E. Cosserat : "L’objectif de notre nouveau plan est de faire passer la capitalisation de Perial AM à 7 Mds€ d’ici 2023"

L'heure du bilan de l'année 2020 a sonné pour les acteurs immobiliers. Celui de Perial s'avère positif. Eric Cosserat, président du groupe, nous explique pourquoi et dévoile sa feuille de route à court et moyen termes.
Eric Cosserat (©D.R.)

L'heure du bilan de l'année 2020 a sonné pour les acteurs immobiliers. Celui de Perial s'avère positif. Eric Cosserat, président du groupe, nous explique pourquoi et dévoile sa feuille de route à court et moyen termes.

Décideurs. Quel a été l’impact en 2020 de la crise sanitaire et des confinements sur votre activité ?

Eric Cosserat. Les collaborateurs du groupe Perial, qui sont passés rapidement en télétravail, ont mobilisé leur énergie autour de deux enjeux principaux : rassurer nos investisseurs et collecter les loyers auprès de nos locataires. Après un premier trimestre favorable en matière de collecte, nous avons bien sûr fait face à un trou d’air au deuxième trimestre. Nous avons connu ensuite une phase de récupération au T3 et l’année s’est finalement bien terminée. En parallèle, nous avons négocié avec nos locataires pour les accompagner au mieux dans cette période. Nos locataires font aujourd’hui et feront demain la performance de nos fonds. En les aidant à traverser cette période difficile nous préservons l’intérêt de nos investisseurs. Ce travail intense a porté ses fruits : nous avons collecté plus de 500 M€ auprès des investisseurs en 2020 contre 530 M€ en 2019, le taux de recouvrement des loyers a approché les 95 % à chaque trimestre et nous avons distribué un dividende moyen en 2020 stable par rapport à celui de 2019. Côté investissements, nous avons signé 815 M€ d’acquisitions d’immeubles localisés dans des métropoles européennes dynamiques (ndlr : dont une partie sera finalisée en 2021) et nous avons arbitré pour plus de 150 M€.

Quels sont les premiers enseignements que vous tirez de cette situation extraordinaire ?

Les SCPI ont montré leur résilience en période de crise. Nous sommes convaincus que l’investissement immobilier conserve de belles perspectives. Sachant que les investisseurs montrent encore de l’appétit pour notre secteur, nous continuerons à prendre position sur les marchés core des grandes métropoles européennes. A contrario, nous constatons un décrochage des marchés périphériques. Nous arbitrerons plus que nous n’investirons dans ces territoires. Concernant les classes d’actifs, nous allons poursuivre notre diversification en axant nos efforts sur l’hébergement géré. Le lancement de notre nouvelle SCPI PF Hospitalité Europe au quatrième trimestre 2020, dont le démarrage est prometteur, s’inscrit dans cette logique. Autre point important, nous allons mettre encore davantage l’accent sur la qualité des localisations des immeubles, sur la solidité des locataires, grâce notamment à un système de notation mis en place avec le concours d’Altares, et sur la qualité de l’offre de services pour offrir les meilleures réponses aux besoins en pleine évolution des occupants des immeubles : nous vivons une période d’accélération dans les transformations des usages et nous devons nous adapter pour continuer à répondre aux attentes des utilisateurs des immeubles tertiaires.

"Nous travaillons sur la définition de notre raison d’être pour traduire notre engagement dans nos statuts."

Comment évolue votre stratégie d’investissement dans ces conditions ?

Le bureau reste une classe d’actifs incontournable. Perial travaille donc quotidiennement sur les réponses à apporter à l’évolution structurelle de ce secteur. Dans cette logique, nous venons d’emménager dans notre nouveau siège à Paris, baptisé « La Factorie by Perial » et nous avons décidé d’en faire une vitrine de nos savoir-faire, notamment en matière de services. Cela nous aidera à proposer les bonnes solutions à nos locataires. En parallèle, notre filiale Perial Asset Management continuera à diversifier ses champs d’investissement en renforçant l’hébergement géré et en prospectant le résidentiel. Nous sommes peu présents en commerce mais nous restons observateurs car nous avons l’intention de capitaliser sur les restructurations à venir dans cette classe d’actifs. La même logique prévaut dans l’hôtellerie. En définitif, nous allons poursuivre notre diversification sectorielle et géographique pour devenir un acteur immobilier paneuropéen de référence, conformément à notre nouveau plan stratégique à trois ans, que ce soit sur le segment core comme celui value-added.

Vous êtes précurseurs en matière de RSE. Quelles sont les prochaines étapes de votre stratégie dans ce domaine ?

Fin 2020, nous avons obtenu la labellisation ISR pour deux de nos fonds, la SCPI PFO2 et la SCI Perial Euro Carbone. Notre objectif est de labelliser l’ensemble de notre patrimoine. En parallèle, nous avons lancé le programme Perial Positive 2030 qui s’articule autour de trois grands piliers que sont le climat, la communauté et le territoire. Nos convictions environnementales, sociales et sociétales sont ancrées dans notre ADN et nous continuerons à les affirmer fortement dans les années à venir grâce à ce programme. Nous travaillons d’ailleurs avec nos collaborateurs, nos actionnaires et nos différentes parties prenantes sur la définition de notre raison d’être pour traduire cet engagement dans nos statuts. Notre objectif est de la faire valider lors de l’assemblée générale du groupe Perial, à la fin du premier semestre.

"Nous développerons notre activité reposant sur la promotion et la restructuration d’immeubles pour répondre à l’obsolescence de certains marchés ou produits"

Vous avez engagé un nouveau plan stratégique depuis quelques mois. Quelles en sont les grandes lignes ?

Le groupe Perial a connu un développement exponentiel ces dernières années, notamment grâce à l’implication de nos équipes. Nous avons également recruté les personnes idoines pour prolonger cette trajectoire d’ici à 2023. En parallèle, nous avons recentré l’activité du groupe Perial en cédant notre activité de property management, devenue non-stratégique pour le groupe. La croissance de l’asset management se poursuivra par la diversification sectorielle et géographique des fonds que nous gérons. Enfin nous développerons notre activité reposant sur la promotion et la restructuration d’immeubles, notamment via notre filiale Perial Développement, pour répondre à l’obsolescence de certains marchés ou produits. Notre objectif est de créer de la valeur pour une clientèle institutionnelle et de family office.

Quels sont les objectifs associés à ce plan stratégique ?  

Le plan stratégique précédent a permis de doubler la capitalisation de Perial en cinq ans. L’objectif du nouveau plan est de passer de 5 à 7 Mds€ de capitalisation pour Perial Asset Management d’ici 2023. Dans ce cadre, nous allons prendre position sur les marchés de la zone euro où ne nous sommes pas encore présents, sachant que nous investissons à l’heure actuelle en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie. La Grande-Bretagne, les pays nordiques et l’Europe de l’Est figurent dans notre scope pour les années à venir. Enfin, outre les objectifs financiers, Perial entend se positionner comme un groupe pionner dans l’accompagnement des mutations structurelles des marchés et dans le déploiement des bonnes pratiques ESG.

Propos recueillis par François Perrigault

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Jarquin, promoteur du bois mais pas seulement

Paul Jarquin, promoteur du bois mais pas seulement

En l’espace d’une dizaine d’années, Paul Jarquin s’est imposé comme l’une des figures de proue de l’interprofession forêt-bois en France. Mais, joigna...

Hydrogène décarboné : la France dans le peloton de tête

Hydrogène décarboné : la France dans le peloton de tête

D’après l’analyse comparative des co-présidents du Conseil national de l’hydrogène, la France est en tête des pays les plus avancés dans la mise en œu...

La veille urbaine du 1er mars 2021

La veille urbaine du 1er mars 2021

La banque privée de La Banque Postale qui s’installe dans La Poste du Louvre, Laurent Musielak nommé CFO de Colliers France, la baisse de volumes du t...

Dans les coulisses du déménagement d’August Debouzy

Dans les coulisses du déménagement d’August Debouzy

Quelques centaines de mètres à peine séparent les locaux historiques d’August Debouzy rue de Messine à Paris et les nouveaux bureaux rénovés de la rue...

La veille urbaine du 26 février 2021

La veille urbaine du 26 février 2021

Le renouvellement de l’équipe d’urbanistes-architectes du projet Gerland à Lyon, les investissements résidentiels qui bondissent de 41 % en 2020… Déci...

Jocelyn de Verdelon nommé head of transactions Europe de PGIM Real Estate

Jocelyn de Verdelon nommé head of transactions Europe de PGIM Real Estate

PGIM Real Estate a annoncé cette semaine plusieurs nominations dans le but de renforcer sa plate-forme européenne et poursuivre sa croissance. Jocelyn...

La veille urbaine du 25 février 2021

La veille urbaine du 25 février 2021

La signature de l'acte de vente pour la réalisation de The Link à La Défense, AEW qui lance une plateforme dédiée à la logistique et aux parcs d’activ...

Le Haut Conseil pour le climat juge le projet de loi sur le climat insuffisant

Le Haut Conseil pour le climat juge le projet de loi sur le climat insuffisant

Le Haut Conseil pour le climat (HCC) a publié un avis en amont du processus législatif qui analyse la contribution du projet de loi à la transition ba...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte