Elizabeth Gaines, une volonté de fer

À la tête de Fortescue Metals Group depuis 2018, Elizabeth Gaines dirige de main de maître l’une des plus grosses compagnies minières mondiales. Parmi les défis à relever, satisfaire la demande croissante tout en prenant en compte les enjeux environnementaux.

© Dmitry Kalinovsky

À la tête de Fortescue Metals Group depuis 2018, Elizabeth Gaines dirige de main de maître l’une des plus grosses compagnies minières mondiales. Parmi les défis à relever, satisfaire la demande croissante tout en prenant en compte les enjeux environnementaux.

Entrée chez FMG en 2013 en tant que directeur non exécutif, Elizabeth Gaines prend les rênes de la direction financière en février 2017 avant d’être nommée CEO un an plus tard. En 2019, la dirigeante est classée deuxième Businessperson of the Year du magazine Fortune, derrière le PDG de Microsoft, Satya Nadella. Sous sa direction, le quatrième producteur de minerai de fer mondial – après Vale, Rio Tinto et BHP –, a vu son cours de Bourse progresser de 400 % en trois ans et demi, passant de 5 à 25 dollars australiens.

Après avoir œuvré dans plusieurs secteurs, ce n’est sans doute pas un hasard si Gaines se retrouve à gérer des mines dans la région de Pilbara, au sud de Kimberley. C’est en effet dans cette zone du nord de l’Australie-Occidentale que naît Elizabeth en 1963. Fille du directeur de l’école locale, et seule écolière « blanche » de sa classe, la petite Liz passe son enfance à Halls Creek, aux abords nord du Grand Désert de sable. La nature et l’immensité du paysage constituent son terrain de jeu.

La musique est une affaire de famille chez les Gaines : sa mère joue du piano, son père de la guitare. À onze ans, suivant les traces de sa sœur Alison au violon puis de son frère Bruce au tuba, Elizabeth gagne une bourse d’études musicales à la très sélective Perth Modern School. Son instrument de prédilection : le cor d’harmonie. Plus tard, la cadette Jo perpétuera la tradition en entrant dans cet établissement scolaire réputé. Au trombone.

"Il s'agit de se débrouiller, de retrousser ses manches et de ne pas faire sa princesse" 

Cette période a engendré, selon les dires d’Elizabeth, une approche disciplinée des études et posé les bases d'une éthique de travail qui lui a bien servi au cours de sa vie professionnelle. "Il s'agit de se débrouiller, de retrousser ses manches et de ne pas faire sa princesse", précise-t-elle. S’éloignant du souffle musical, et son diplôme de commerce en poche, Elizabeth voyage en Europe et travaille quelques années en banque d’investissement à Londres. De retour en Australie, elle poursuit sa carrière en banque sur des fonctions de trésorerie en suivant en parallèle un Master Finance à l’Université Macquarie de Sydney.

Ce sera le début d’une chevauchée fantastique à des postes de haut niveau. De directions financières ou opérationnelles en conseils d’administration ; de Perth à Sydney, en passant par Londres ; de la construction et des infrastructures aux services financiers ou au tourisme… s’ensuivent une vingtaine d’années brillantes durant lesquelles Gaines fait ses preuves en matière de leadership avant de rejoindre FMG en 2017.  "J'ai appris très tôt que la diversité est vraiment la clé du leadership et du succès", explique-t-elle, justifiant non seulement son parcours varié mais également les équipes qu’elle dirige.

"J'ai appris très tôt que la diversité est vraiment la clé du leadership et du succès"

Aujourd’hui, ses priorités stratégiques au sein de FMG concernent la diversification des activités et la transition énergétique. La production et l’utilisation d’hydrogène en Australie-Occidentale ainsi que celles d'autres minéraux tels le cuivre et l'or en Amérique du Sud font partie des options en cours d’exploration ou de développement.

Dans le même temps, Elisabeth Gaines mène activement des projets liés au changement climatique. En mars 2021, FMG a annoncé un objectif de réduction des émissions des opérations pour atteindre la neutralité carbone d'ici à 2030. Pour cela, l’entreprise d'énergie verte 100 % renouvelable créée en 2020 par FMG (Fortescue Future Industries) servira de catalyseur pour un avenir minier durable.

Enfin, Elizabeth Gaines aura à cœur de plonger dans ses lointains souvenirs en terre aborigène pour composer avec les populations indigènes avec lesquelles le groupe est en conflit. Souvent, exploitation minière et jardinage ne font pas bon ménage.

Marc Munier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte