E. Duval Galache (Covéa/ORSE) : "Les femmes cherchent à investir sur des secteurs qui ont du sens"

Membre de l’ORSE, l’Observatoire de la RSE, Esperanza Duval Galache, responsable de l’engagement sociétal chez Covéa, et Lydie Recorbet, chargée de missions au sein de l’association, apportent leur éclairage sur une tendance mise en lumière par une étude récemment menée par BNY Mellon Investment Management, le fossé entre l’investissement des femmes face à celui des hommes.
Esperanza Duval Galache, Lydie Recorbet

Membre de l’ORSE, l’Observatoire de la RSE, Esperanza Duval Galache, responsable de l’engagement sociétal chez Covéa, et Lydie Recorbet, chargée de missions au sein de l’association, apportent leur éclairage sur une tendance mise en lumière par une étude récemment menée par BNY Mellon Investment Management, le fossé entre l’investissement des femmes face à celui des hommes.

Décideurs. Si les femmes investissaient autant que les hommes, cela représenterait plus de 3 000 milliards d’actifs sous gestion en plus d’investis. Quels sont les facteurs qui pourraient expliquer cet écart ?

Lydie Recorbet.  L’un des facteurs prédominants et qui explique en partie ce phénomène est la peur du risque et de la prise de risque de la part des femmes qu’on leur a inculquée. Leur place au sein des marchés financiers, notamment dans la profession, est bien plus effacée que celle des hommes. Le fait que, culturellement, les femmes se considèrent et soient considérées comme moins habiles avec les chiffres et, par conséquent, avec l’argent marque l’écart des investissements que met en lumière cette étude. De ce fait, les femmes vont moins vers ces métiers, donc sont d’autant moins jugées compétentes. In fine, leur relation à l’argent s’en ressent. C’est un cercle vicieux. Il est devenu de plus en plus difficile de se faire une place sur le marché de la finance du fait de stéréotypes et d’autocensure.

Quelles sont les thématiques que les femmes privilégient ?

L. R. Leurs investissements sont principalement concentrés dans le domaine du "care" au sens large, avec un attrait sur les questions environnementales, sociales, durables et à impact positif. Les fonds investissant sur les thématiques de la parentalité liée à l’enfance, aux soins, ainsi que les secteurs d’activité liés à la mode et la cosmétique plaisent beaucoup également car elles s’y sentent plus légitimes. 

"Il faut démystifier l’investissement des femmes pour qu’elles se sentent compétentes"

Esperanza Duval Galache. Globalement, les femmes cherchent à investir sur des secteurs qui ont du sens. Par exemple, la MAAF est partenaire de l’événement "Be a boss", qui vient mettre en lumière les cheffes d’entreprises. L’objectif de ces événements est d’accompagner toutes les dirigeantes, notamment dans les métiers du numérique et des start-up car ce sont des secteurs où il y a un déficit de femmes.   

Comment les acteurs de la place financière pourraient-elles agir afin de pousser les femmes à investir davantage ?

E. D. En tant qu’assureur, nous nous plaçons sur l’accompagnement social. Nous apportons une attention particulière aux choix des partenaires et à leurs valeurs. Au sein des investissements, nous agissons au travers de l’intégration des critères ESG, ainsi nous fléchons nos investissements en particulier vers des entreprises socialement responsables, et celles gérées par des femmes en font partie.

L. R. L’un des leviers des investisseurs est d’attirer les femmes sur les domaines qui les intéressent, mais ce n’est que la moitié d’un levier. Il faut également démystifier l’investissement des femmes pour qu’elles se sentent compétentes. La montée en confiance, en compétences, les comprendre, ne pas être dans un sexisme bienveillant. Cela doit se faire dès le plus jeune âge. Nous souhaitons aller vers une optique d’acquérir plus d’autonomie financière et d’indépendance. La déconstruction des stéréotypes est indispensable pour réussir à percer les plafonds de verre.

Propos recueillis par Marine Fleury

 

Pour en apprendre un peu plus :

Les normes masculines en entreprise, Sylviane Giampino et Brigitte Grésy

Les réseaux féminins en entreprise, Hélène Sabatier et Lydie Recorbet 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message