Édito. Woke in progress

Censure, réécriture de l’histoire, menaces et harcèlement contre qui pense autrement, certitude de détenir une vérité absolue, lutte contre toute forme d’esprit critique, exaltation de la race… Voici les caractéristiques d’un régime totalitaire ou théocratique. Il s’agit pourtant d’une idéologie qui agit au nom de la tolérance. Le nom de cette nouvelle secte de fous furieux ? Les "woke", soit les éveillés.

Censure, réécriture de l’histoire, menaces et harcèlement contre qui pense autrement, certitude de détenir une vérité absolue, lutte contre toute forme d’esprit critique, exaltation de la race… Voici les caractéristiques d’un régime totalitaire ou théocratique. Il s’agit pourtant d’une idéologie qui agit au nom de la tolérance. Le nom de cette nouvelle secte de fous furieux ? Les "woke", soit les éveillés.

Connaissez-vous le mouvement woke ? Indice : cela n’a aucun rapport avec la poêle asiatique. Dérivé du verbe anglais to wake (se réveiller), ce terme désigne les belles âmes prêtes à combattre toutes formes d’injustices qui pèsent sur les minorités, qu’elles soient ethniques, sexuelles ou religieuses. De prime abord, rien à redire. Les adeptes du "wokisme", particulièrement véhéments dans les pays anglo-saxons, partent d’un postulat très simple : nous sommes dans le camp du Bien, ceux qui pensent différemment doivent être écartés du débat public. Et, soyez-en sûr, il suffit d’un rien pour subir le courroux de ces nouveaux inquisiteurs qui gagnent peu à peu du terrain. Ce début d’année en est la preuve. Désormais, Les Aristochats, Peter Pan et La Belle et le Clochard sont interdits aux enfants sur la plateforme Disney+. Motif ? Racisme. En Grande-Bretagne, l’université de Leicester vient de remplacer l’étude de la littérature médiévale par des modules sur « la race et la sexualité » afin de se « décoloniser ». Celle de York a supprimé de son site le symbole bouddhiste des trois singes de la sagesse pour éviter d’être accusée d’intolérance, ces primates constituant, selon elle, un stéréotype racial oppressif. Ces actes sont loin d’être isolés et un édito entier ne suffirait pas à recenser l’ensemble des « victoires » de ces illuminés. Citons toutefois deux exemples venus d’outre-Atlantique : à partir de 2024, les films ne comptant pas un certain quota de LGBT ou de minorités visibles ne pourront concourir à la cérémonie des Oscars (fini les films sur le Japon ou les Vikings donc…). Enfin, il y a quelques mois, un professeur de l’Université de Californie a été suspendu pour avoir refusé de surnoter des élèves afro-américains.

L'autoprocalmé camp du Bien s'inspire du totalitarisme et des théocraties les plus arriérées 

En somme, au nom de la lutte contre l’oppression supposée, il faut censurer, bannir, interdire tout débat, et réécrire l’histoire. Dans le viseur : les enfants, la culture et l’enseignement supérieur. La ressemblance avec le totalitarisme ou les théocraties les plus arriérées est frappante. Car les « woke », eux aussi, cherchent à formater dès le plus jeune âge et à remodeler le passé selon leurs propres standards. Pour quel type de société ? Un monde dans lequel une minorité radicalisée cherche à imposer sa vision (et y parvient peu à peu). Un monde où chacun est enfermé dans une case raciale ou sexuelle et ne peut en sortir. Un monde où l’accès au savoir et au débat est restreint. Un monde où l’émotion et l’indignation prennent le pas sur la raison. Oui, mais il paraît que c’est pour notre bien. Décidément, le nouveau progressisme à la sauce US a un arrière-goût bien rance.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

JF. Bohnert (PNF) :  "Notre intervention ne doit pas s’apparenter à une double sanction"

JF. Bohnert (PNF) : "Notre intervention ne doit pas s’apparenter à une double sanction"

Quelle est la vision de la justice de Jean-François Bohnert qui, depuis octobre 2019, est à la tête du Parquet national financier (PNF) ? Réponse dans...

Procès Sarkozy. Jean-François Bohnert, un "humaniste" à la tête du PNF

Procès Sarkozy. Jean-François Bohnert, un "humaniste" à la tête du PNF

Procureur de la République financier, Jean-François Bohnert figure parmi les personnalités incontournables du droit à retrouver dans notre dossier "Co...

L’animal, un sujet juridique pas comme les autres

L’animal, un sujet juridique pas comme les autres

À l'heure où l’interdiction de la corrida ou des combats de coqs revient au centre des considérations législatives, le débat autour de la création d'u...

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Procès Sarkozy : qui est son avocate Jacqueline Laffont ?

Laurent Gbagbo, Alexandre Benalla, Patrick de Maistre, Jean-Marie Messier, Nicolas Hulot, Charles Pasqua… Jacqueline Laffont est habituée aux procès m...

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

Édito. Vers de nouveaux clivages

Édito. Vers de nouveaux clivages

La fracture entre droite et gauche semble plus vivace que jamais. Mais les questions sociales sont remplacées par des débats sociétaux tels que le bio...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu

Partir de rien et atteindre le sommet à toute vitesse. Le parcours du président de la République comporte quelques similitudes avec celui des rois de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte