Droit à l’erreur : vers une simplification des rapports entre l’administration et les usagers ?

Lundi 27 novembre, Gérald Darmanin a présenté en conseil des ministres le projet de loi « pour un État au service d’une société de confiance », prévoyant notamment le « droit à l’erreur », l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron.
La table du Conseil des ministres, dans le salon Murat du palais de l'Élysée.

Lundi 27 novembre, Gérald Darmanin a présenté en conseil des ministres le projet de loi « pour un État au service d’une société de confiance », prévoyant notamment le « droit à l’erreur », l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron.

« Remettre de la confiance dans les relations entre les Français et leurs administrations ». Tel est l’objectif du projet de loi présenté lundi 27 novembre en conseil des ministres par Gérald Darmanin. « La bonne foi doit profiter à l’usager et à l’entreprise », a-t-il expliqué dans une interview accordée au JDD le 26 novembre. Le premier principe qui devrait dorénavant guider l’administration ? La bienveillance.

Hyperconcret

L’idée est simple : ceux qui méconnaitrons involontairement une règle applicable ne seront pas sanctionnés. Les intérêts de retard seront réduits de moitié lorsque les usagers rectifieront eux-mêmes leur erreur, et de 30 % quand l’irrégularité commise de bonne foi sera détectée par l’administration. Le texte, dont une première mouture avait été soumise au Président de la République avant l’été, est aujourd’hui présenté dans une version renforcée. « Nous avons pris trois mois de plus pour être dans l’hyperconcret et consulter largement », affirme le ministre de l’Action et des Comptes publics. Au final, la quarantaine d’articles du projet de loi devrait accompagner la simplification générale des rapports entre administrations et administrés.

Avertissements

Des mesures destinées à la fois aux particuliers et aux entreprises. Ces dernières pourront notamment demander à bénéficier d’un contrôle « pour s’assurer qu’elles respectent les procédures, sans risque de sanction aggravée », précise Gérald Darmanin. L’inspection du travail aura de son côté la possibilité de dispenser des avertissements avant de sanctionner. « Le projet de loi crée ce carton jaune avant le carton jaune », poursuit-il. Au total, 1, 5 milliards d’euros seront investis sur cinq ans pour former les agents publics dans leurs nouvelles missions de conseil et d’accompagnement.

Les contraintes continuent à s'empiler

Une volonté de bouleverser la conception de l’action publique pas tout à fait inédite. François Hollande et Nicolas Sarkozy avaient eux aussi promis de faciliter la relation entre l’administration et ses usagers. Des initiatives qu’ils n’auront pas réussi à mettre en œuvre. « Les différents chocs de simplification annoncés à coups de tambours et trompettes n'ont pas laissé un souvenir impérissable aux chefs d'entreprise qui n'ont pas véritablement vu la différence, les contraintes continuant à s'empiler les unes sur les autres », note la Conférence des PME dans un communiqué publié le 27 novembre. Gérald Daramanin, conscient du scepticisme de certains chefs d’entreprise, a rappelé que, contrairement aux précédentes tentatives de simplification, le projet qu’il porte aujourd’hui, bénéficie du soutien du « plus haut niveau de l’État ». « J'ai la chance d'être à la fois le ministre des agents publics, qui seront les premiers acteurs de cette transformation, et celui des Comptes publics, qui permettront que l'on se donne les moyens de notre ambition », note le ministre, qui affirme « porter l’un des textes les plus importants du quinquennat » et espère, in fine, réussir à diminuer à la fois le niveau de fiscalité et les dépenses publiques.

@CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte