E. Lugassy : "MonBuilding va s’internationaliser à compter de 2020"

Après avoir remporté le challenge start-up Bouygues lors de la dernière édition de VivaTech, MonBuilding s’expose actuellement sur le Mipim Proptech. Rencontre avec Eliane Lugassy, CEO et fondatrice de la start-up qui nous explique son concept et nous dévoile ses ambitions.
Eliane Lugassy, CEO et fondatrice de MonBuilding (©D.R.)

Après avoir remporté le challenge start-up Bouygues lors de la dernière édition de VivaTech, MonBuilding s’expose actuellement sur le Mipim Proptech. Rencontre avec Eliane Lugassy, CEO et fondatrice de la start-up qui nous explique son concept et nous dévoile ses ambitions.

Décideurs. Quelle est la genèse de MonBuilding ?

Eliane Lugassy. J’ai travaillé chez Rothschild & Co où j’ai eu notamment l’occasion d’intervenir sur la transaction de Cœur Défense réalisée par Lone Star. J’ai alors constaté le champ des possibilités pour proposer, via un même outil, un ensemble de services pour davantage coller aux nouvelles attentes des utilisateurs. En parallèle, les opérateurs de coworking ont apporté une première réponse à cette problématique avec des espaces ouverts, le déploiement de nouveaux services et le développement d’outils spécifiques pour les gérer. Forte de ce constat, j’ai créé MonBuilding il y a trois ans. Cette start-up propose une application web et mobile pour améliorer le bien-être et l’expérience des collaborateurs sur leur lieu de travail grâce à une meilleure communication dans l’immeuble, la création d’une véritable communauté et le regroupement des services offerts aux occupants. En parallèle, nous offrons à nos clients directs, à savoir les propriétaires et les gestionnaires d’actifs, un espace de back-office pour animer leurs espaces et avoir accès à des données d’usage, tant au niveau de l’immeuble que des services offerts. Nous avons commencé par lancer notre concept dans les bureaux et les résidences étudiantes avant d’élargir depuis quelques mois notre offre au coworking et au coliving. Aujourd’hui, notre application est déployée dans une centaine d’immeubles. Parmi nos clients, nous travaillons notamment avec Gecina, AEW Europe, MACSF, Vinci Immobilier, BNP Paribas Real Estate et Nexity. Ces deux derniers ont même déployé notre solution au sein même de leurs sièges sociaux. MonBuilding emploie à l’heure actuelle 22 collaborateurs et devrait en compter une trentaine d’ici la fin de l’année.

MonBuilding a remporté le challenge start-up Bouygues lors de la dernière édition de VivaTech. Que représente cette distinction pour votre société ? 

Elle nous donne évidemment de la visibilité. Mais, surtout, elle nous offre la possibilité de participer à un projet qui va fixer les nouveaux standards de l’immeuble du XXIe siècle. En effet, nous aurons la possibilité de collaborer avec Bouygues Immobilier sur le projet Sways à Issy-les-Moulineaux suite à ce concours. Il est crucial pour MonBuilding d’être sollicitée par des promoteurs qui cherchent à innover car cela légitime notre approche.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

Nous allons approfondir nos verticales, en particulier le coworking et le coliving. Et nous comptons nous internationaliser à compter de 2020. Dans un premier temps, nous nous déploierons en Allemagne, en Italie, en Espagne et en Angleterre. Nous commencerons par accompagner nos clients puis nous travaillerons avec les acteurs locaux. Pour financer ce développement, nous utiliserons dans un premier temps les capitaux restants de notre levée de fonds de 2 millions d’euros réalisée en janvier dernier.

Quelles sont vos ambitions à moyen terme ?

D’ici 12 à 18 mois, nous lancerons probablement une nouvelle levée de fonds pour poursuivre notre développement. Et dans les deux ans qui viennent, je suis convaincue que tous les immeubles de plus de 10 000 m² seront dotés d’une application rendant l’expérience utilisateurs fluide et agréable. L’objectif de MonBuilding est d’asseoir sa position de leader sur ce marché. 

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 19 octobre 2020

La veille urbaine du 19 octobre 2020

DeA Capital qui acquiert Le Cap à la Plaine Saint-Denis, le conseil de surveillance d’URW qui rejette le plan des « activistes », la RATP qui teste un...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

La veille urbaine du 16 octobre 2020

La veille urbaine du 16 octobre 2020

Primonial qui signe trois cliniques MCO pour son fonds ESI, Mickaël Nogal qui prend la présidence du Conseil national de l’habitat, Engie à l’heure de...

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

Un consortium d’investisseurs emmené par Léon Bressler et Xavier Niel s’oppose frontalement à la stratégie des dirigeants d’Unibail-Rodamco-Westfield....

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

La veille urbaine du 15 octobre 2020

La veille urbaine du 15 octobre 2020

Sofidy qui signe le 94 avenue de Suffren à Paris 15e, l'opposition du consortium d'investisseurs menés par Léon Bressler et Xavier Niel au plan de la...

Impact environnemental du numérique : les politiques s’emparent du problème

Impact environnemental du numérique : les politiques s’emparent du problème

Les sénateurs Patrick Chaize (LR), Guillaume Chevrollier (LR) et Jean-Michel Houllegatte (SER) mettent sur la table un projet de loi, dans l’optique d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte