E. Lepoutre (Emeric Lepoutre & Partners) : "L'efficacité dans la discrétion, secret de longévité des patrons"

E. Lepoutre (Emeric Lepoutre & Partners) : "L'efficacité dans la discrétion, secret de longévité des patrons"
Emeric Lepoutre, fondateur d'Emeric Lepoutre & Partners.

En février, le conseil d’administration d’Engie a décidé de ne pas renouveler le mandat de sa directrice générale. L’action des dirigeants mais aussi celle des administrateurs sont régulièrement évaluées. Sur quoi ces analyses sont-elles fondées ? Éléments de réponses.

Décideurs. Qui contrôle l’action des dirigeants ?

Emeric Lepoutre. Les dirigeants sont évalués par le conseil d’administration, son président, le comité des nominations et des rémunérations ainsi que le comité de gouvernance, qui examinent si les objectifs fixés annuellement sont atteints. Ils sont jugés sur leur performance (croissance du résultat net, réalisation d’acquisitions, etc.), sur leurs qualités managériales ainsi que sur leur capacité à retenir et attirer des talents. Ils doivent par ailleurs savoir interagir à la fois avec bon sens et sens politique avec les actionnaires et le conseil d’administration. Et depuis quelque temps, leurs politiques de diversité et de RSE se sont également greffées à ces critères.

Les conseils d’administration sont eux-mêmes évalués, comment cela se passe-t-il ?

Le code Afep-Medef et le Haut comité de gouvernement d’entreprise (HCGE) recommandent une évaluation des conseils tous les ans en interne et tous les trois ans par des consultants externes. Le processus dure en moyenne deux mois et je rencontre chaque administrateur environ deux heures. Les questions portent sur le fonctionnement du conseil, de ses comités, sur le mode de gouvernance, le processus de réflexion sur la stratégie. S’il y a parfois des réponses « politiquement correctes », je remarque que la langue de bois est écartée à la fois par les administrateurs les plus anciens et les administratrices les plus jeunes.

À votre avis, pourquoi la directrice générale d’Engie n’a-t-elle pas été renouvelée ?

Il y a deux façons d’analyser la situation. Ceux qui ne connaissent pas le dossier estiment que « c’est une injustice faite à une femme ». Ceux qui connaissent le dossier disent que « si cela avait été un homme, il aurait peut-être été remplacé plus tôt ». Les objectifs financiers et opérationnels n’étaient d’une part pas tous atteints, selon le conseil d’administration, et elle s’est d’autre part, à mon sens, tiré une balle dans le pied, notamment mi-décembre en accordant une interview au Figaro où elle affirmait craindre « que l’État (ne) démantèle Engie », ce qui n’était pas du tout le cas. On ne peut pas jouer à la politique de la terre brulée avec 160.000 familles de salariés lorsqu’on est en responsabilité. Et ce n’est pas non plus servir la cause des femmes que de dire qu’Isabelle Kocher a été évincée à cause de son genre, comme l’aurait dit Françoise Giroud à sa façon en son temps. D’ailleurs, il y a plusieurs dirigeantes de très haut niveau qui peuvent assurer la relève. Notre pays ne manque pas de talents au féminin, numéros 1 inclus. Reste à savoir si l’évaluation du fonctionnement du conseil d’administration qui a été réalisée avant ces événements avait identifié ces dysfonctionnements. D’où l’utilité d’une évaluation professionnelle, constructive et courageuse.

Est-il plus facile pour un dirigeant d’opérer dans une société détenue partiellement par l’État ?

L’agenda et le calendrier de l’État ne sont pas toujours les mêmes que ceux des dirigeants d’une société sous contrôle étatique (totalement ou même partiellement). D’une part (jusqu’à 2017) ce n’était pas dans son ADN d’être un entrepreneur. Par ailleurs, les interlocuteurs - de Bercy à Matignon, en passant par l’Élysée - sont démultipliés - ce qui complexifie les processus de décision. Cela dit, dans le cas d’Engie, estimer que l’État était en faveur d’un démantèlement et contre la politique de transition écologique du groupe est faux. Un tel démantèlement n’a jamais été envisagé par l’État, et par ailleurs, si Engie a pu opérer cette transition écologique c’est bien parce que l’État, détenteur de 23 % du capital, l’avait soutenue.

Quel est le secret de longévité de certains leaders ?

C’est avant tout l’efficacité dans la discrétion. Ce sont aussi des patrons (hommes ou femmes) qui font preuve de loyauté envers les actionnaires, le conseil d’administration et les collaborateurs. Des personnes à la fois pleines d’humanité et de sang-froid qui savent agir avec panache et courage en période de crise. Et sans cesse visionnaires sur les changements stratégiques à réaliser.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier RH & Management : les grands stratèges

Leurs professions suscitent autant le fantasme que la crainte. Mais, les chasseurs de têtes et les cabinets de conseil en stratégie et ressources humaines règnent désormais en maîtres sur l’univers RH. Qui sont ces personnalités qui font et défont les comités de direction et murmurent à l’oreille des puissants ?
Sommaire C. Tellier (Beyond & Associés) : "Je suis un vieux startuper" Chasseurs de têtes : les experts Hymane Ben Aoun, l’orpailleuse du recrutement digital Conseils RH et Management : les bâtisseurs La success story de Matthieu Courtecuisse A.Feld (LHH) : "Être utile et me rendre inutile" É.Beaudouin (Oasys): " “Sois lucide”, voilà mon conseil aux personnes en transition" Ils murmurent à l'oreille des Codir Raymond Soubie, l'éminence grise
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message