E. Herbo (Club MFO) : "Nous sommes ambitieux et souhaitons écrire un nouveau métier"

Récemment arrivé à la tête du Club des Multi-Family Offices (MFO), Edouard Herbo est déterminé à donner un coup de pied dans la fourmilière de la profession. Unir, redéfinir et évoluer, tels sont les maîtres-mots de ce nouveau mandat.
Edouard Herbo, Président Club MFO

Récemment arrivé à la tête du Club des Multi-Family Offices (MFO), Edouard Herbo est déterminé à donner un coup de pied dans la fourmilière de la profession. Unir, redéfinir et évoluer, tels sont les maîtres-mots de ce nouveau mandat.

Décideurs. Quelle est la genèse du Club MFO ?

Edouard Herbo. Le Club a été créé il y a deux ans sous l'impulsion de Laurent Deswarte, cofondateur d'Agami. Les membres fondateurs - Agami, Keepers, Xelis, Family Partners et Letus - souhaitaient rompre avec la solitude de la profession en pleine structuration, ainsi que favoriser les échanges sur tout ce qui n’est pas encore vraiment encore adapté au métier. Les multi-family offices ayant un modèle économique bien particulier, leur positionnement est encore trop souvent mal compris par l’écosystème bancaire et du wealth management. Nous avons souhaité mutualiser nos expériences afin d’évangéliser le métier. Ces dernières années, nous avons beaucoup échangé sur les problématiques réglementaires, les outils informatiques nécessaires à la bonne marche de notre métier ainsi qu’à notre communication. Aujourd’hui, l’idée de cette récente nomination en tant que président du Club est de donner une nouvelle impulsion et d’élargir notre cercle d’adhérents.

Vous avez récemment accueilli un nouveau membre, Pulse, quels critères doivent être partagés pour rejoindre le Club MFO ?

Nous souhaitons élargir notre cercle à 7 ou 8 MFO, représentatifs de la profession et nouvelle génération. Les modèles économiques que nous recherchons reposent sur la rémunération à 100 % honoraires. Ensuite, nous ciblons les structures indépendantes et à taille humaine (à partir de huit ou dix collaborateurs). Être positionné sur la transition numérique de la profession est également un point important. Sur ce point, l’idée est d’échanger sur des standards de communication mais aussi sur des aspects plus techniques tels que le monitoring des actifs, les outils de suivi et d'aide à la décision. Nous sommes ambitieux et souhaitons écrire un nouveau métier.

Quels sont vos axes de travail ?

Dans un premier temps, nous souhaitons développer le Club sur un rythme de deux ou trois nouveaux membres par an, idéalement.

"Nous avons souhaité mutualiser nos expériences afin d’évangéliser le métier"

Ensuite, notre objectif est également d’acquérir et d’accroître une visibilité et un positionnement clair afin d’avoir plus de poids face aux autorités de tutelle. Cela nous permettra de faire avancer les agréments et de dessiner ce qui pourrait être le plus compatible possible avec notre métier. Beaucoup de barrières à l’entrée dans la création d’un multi-family office demeurent, et nous souhaitons justement rendre tous ces processus plus malléables. Cela pourrait susciter des vocations chez certains, voire lancer un mouvement de fraternité entre confrères.

Quel bilan dressez-vous de la présidence de Laurent de Swarte ?

Nous le remercions tous d'avoir été à l'initiative du Club. Il en a été le moteur. C’est un homme de projets, prêt à faire tourner le pouvoir. Je pense qu’il l’a très bien lancé, en mettant tout le monde à l’aise pour échanger entre confrères en toute confiance.  

Le mot de la fin ?

Nous avons un côté "game changer" : nous faisons un métier qui a été abordé par d’autres acteurs mais qui n’avait pas toujours le modèle économique aligné sur les attentes de la clientèle visée. Le fait d’arriver avec un Club impacte les grandes familles qui sont très à l’écoute. Nous voulons enclencher des cercles plus vertueux, travailler sur les sujets d’économie circulaire, l’intégration des critères extra-financiers dans la gestion par exemple. Notre objectif est d’inventer quelque chose qui n’existe pas, de bousculer un secteur trop souvent non aligné avec les intérêts des familles et souvent otage de son modèle économique.

Propos recueillis par Marine Fleury  

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message