Droit des faillites : vers une convergence européenne ?

La proposition de directive européenne du 22 novembre 2016 sur la prévention des difficultés et l’insolvabilité est toujours en discussion. Pourtant, de grands principes se dessinent et déjà les experts s’interrogent sur la compatibilité des exigences européennes avec le droit français.

© Leonid Andronov

La proposition de directive européenne du 22 novembre 2016 sur la prévention des difficultés et l’insolvabilité est toujours en discussion. Pourtant, de grands principes se dessinent et déjà les experts s’interrogent sur la compatibilité des exigences européennes avec le droit français.

Le champ d’application de la proposition de directive du 22 novembre 2016 sur le droit des faillites se précise. Visant notamment à créer un socle juridique commun à tous les États-membres en matière de prévention des difficultés, le texte ne révolutionnera pas le droit français. En effet, en déployant un large panel d’outils pour traiter très en amont les difficultés des entreprises, « l’Hexagone fait plutôt figure de bon élève », reconnaît Lionel Corre, secrétaire général du Ciri. Mandat ad hoc, conciliation, sauvegarde financière accélérée (SFA) ou sauvegarde accélérée (SA), les nombreuses options proposées par le droit français doivent permettre aux dirigeants de répondre à leurs besoins et d’espérer redresser la barre rapidement et efficacement.

Ajustements à la marge

Après s’être penché sur l’adéquation du droit français avec la proposition de directive, le Haut Comité juridique de la place financière de Paris (HCJP) confirme que l’arsenal juridique français ne devrait pas être bouleversé si la directive venait à être adoptée en l’état. En effet, « en combinant le mandat ad hoc ou la conciliation avec la SA et la SFA, la France semble satisfaire aux conditions définies par le projet de directive », confirme Claire Favre, vice-présidente de l’Autorité de la concurrence et membre du HCJP. Pourtant, quelques ajustements sont annoncés. L’un des points d’achoppement concerne l’absence de classes de créanciers dans le droit national. Or, le projet de directive prévoit que lorsque la restructuration met en présence des créanciers ayant des intérêts divergents, ceux-ci doivent être traités dans des classes distinctes. Le législateur français sera donc amené à revoir sa copie. Reste à définir les modalités de constitution de ces classes pour lesquelles deux inspirations antagonistes sont envisageables : le modèle allemand ou celui du Chapter 11 américain.

« À 80 %, le modèle français deviendra l’étalon en Europe »

Inspiration franco-allemande 

 « Le grand avantage du modèle allemand, c’est sa simplicité et sa flexibilité, explique Reinhard Dammann, associé chez Clifford Chance et membre du groupe d’experts qui a conseillé la Commission européenne dans le cadre de la rédaction du projet de directive. Au-delà des trois classes de créanciers imposées (subordonnés, chirographaires et privilégiés), la loi autorise à créer dans chacune d’elles des sous-catégories ». Une excellente façon de conserver une certaine flexibilité tout en se conformant aux exigences européennes. Confrontée aux différentes traditions et cultures juridiques des États-membres, la Commission cherche à trouver un terrain d’entente acceptable pour tous afin d’harmoniser les procédures de restructuration préventive dans l’Union. Au regard de la proposition de directive, il semble qu’elle ait trouvé son inspiration en France et en Allemagne. « À 80 %, le modèle français deviendra l’étalon en Europe », prédit Reinhard Dammann. « L’un des atouts majeurs du droit français des faillites réside dans l’efficacité de ses procédures de prévention des difficultés », abonde Claire Favre. Or, plus les problèmes sont traités tôt, plus les chances de stabiliser la situation financière et de pérenniser la société sont élevées. « Et c’est précisément ce à quoi s’attache la Commission européenne : faire du maintien de l’emploi une priorité », rappelle la spécialiste.

Un pas vers l’union des marchés de capitaux

L’harmonisation européenne est également un enjeu d’attractivité du Vieux Continent pour les investisseurs étrangers. « Des droits épars et complexes peuvent nuire à l’attrait de la place », confirme Claire Favre. « Le but de la Commission est d’avancer sur la voie de l’union des marchés de capitaux et harmoniser les différents droits des faillites est un premier pas dans ce sens », explique Lionel Corre. Une analyse partagée par les experts du plan de travail pour l’union des marchés de capitaux qui rappellent que l’une des conditions pour faciliter la diversification des sources de financement des entreprises européennes est la convergence des droits des faillites en Europe. La proposition de directive tombe donc à pic. Il faudra néanmoins encore attendre les derniers arbitrages de la Commission puis l’adoption du texte et enfin sa transposition pour qu’il entre en vigueur. L’harmonisation n’est pas pour demain.

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

International : Lexlau ouvre un bureau en Afrique

International : Lexlau ouvre un bureau en Afrique

Le cabinet belge Lexlau s’installe à Douala au Cameroun pour accompagner ses clients investisseurs sur le continent africain.

Livre Blanc : Le conseiller augmenté dans la banque et l’assurance

Livre Blanc : Le conseiller augmenté dans la banque et l’assurance

Julhiet Sterwen et France FinTech, l’association qui réunit la fine fleur de la FinTech française, ont à nouveau uni leurs forces. Aujourd’hui, ils pu...

La Macif rachète Aviva France pour 3,2 milliards d’euros

La Macif rachète Aviva France pour 3,2 milliards d’euros

La maison-mère de la Macif, Améa, est entrée en négociations exclusives avec Aviva pour racheter sa filiale française. Une opération à 3,2 milliards d...

Restructuring : BCLP attire Didier Bruère-Dawson

Restructuring : BCLP attire Didier Bruère-Dawson

Le spécialiste des opérations de structurations Didier Bruère-Dawson rejoint le bureau parisien de Bryan Cave Leighton Paisner, où il prendra la tête...

Epic Games attaque Apple devant la Commission européenne

Epic Games attaque Apple devant la Commission européenne

Le 17 février dernier, le studio américain Epic Games a fait savoir qu'il portait des accusations anticoncurrentielles contre Apple devant la Commissi...

Création du cabinet Circle Law

Création du cabinet Circle Law

Edmond Tahar et Sacha Naparstek s’associent pour créer Circle Law, un cabinet consacré à l’entrepreneuriat et à l’innovation.

Olivia Lê Horovitz ouvre le bureau parisien de Rimôn

Olivia Lê Horovitz ouvre le bureau parisien de Rimôn

L’avocate spécialiste des fusions-acquisitions internationales et du private equity Olivia Lê Horovitz installe la marque américaine Rimôn en France.

Hogan Lovells Paris : "L’Union européenne ne peut pas se permettre de rater le train de l’IA"

Hogan Lovells Paris : "L’Union européenne ne peut pas se permettre de rater le train de l’IA"

"On ne créera pas des champions économiques de l’intelligence artificielle sans des régulateurs qui accompagnent des créateurs porteurs de projets inn...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte