E. Costa : "Les conditions sont réunies pour définir les fondamentaux qui permettront de bâtir le monde du XXIe siècle"

Alors que les commerces sont lourdement impactés par la crise sanitaire, Éric Costa, directeur immobilier du groupe Galeries Lafayette, partage avec Décideurs son analyse de la situation et ses espoirs à moyen terme.
Eric Costa (©Capa Pictures)

Alors que les commerces sont lourdement impactés par la crise sanitaire, Éric Costa, directeur immobilier du groupe Galeries Lafayette, partage avec Décideurs son analyse de la situation et ses espoirs à moyen terme.

Décideurs. La solidarité est le leitmotiv des professionnels de l'immobilier depuis le début du confinement. Comment cela se matérialise-t-il au sein de votre activité immobilière ?

Eric Costa. Quasiment tous nos magasins sont fermés. Outre la protection de nos équipes et de nos partenaires, nous portons également une attention particulière aux fournisseurs en assurant rapidement le règlement des factures. Le groupe Galeries Lafayette a par ailleurs mobilisé ses stocks dans les domaines de l’équipement de la personne et de la maison au profit des hôpitaux qui en avaient besoin. Grâce à notre maillage territorial, cette action a une portée nationale. En parallèle, notre magasin Eataly est resté ouvert à Paris et prépare des plateaux repas pour plusieurs hôpitaux dans la capitale.

Les Galeries Lafayette sont présentes en Chine, foyer d’origine du virus. Cela vous a-t-il permis d’anticiper les actions à mettre en place en France ?

Nous avons effectivement été impactés en Chine et avons dû fermer nos magasins avant la propagation du virus dans le monde entier. Mais le groupe était déjà prêt à affronter une situation comme celle que nous vivons actuellement grâce à son plan de gestion de crise.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous faites actuellement face dans votre activité et comment pourraient-elles être résolues ? 

Nous avons dû arrêter des chantiers, notamment à Pau, Annecy, Bron et à Paris dans l’îlot qui se situe derrière le BHV. Cette situation est également valable pour une partie des travaux de restructuration que nous réalisons dans les bâtiments existants. Certains chantiers ont toutefois pu se poursuivre suite à la mise en place des mesures de sécurité sanitaire nécessaires. Concernant nos relations avec nos bailleurs, nous avons demandé des annulations de loyers dans l’immédiat et des aménagements pour la suite mais nous n’avons pas encore reçu de réponses. Je pense que nous attendons tous de voir comment va évoluer la position du gouvernement sur cette question. La fragilité des commerçants qui souffrent depuis plusieurs années explique leur vive réaction face à ce qu’ils perçoivent comme un manque de solidarité des bailleurs. Mais chacun défend ses intérêts. Et certains propriétaires ont montré des signes de bonne volonté. Ce n’est qu’une question de temps pour qu’un compromis et des solutions soient trouvés afin de créer une dynamique positive. Il serait d’ailleurs intéressant d’organiser des états généraux entre acteurs immobiliers et gouvernement pour tirer les enseignements de cette crise sanitaire, faire évoluer la législation et ainsi préparer une relance vertueuse.

Quel regard portez-vous sur l’action du gouvernement depuis le début de la crise sanitaire ?

J’ai été agréablement étonné par sa capacité d’écoute et de réaction rapide face à une situation inédite. Je trouve paradoxalement l’exécutif meilleur en temps de crise.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie et les grands principes de fonctionnement du secteur immobilier selon vous ? 

Elle va renforcer notre stratégie. Notre groupe couvrant tous les secteurs et toutes les gammes du commerce, nous avons identifié depuis plusieurs années les tendances de fond qui modifient les comportements des consommateurs, les valeurs… Nous avons fait le choix de l’utilité collective à long terme plutôt que la logique alliant productivité et maximisation des profits à court terme. Cela se traduit par une agilité locale qui permet d’éviter les conséquences négatives de la mondialisation. En apportant une réponse adaptée à chaque écosystème, nous contribuons à bâtir une société durable et responsable. A contrario, je pense que les modèles qui reposaient sur un équilibre précaire vont faire face à un phénomène de décompensation. Chacun redécouvre en parallèle l’importance de l’urbanisme et de l’architecture dans nos sociétés. Les conditions sont donc réunies pour engager une réflexion profonde au sein de l’industrie immobilière et définir les nouveaux fondamentaux qui nous permettront de bâtir le monde du XXIe siècle.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
Christel Bories, transformer le minerai en or

Christel Bories, transformer le minerai en or

Patronne d’Eramet depuis l’été 2017, Christel Bories s’est attelée à sortir le groupe minier de la crise et à le désendetter. Saluée pour sa performan...

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Les îlots de chaleur urbains, ou comment dompter la canicule

Sûrement l’un des plus grands défis urbains découlant du changement climatique, les îlots de chaleur urbains mettent en difficulté les villes des quat...

La veille urbaine du 19 octobre 2020

La veille urbaine du 19 octobre 2020

DeA Capital qui acquiert Le Cap à la Plaine Saint-Denis, le conseil de surveillance d’URW qui rejette le plan des « activistes », la RATP qui teste un...

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Affaire Veolia : l’avocat des salariés de Suez prend la parole

Il est celui qui a obtenu la suspension du projet de rachat par Veolia de la participation d’Engie dans Suez. Pour Décideurs Magazine, Zoran Ilic revi...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

La veille urbaine du 16 octobre 2020

La veille urbaine du 16 octobre 2020

Primonial qui signe trois cliniques MCO pour son fonds ESI, Mickaël Nogal qui prend la présidence du Conseil national de l’habitat, Engie à l’heure de...

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

L’opération Westfield, créatrice de valeur ou boulet pour Unibail-Rodamco-Westfield ?

Un consortium d’investisseurs emmené par Léon Bressler et Xavier Niel s’oppose frontalement à la stratégie des dirigeants d’Unibail-Rodamco-Westfield....

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte