Édito. Réforme des retraites, de la confiance en politique

La réforme des retraites est fondamentalement juste. Mais le gouvernement se heurte de plein fouet à une opinion publique qui ne croit plus en sa classe politique.

La réforme des retraites est fondamentalement juste. Mais le gouvernement se heurte de plein fouet à une opinion publique qui ne croit plus en sa classe politique.

Oui, la réforme des retraites, officiellement présentée par le premier ministre Édouard Philippe le mercredi 11 décembre est une réforme de justice sociale. Principaux gagnants : les femmes travaillant à temps partiel, les mères de famille, les agriculteurs et les salariés au Smic qui seront assurés de toucher une retraite de 1 000 euros net. Certes, les bénéficiaires de régimes spéciaux devraient perdre leurs privilèges. Mais ici encore, ce n’est que justice.

Par rapport au projet initial prévu par le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, le gouvernement a « lâché du lest » : élargissement du compte pénibilité au secteur public, règle d’or pour s’assurer que la valeur du point ne puisse pas baisser… Pourtant les mouvements sociaux se poursuivent et les Français continuent globalement à se montrer sceptiques. Pour les anti-réforme, c’est tout simplement parce que le projet est injuste. Pour les pro-réforme, c’est le classique « manque de pédagogie » qui est en cause. La réalité est hélas plus préoccupante.

La chose est cruelle pour le gouvernement, mais la parole publique est désormais discréditée. L’idée même de réforme effraie et braque automatiquement une large partie de la population qui n’est plus habituée à voir un pouvoir exécutif tenir ses promesses. Les « coupables » sont multiples. Nicolas Sarkozy porté au pouvoir en martelant qu’il règlera les problèmes d’immigration et d’insécurité, mais qui réduit les effectifs de police et fait entrer sur le territoire un nombre record d’immigrés. Ou François Hollande qui se fait élire en déclarant que « l’ennemi est la finance » et qu’il sera capable « d’inverser la courbe du chômage ». Puis qui fait voter la loi El Khomri et ne résorbe pas le chômage de masse, bien au contraire. Conséquence, lorsque l’actuel gouvernement promet la « justice sociale », on cherche l’entourloupe.

Autre point préoccupant : sur ces derniers mois, le gouvernement a travaillé dans l’ombre en écoutant les syndicats et les Français lors de nombreux ateliers participatifs. Mais trop peu de ministres ou d’intellectuels ont pris la parole pour expliquer en quoi la réforme était non pas ultra- libérale mais profondément social-démocrate. Certains syndicats vindicatifs ont peut-être eu un trop large accès à la parole par rapport à des personnalités plus pondérées. En somme, prime est donnée à celui qui vocifère le plus fort, que se montre le plus vindicatif, le plus apte à radicaliser la base… Et tant pis pour l’intérêt général.

La colère de Laurent Berger est avant tout une posture

Une situation telle qu’elle a en grande partie incité Laurent Berger à se repositionner en appelant à continuer la grève estimant qu’avec l’instauration progressive d’un âge d’équilibre à 64 ans, le premier ministre avait « franchi la ligne rouge ». Par chance pour la réforme, il est probable que ce coup de gueule soit avant tout une posture. Car en réalité Laurent Berger va plus que plus que probablement continuer à négocier tout se dévêtant de l’image de syndicaliste docile. Ce qui devrait lui permettre d’obtenir des concessions que plusieurs poids lourds de la majorité sont disposés à accorder. Dans une interview à Ouest France, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a notamment déclaré qu’il y aurait « des marges de négociation sur plusieurs aspects de la réforme comme sur la pénibilité ». Le montant des bonus et des malus est n’est pas déterminé. Tout est ouvert et un syndicaliste bon négociateur peut obtenir beaucoup. Laurent Berger étant le seul à négocier de manière constructive avec le gouvernement, il sortira très probablement gagnant de la séquence : salué par ses adhérents, les grévistes, la population et le gouvernement. Un coup de maître…

Lucas Jakubowicz,

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Super League : l’heure du putsch a sonné

Super League : l’heure du putsch a sonné

Coup de tonnerre sur le monde du foot, les "riches" font sécession. Plusieurs grands clubs veulent créer leur propre compétition quasi fermée. À la cl...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Emmanuel Macron candidat des classes moyennes, des seniors et des très jeunes. Marine Le Pen plus que jamais souveraine dans les milieux populaires où...

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Ian Brossat (Ville de Paris) : "Dans la capitale, les prix à la location ont baissé cette année"

Mesures en faveur des classes moyennes, impact de la crise sanitaire sur les prix, choix d’un centre-ville dense… Le communiste Ian Brossat, adjoint a...

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

Stéphane Bancel, PDG de Moderna, fait une entrée fracassante dans le "club" des milliardaires

À la tête de la biotech Moderna depuis près de dix ans, Stéphane Bancel n’a pas attendu la crise sanitaire pour parier sur une technologie qui, en acc...

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Entre 2017 et 2021, l’image de Marine Le Pen s’est dégradée

Pour beaucoup d’observateurs, Marine Le Pen est sur la pente ascendante, au point d’envisager une victoire en 2022. Mais si l’on fait abstraction des...

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Régionales. Manuel Valls, candidat PS en Ile-de-France ?

Le parti socialiste s’apprêterait à "débrancher" Audrey Pulvar. Un nom surprise sortirait du chapeau, celui de Manuel Valls qui retrouverait son parti...

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Confinement, écoles, attestations, vaccins : ce qu’il faut retenir de l’allocution d’Emmanuel Macron

Voici les points essentiels à retenir du discours du président de la République le 31 mars. Objectif : "fixer un nouveau cap", "garder la tête hors de...

Édito. Extrêmes limites

Édito. Extrêmes limites

Fétichisme de la race, censure, courbettes aux théocrates qui ne portent pas la République dans leur cœur : la "nouvelle gauche" se surpasse en ce moi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte