Droit notarial : une mine de solutions numériques

Les notaires n’ont pas attendu le développement des start-up du droit pour utiliser les technologies  dans l’exercice de leur métier. La prise de conscience de ces officiers publics  – précoce par rapport à celle des autres professionnels du droit – de l’importance de la digitalisation sécurisée leur permet aujourd’hui d’être des pionniers dans ce secteur.

Les notaires n’ont pas attendu le développement des start-up du droit pour utiliser les technologies dans l’exercice de leur métier. La prise de conscience de ces officiers publics – précoce par rapport à celle des autres professionnels du droit – de l’importance de la digitalisation sécurisée leur permet aujourd’hui d’être des pionniers dans ce secteur.

Chez les notaires, des spécialistes des systèmes informatiques planchent depuis de nombreuses années sur le développement d’outils numériques utiles à la profession tout entière. Le vice-président de la Chambre des notaires de Paris Stéphane Adler est fier des réalisations passées et en cours : « En matière de développement digital, nous ne sommes pas en retard, bien au contraire !, lance l’associé de l’étude 137 Notaires à l’ouverture de TechNot, la grande messe annuelle organisée pour la troisième édition le 17 octobre dernier. La plateforme notariale est devenue un espace d’appels d’offres notamment à l’occasion des Jeux olympiques », se félicite-t-il. Avant de préciser que de nombreuses collectivités utilisent leur coffre-fort électronique. De la même manière que la signature électronique des actes est utilisée par de multiples confrères qui communiquent avec leurs clients grâce à une messagerie ultra-sécurisée depuis plus de dix ans.

Des notaires mineurs

L’intelligence artificielle est au cœur de plusieurs projets du notariat. Elle est déjà implantée dans Vidoc, grâce à une collaboration avec Hyperlex, une solution de gestion et d’analyse des contrats. La plateforme conçue par les notaires contient aujourd’hui les quelques millions de pages en provenance de la DGFip et relatives à l’usage des immeubles. En ligne depuis quelques mois, Vidoc est accessible à l’ensemble de la profession. Le partenariat avec Hyperlex se poursuit aujourd’hui pour la reconnaissance et la classification des documents. L’IA sert aussi à la valorisation des biens immobiliers : grâce à la compilation et l’analyse d’un grand nombre de paramètres sur chaque immeuble (présence d’écoles à proximité, de médecins, taux d’ensoleillement des pièces…), les villes à forte densité pourront bénéficier d’une évaluation précise du marché.

L’intelligence artificielle n’est pas la seule technologie utilisée par le notariat qui développe la blockchain pour à la fois tracer et numériser les documents qui passent dans les études et créer un répertoire numérique des sociétés non cotées. Un support qui a vocation à devenir le fichier officiel grâce à une mise à jour par les notaires en temps réel. Pour le moment, seules douze études réalisent des tests, transférant les informations qu’elles détiennent à la Chambre pour leur compilation et leur analyse. « Nous nous transformons en notaires mineurs », se félicite Bertrand Savouré, le président de la Chambre des notaires de Paris. Autrement dit, un boîtier a été ajouté à leur propre serveur interne. « L’utilisation de la blockchain illustre notre capacité à prendre en main la technologie et à la mettre au service de nos activités, poursuit-il. Nous verrons bientôt naître de nouveaux projets. » Par exemple, là où aujourd’hui, trois SSII offrent leurs services à la profession en matière de télé-publication d’actes, demain, un service unique de publicité foncière permettra de réaliser les démarches obligatoires et de payer les droits attachés à la vente immobilière.

Et lorsque les notaires ne développent pas leurs propres outils, ils livrent des labels aux legaltechs qui en font la demande. Elles passent alors un examen. Le stade ultime de la validation réglementaire étant l’agrément. Un sésame pour toute une profession.

Pascale D'Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Legaltech 2020 : quelles sont les meilleures pour se digitaliser ?

Outils collaboratifs, propriété intellectuelle, droit des contrats, audit d'acquisition, contentieux et arbitrage, droit notarial : à chaque spécialité juridique sa palette d'outils numériques qui lui est consacré. Les clés pour bien choisir : les solutions existantes, les technologies disponibles sur le marché, les éléments comparatifs entre elles, des entretiens avec quelques acteurs majeurs...
Sommaire Première étape de la digitalisation du droit : les outils collaboratifs L.Schwirtz (Legal Suite) : "Avec un chatbot, la direction juridique valorise son image et gagne du temps" A.Sauzé (avocat-youtubeur) : "La legaltech sera le quotidien des juristes de demain" De la standardisation au smart contract P.Ginestié (Gino LegalTech) : "Les juristes veulent être libérés des tâches répétitives" Fusions-acquisitions : assurer la sécurité de l’audit Propriété intellectuelle et legaltech : le code au service du code Résolution des litiges : anticiper la justice Digital compliance : quand la technologie devient indispensable
E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte