Efeso Consulting : "Pour s’internationaliser, il faut être solide sur son marché d’origine"

Efeso mise sur la croissance interne mais aussi externe pour se
développer. Résultat : le groupe international de conseil enregistre une hausse de plus de 27 % de son chiffre d’affaires sur
cinq ans. Ses co-CEO, Bruno Machiels et Luca Lecchi, reviennent sur les étapes de ce parcours.

Efeso mise sur la croissance interne mais aussi externe pour se développer. Résultat : le groupe international de conseil enregistre une hausse de plus de 27 % de son chiffre d’affaires sur cinq ans. Ses co-CEO, Bruno Machiels et Luca Lecchi, reviennent sur les étapes de ce parcours.

Décideurs. Pouvez-vous nous parler de vos activités ?

Bruno Machiels. Efeso est un groupe international qui aide les entreprises industrielles à améliorer rapidement et de manière durable leurs performances dans un monde qui change. Pour ce faire, nous disposons d’une activité de conseil et, depuis quelque temps, nous développons des outils digitaux. Nos clients – qui vont de l’entreprise de taille moyenne au grand groupe – sont essentiellement industriels et issus de trois grandes catégories : food, chimie et pharma ; automobile, aérospatiale et défense ; infrastructures de transport, ports et aéroports.

Luca Lecchi. Nous travaillons sur l’optimisation de la chaîne de valeur à travers trois dimensions, qui permettent d’activer tous les leviers : l’amélioration des process, que ce soit en optimisant les existants ou en partant d’une feuille blanche. Notre mission consiste à aider les entreprises à choisir la meilleure option au regard des coûts et des bénéfices. Ensuite, nous prenons en compte les aspects humains car il est nécessaire que les projets suscitent l’adhésion des dirigeants et des collaborateurs. Il y a également la dimension digitale. Les outils que nous développons sont une opportunité supplémentaire pour nos clients d’optimiser leur performance.

Quelles ont été les grandes étapes de votre croissance ?

L.L. L’accélération de notre croissance a eu lieu à partir de la fin des années 1990. Le premier levier était géographique. Nous avons suivi quelques clients à l’international et nous sommes installés progressivement dans les différents marchés. Tout en recherchant des sociétés complémentaires à la nôtre, tant en termes de secteurs couverts que d’offres proposées. Tout cela alimente notre croissance organique : une fois que vous avez créé votre réseau, vous avez la possibilité de développer votre business et d’avoir une offre de plus en plus étendue. Nous avons ensuite commencé à rajouter d’autres relais, notamment celui de l’innovation

"Notre croissance se base sur la qualité du travail et le bouche-à-oreille"

B.M. Notre croissance se base sur la qualité du travail et le bouche-à-oreille. Nous avons aussi mis en place le programme "join". Nous proposons à des entrepreneurs de racheter leur société en partie en cash et de réinvestir le reste dans Efeso, qui rachète ensuite des sociétés de conseil ou des outils digitaux pour croître. C’est ainsi que ma propre entreprise, active en Belgique, Empact a rejoint le groupe. Nous avons aussi acquis il y a plus d’un an le leader en Allemagne du conseil à l’industrie, ROI.

Et pour la partie digitale ?

L.L. Nous avons fait l’acquisition d’une start-up en 2017, puis en 2019 d’une société au Brésil, qui proposaient des embryons de produits digitaux. Nous les avons développées, adaptées pour les vendre à nos clients mais aussi pour de nouveaux qui pourraient un jour devenir clients de nos activités de conseil par ce biais. Quels sont les prérequis pour réussir son internationalisation ?

B. M. Il faut être assez solide dans son marché d’origine, ne serait-ce que pour être en capacité de financer cette croissance. Il faut avoir des clients qui disposent d’activités à l’international. Nous suivons des entreprises pour mettre en place des programmes. C’est à ce moment-là que nous rencontrons des partenaires locaux. Il faut ensuite fournir un vrai travail d’analyse pour savoir si ces partenaires répondent à toute une série de facteurs qui pourrait en faire une cible potentielle d’acquisition : leurs qualités, leur présence sur leur marché, la valeur ainsi que la personnalité des personnes, etc.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les leaders de la croissance 2021 - France et Europe

Pour son édition 2021,
Décideurs a sélectionné
les 1  000 entreprises
ayant enregistré les
plus belles croissances
entre 2015 et 2019.
La France, et plus
généralement, l’Europe
abritent de très belles
réussites à (re)découvrir
dans ce dossier.
Sommaire L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver" Relais Vert : retour sur un ecosystème gagnant Entreprises françaises à très forte croissance. Quel est leur secret ? Ces entreprises russes peu connues à très forte croissance 2CFinance, "Nous anticipons les besoins, les problématiques et les enjeux de nos clients" P-M Relecom (Relecom & Partners) : "Quand on s'internationalise, il faut intégrer la différence culturelle" G. Reboul (Reboul & Associés) : "Chaque deal est différent" J-L. Mentior (M5) : "La croissance de 2020 va prendre la forme d'un K" F. Lheureux (Ivalua) : "Nous voulons absolument conserver notre esprit start-up"
Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte