E. Bourgoin (ING), "Les collaborateurs de demain recherchent l’inspiration et non l’encadrement"

Après la bascule en mode agile d’une large partie de son organisation, ING France poursuit sa démarche d’amélioration continue, en travaillant notamment sur son « purpose » un atout pour la marque employeur du groupe, d’après Emeline Bourgoin, sa DRH France.

Après la bascule en mode agile d’une large partie de son organisation, ING France poursuit sa démarche d’amélioration continue, en travaillant notamment sur son « purpose » un atout pour la marque employeur du groupe, d’après Emeline Bourgoin, sa DRH France.

DÉCIDEURS. ING Bank travaille sur sa raison d’être. Pourquoi cet engagement ? 

Emeline Bourgoin. Le groupe ING a défini sa raison d’être depuis quelques années : donner les moyens aux individus d’avoir une longueur d’avance dans leur vie personnelle et professionnelle et incarner la conviction profonde que l’on a dans le potentiel des personnes, que ce soient nos clients ou nos collaborateurs. Actuellement, nous travaillons sur cette raison d’être dans le sens de la loi Pacte

D’un point du vue RH, qu’est-ce que cela change ?
L’essentiel pour nous est d’être en capacité de donner du sens à nos collaborateurs, de concevoir un écosystème sécurisant et bienveillant qui favorise la création et la performance collective au sein d’ING. Notre organisation en mode agile donne l’autonomie et le pouvoir aux collaborateurs de prendre des décisions. La différence avec nos concurrents est cette organisation très plate qui permet plus de flexibilité, encourage la prise d’initiatives et participe à notre attractivité. 

"88% des collaborateurs sont à la fois fiers et engagés au sein d'ING"

Est-ce un atout pour votre marque employeur ?
Oui, cela fait la différence, car le "ING Way of Working" correspond à notre modèle agile. Lors de notre dernière enquête d’engagement effectuée en mai 2020 en France, 88 % de nos collaborateurs étaient à la fois fiers et engagés au sein d’ING et 95 % d’entre eux expliquaient qu’ils ne souhaitaient pas retourner à l’ancienne organisation. Elle a été mise en place en France en 2018, après onze mois de transformation. Son impact sur notre performance est fort. 

Quels programmes mettez-vous en place afin d’attirer les talents ?
Cette année en particulier, nous avons mis en place un programme visant à promouvoir la diversité. Deux initiatives ont également été lancées durant le confinement, l’une souhaitant intégrer d’anciens sportifs, profils chez lesquels nous retrouvons les valeurs de dépassement que nous revendiquons, et l’autre visant à recruter des réfugiés. À l’échelle internationale, nous attirons les jeunes talents grâce à un programme durant lequel ils changeront de pays et de métiers dans le but d’accéder plus tard à des fonctions de direction. Par ailleurs, nous travaillons beaucoup sur l’ "employee advocacy" et pour cela, nous avons fait témoigner nos collaborateurs lors de vidéos. Notre turnover est de 9 %, un chiffre important pour le secteur bancaire, mais inférieur à celui du secteur de la tech auquel nous nous comparons également. Cela s’explique par notre façon de travailler, très reconnue dans ce milieu, conduisant nos concurrents à chasser nos collaborateurs. 

"Notre turnover est de 9%, un chiffre inférieur à celui du secteur de la tech auquel nous nous comparons"

Les attentes des collaborateurs de demain ont-elles changé ?
Oui, nous constatons une recherche de sens prédominante, que ce soit dans l’activité de l’entreprise, de son impact sur la société, que du métier lui-même. Par ailleurs, la notion d’inspiration est importante, nos futurs collaborateurs recherchent l’inspiration et non l’encadrement. Avec le programme Think Forward Leadership, nous avons formé l’ensemble des managers du groupe à devenir des leaders inspirants. Le premier atelier de la formation avait pour objectif de travailler sur sa propre raison d’être. 

Vous qui avez suivi ce programme, quelle est votre raison d’être ?
"To be a role model and find role models that empowered women to become great and not fear their own power to change lives" c’est-à-dire "Devenir un exemple inspirant et être en mesure d’en faire émerger de nouveaux pour donner envie aux femmes de faire de grandes choses en assumant pleinement le pouvoir dont elles bénéficient". 

Propos recueillis par Roxane Croisier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J.-M. Fonteneau (Groupe Rideau), "Faciliter les passerelles et maintenir dans l’emploi les collaborateurs"

J.-M. Fonteneau (Groupe Rideau), "Faciliter les passerelles et maintenir dans l’emploi les collabora...

Les perspectives de croissance n’impliquent pas inéluctablement de renoncer aux valeurs humaines d’une entreprise familiale. La preuve par l’exemple a...

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

I. Calvez (Suez), "Faire vacciner nos personnels essentiels le plus vite possible"

Comment un groupe présent sur cinq continents traverse-t-il la crise de la Covid-19 ? Mènera-t-elle à transformer durablement l’organisation ? Le rega...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de pandémie, comment gérer sa transition professionnelle ?

En période de crise sanitaire, les grands principes de gestion des transitions professionnelles ne changent pas... mais certaines modalités méritent u...

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Joël Grangé, la défense du droit et de ses confrères

Après plus de trente ans de barre, Joël Grangé se dit toujours autant fasciné par la chose juridique et le procès. Redoutable avocat, il met désormais...

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

Quelle place pour les freelances en entreprise ?

La flexibilité du monde du travail renforcée par la crise sanitaire et la remise en question de la relation de travail poussent les entreprises à reco...

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage compétitif "

G.Ravix (Nexity) : " Ne pas investir dans le capital humain c’est risquer de perdre tout avantage co...

Directeur de La Cité, Guillaume Ravix revient sur la transformation de Nexity en organisation apprenante. Ou comment mettre le développement des compé...

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La gestion de l’absence en période pandémique, un sujet d’avenir…

La période du confinement a mis en exergue toute la complexité de la gestion de l’absence dans les entreprises. Elles vont désormais devoir composer a...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte