action du groupe n’ayant que peu augmenté sur une période prolongée, Emma Walmsley a engagé un remaniement profond de l’entreprise. Cela s’est traduit par la scission de la division santé grand public, qui a fusionné avec celle de Pfizer l’année dernière. Cette évolution a représenté un vrai coup de pouce pour les actionnaires, les actions de la société ayant augmenté de 7 % lorsque l’accord avec Pfizer a été annoncé pour la première fois. Il a été indiqué que la coentreprise générerait des économies annuelles totales de 500 millions de livres sterling d’ici à 2022.

Acquisitions stratégiques

Le rapprochement avec Pfizer est intervenu à la suite de la décision de GSK de racheter à Novartis sa participation dans leur coentreprise de santé grand public pour 13 milliards de dollars, prenant ainsi le contrôle total de l’entreprise. Cela faisait partie de la stratégie d’Emma Walmsley visant à améliorer les performances concurrentielles à long terme du géant pharmaceutique - donner la priorité aux programmes de R&D a représenté un élément clé de celle-ci. Suivant cette même approche, GSK a conclu l’acquisition de Tesaro, une société spécialisée dans l’oncologie et basée à Waltham, Massachusetts, pour 5,1 milliards de dollars.

Emma Walmsley est vue comme ayant pris une série de mesures audacieuses afin d’insuffler un nouveau souffle à l’entreprise, mais les risques étaient calculés. Le rapport annuel 2019 de la société montre que les ventes du groupe ont augmenté de 10 % pour atteindre 33,8 milliards de livres sterling. Emma Walmsley a réussi son grand pari sur l’innovation : les nouveaux produits ont entraîné une forte augmentation des ventes, le vaccin contre le zona Shingrix de GSK ayant généré un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de livres sterling. Dans le domaine respiratoire, les ventes de Trelegy et Nucala ont connu une augmentation notable, tandis que les médicaments contre le VIH Dovato et Juluca ont représenté 422 millions de livres sterling.

2019 a été une année charnière pour l’entreprise compte tenu des efforts d’Emma Walmsley pour faire du pipeline de R&D la pierre angulaire de la relance de GSK.

2019 a été une année charnière pour l’entreprise compte tenu des efforts d’Emma Walmsley pour faire du pipeline de R&D la pierre angulaire de la relance de GSK. La société a obtenu trois autorisations majeures, huit dépôts réglementaires pour de nouveaux médicaments et six résultats positifs pour ses actifs dans des études pivots ; elle a également fait progresser quatre nouveaux actifs dans des études cliniques.

Vaccin contre le Covid-19

Dans son rapport annuel de 2019, GSK a déclaré qu’au total 39 médicaments et 15 vaccins étaient en cours de développement clinique, et qu’elle prévoyait en 2020 « au moins six approbations potentielles de produits ». Début 2020, GSK a conclu un accord novateur avec le Bill & Melinda Gates Medical Research Institute pour développer le vaccin destiné aux pays à faible revenu. Entre-temps, en février 2020, afin de contribuer à la réponse mondiale à l’épidémie causée par le coronavirus (SRAS-CoV-2), GSK a noué des collaborations avec la CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations) - ainsi que d’autres institutions et entreprises - mettant à disposition sa technologie d’adjuvant pour la mise au point d’un vaccin.

Par ailleurs, en 2019, la représentation féminine au sein de l’organisation a augmenté et GSK a été reconnue par Stonewall, le groupe de défense des droits des LGBT+, comme un employeur mondial de premier plan.

À l’instar de beaucoup d’entreprises, GSK a été touchée par le coronavirus - les ventes au deuxième trimestre 2020 ont chuté de 3 % totalisant 7,6 milliards d’euros, tandis que le bénéfice par action est tombé à 19,2 pence, soit moins que les 20,1 pence prévus par les analystes. Toutefois, selon les indications d’Emma Walmsley, les fondamentaux de l’entreprise semblent solides et l’accent mis sur la R&D devrait porter ses fruits. L’entreprise prévoit que "de multiples options seront nécessaires pour prévenir et traiter le COVID-19" et elle travaille à la mise au point d’éventuels vaccins avec adjuvant. En outre, la décision de procéder à des investissements stratégiques dans les technologies de vaccins et d’anticorps de la prochaine génération - en partie grâce à une collaboration avec CureVac - semble être la preuve du bon discernement d’Emma Walmsley.

Ben Cook, traduit de l'anglais

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants France et International 2021

Pour la quatrième année consécutive, Décideurs publiera en septembre son classement des 100 Meilleurs Dirigeants France et international. Un palmarès inédit qui couvre les différents secteurs de l’économie et les cinq continents. Découvrez dès cet été les premières personnalités qui ont tiré leur épingle du jeu.
Sommaire

retrouvez l'intégralité du dossier Les 100 meilleurs dirigeants France et International 2020

Pour la troisième année consécutive, Décideurs publie son
classement des 100 Meilleurs Dirigeants France et international. Un palmarès inédit qui couvre les différents secteurs de
l’économie et les cinq continents.
Sommaire
Alibaba à la conquête des marques

Alibaba à la conquête des marques

Michelle Lau, co-directrice d’Alibaba Group en France, est en charge de la stratégie retail d'Alibaba et des partenariats avec les marques. Elle revie...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur dédié au supercalcul"

P. Notton (SiPearl) : "Nous sommes les seuls, au niveau mondial, à développer un microprocesseur déd...

Spécialiste du semi-conducteur depuis plus de 25 ans, après avoir travaillé notamment chez STMicroelectronics et Atos, Philippe Notton a fondé SiPearl...

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

François Jackow, nouveau père de famille pour Air Liquide

En juin, le quinquagénaire issu du groupe en prendra la direction générale, tandis que l’actuel PDG, Benoît Potier, est appelé à conserver la présiden...

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Réseaux féminins en entreprise, un vrai levier professionnel ?

Les réseaux féminins ont le vent en poupe et ne cessent de se multiplier. À l’heure des lois Copé-Zimmerman et Rixain, la question de leur utilité se...

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

La France manque de profs de maths : pourquoi c'est grave

Le saviez-vous ? Les jeunes Français seraient devenus les plus mauvais en maths parmi les pays développés. À la clé, des conséquences pour notre souve...

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Covid, Ukraine : les entreprises investissent massivement dans la digitalisation

Pour faire face aux vents contraires, les grandes sociétés françaises devraient investir cette année 174,9 milliards d’euros dans leur transformation...

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

Wilfrid Lauriano Do Rego : réussite à la française

C’est un homme connu pour son humanité que les associés de KPMG France ont élu à la tête de leur conseil de surveillance en 2019. Une homme engagé, au...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message