Du nouveau chez Egon Zehnder

Puissant, influent mais secret...le nom du cabinet de chasse de têtes Egon Zehnder se cache souvent derrière les organigrammes et comités de direction des grandes entreprises. À l’occasion de nominations et arrivées au sein de la filiale française, Raymond Bassoulet, son dirigeant, sort  de son habituelle discrétion pour livrer ses impressions sur le marché, et quelques clés du savoir-faire de la firme.

Puissant, influent mais secret...le nom du cabinet de chasse de têtes Egon Zehnder se cache souvent derrière les organigrammes et comités de direction des grandes entreprises. À l’occasion de nominations et arrivées au sein de la filiale française, Raymond Bassoulet, son dirigeant, sort de son habituelle discrétion pour livrer ses impressions sur le marché, et quelques clés du savoir-faire de la firme.

Un vent de renouveau souffle sur le bureau parisien. Il accueille deux consultants : Frédéric Lepoutre, qui rejoint la practice consumer, et Édouard Murat, celle de l’industrie. Selon les préceptes bien établis de la firme, ils sont diplômés de hautes écoles et n’appartiennent pas au milieu du recrutement. « Contrairement aux autres acteurs du secteur, nous ne recrutons jamais de consultants chez nos concurrents » rappelle ainsi Raymond Bassoulet. Les deux nouvelles recrues ont été dénichées au sein de grands groupes : Google pour Édouard Murat, Pernod Ricard en ce qui concerne Frédéric Lepoutre.

Parallèlement à ces arrivées, la gouvernance évolue. Alban Hétier, un ancien de chez Mc Kinsey qui pilote le pôle Life Sciences du cabinet, est élu associé. Marie Baudron, qui avait elle aussi débuté sa carrière au sein du conseil en stratégie, et dirige le pôle finance d’Egon Zehnder à Paris, est pour sa part nommée membre du conseil d’administration du cabinet. 

Long terme

Le précepte est connu : quand le marché est florissant, il convient de se structurer et d’anticiper sur l’avenir. « On le sait, le marché est cyclique, confirme Raymond Bassoulet. C’est lorsqu’on est en position favorable qu’il faut trouver des relais de croissance. »

Le marché du recrutement est en effet plus que porteur. Une multiplicité de facteurs explique ce dynamisme pour le dirigeant : l’évolution du PIB, la réforme des retraites, mais aussi «la montée en puissance des comités de nominations qui se sont fortement professionnalisés, considère-t-il, ainsi que celle des sociétés de private equity qui ont un fort degré d’exigence sur la qualité de leurs ressources humaines au sein de leurs portefeuilles de participations ».

Savoir-faire

Dans ce contexte, le chasseur de têtes souligne que le temps s’accélère, et qu’il faut mener à bout les missions de plus en plus vite...sans toutefois remettre en question ce qui constitue le savoir-faire et l'approche "haute couture" qui constitue la signature d'Egon Zehnder. « Au-delà des évaluations approfondies que nous menons et qui ne sont pas le juge de paix ultime, les recommandations que nous émettons sont étayées par de multiples contacts, précise en effet Raymond Bassoulet. Nous suivons les parcours sur de nombreuses années et multiplions les interactions avec leur environnement professionnel, explique-t-il. Souvent nous disposons d’une quinzaine de sources d’information pour un profil donné ». Un travail de fourmi autant que d'orfèvre.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des personnalités"

G. Payen, F. Chapus (EIM), "Les comités de direction ont été mis à rude épreuve, révélant des person...

La crise va impacter durablement chacune des fonctions de l’entreprise. Florent Chapus et Guillemette Payen, associés du cabinet EIM, leader européen...

Marché du recrutement : Décideurs a mené l'enquête

Marché du recrutement : Décideurs a mené l'enquête

Parvenue au tiers de son enquête pour la mise à jour du guide consacré aux systèmes de rémunération et stratégies de recrutement, l’équipe de Décideur...

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

L. Helouet et B. Janicek (Club XXIe siècle), "Il faut faire avancer la diversité par le pragmatisme"

À la fois think tank et do tank, le Club XXIe siècle promeut depuis sa création en 2004 une vision positive de la diversité et de l’égalité des chance...

Intéressement, participation : le partage en question

Intéressement, participation : le partage en question

Souhaité par le gouvernement de Jean Castex, le débat autour de l’intéressement et de la participation dépasse la question de la seule redistribution....

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

Jeunes diplômés : pourquoi l’entreprise d’après ne se construira pas sans eux

La contraction du marché de l’emploi va résoudre la problématique attractivité et fidélisation des jeunes diplômés dans les entreprises. À plus long t...

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comités de direction"

P. Berton (Maestrium) : "La crise représente un stress test grandeur nature de la solidité des comit...

En tant qu’Associé de l’agence de management de transition Maestrium, Philippe Berton côtoie autant de situations de crise que d’enjeux de croissance...

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

La qualité de travail à la maison, un nouveau défi pour les entreprises

Les risques psychosociaux et les maux liés à des conditions de travail bouleversées constituent peut-être la troisième ou quatrième vague dont personn...

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouv...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message