Dons et cadeaux de valeur à ses enfants : que dit la loi ?

Après une année 2020 éprouvante, 2021 devrait être synonyme de retrouvailles et de cadeaux en retard, notamment au sein du cercle familial. La générosité a néanmoins une limite d’ordre fiscal. La loi fait en effet  une distinction entre dons manuels et présents d’usage, impliquant d’éventuelles conséquences successorales.
Stéphane Jacquin

Après une année 2020 éprouvante, 2021 devrait être synonyme de retrouvailles et de cadeaux en retard, notamment au sein du cercle familial. La générosité a néanmoins une limite d’ordre fiscal. La loi fait en effet une distinction entre dons manuels et présents d’usage, impliquant d’éventuelles conséquences successorales.

Jusqu’où peut-on gâter ses enfants et petitsenfants ? La loi française répond à cette question à travers les articles 843 et 852 du Code civil, qui encadrent les procédures successorales.

Le premier article prévoit que tout héritier doit rapporter à ses cohéritiers les dons manuels qu’il a reçus du défunt, pour des questions d’égalité.

Le second article exclut toutefois de ce rapport les dons qualifiés de  "présents d’usage". Cette distinction se retrouve sur le plan fiscal : un don manuel sera taxable aux droits de mutation à titre gratuit sur le fondement des articles 757 et 784 du Code général des impôts, tandis qu’un présent d’usage ne le sera pas.

"Don manuel"  ou "présent d’usage" : une frontière relative

Dès lors, deux questions se posent. D’une part, dans quel cas un don peut-il être considéré comme un présent d’usage ? D’autre part, existe-t-il une valeur maximale à ne pas dépasser pour que la remise d’un objet (bijoux, voiture, œuvre d’art) ou d’une somme d’argent puisse être considérée comme un cadeau et non comme un don manuel ? En ce qui concerne la première question, une réponse simple est apportée par les textes. Pour qu’il y ait « présent d’usage », il faut que le don soit fait à l’occasion d’un évènement où il est usuel de faire un cadeau (anniversaire, Noël, mariage, réussite à un examen…).

Un don qui intervient hors d’un évènement particulier ne peut être qualifié de présent d’usage. En ce qui concerne la question relative aux montants et plafonds, la réponse dépend de la situation du donateur.

L’article  852 du Code civil dispose qu’un présent d’usage s’apprécie selon la fortune du disposant : pour ne pas être considéré comme un don manuel, le cadeau ne doit pas être disproportionné par rapport aux revenus et au patrimoine du donateur. Selon ce principe, plus une personne est fortunée, plus elle peut faire des cadeaux de valeur sans que cela constitue un don manuel.

Notons également que c’est à la date où le cadeau a été fait que sa valeur doit être appréciée, sans tenir compte d’une éventuelle revalorisation ultérieure.

"Pour qu’il y ait « présent  d’usage », il faut que le don soit fait à l’occasion d’un évènement où il est usuel  de faire un cadeau"

Une appréciation complexe pouvant revenir au juge

Ces dispositions laissent place à une marge d’interprétation. La cour d’appel de Paris, dans un arrêt du 11  avril  2002, a par exemple considéré que des chèques de 100 000 francs (15 000 euros environ) remis par une mère à chacun de ses deux fils lors des fêtes de Noël constituaient des présents d’usage compte tenu de sa fortune.

Pourtant, les juges du Tribunal de grande instance de Paris avaient initialement considéré que ces chèques, représentant 2,4 % du patrimoine de la donatrice, ne pouvaient être considérés comme des présents d’usage qu’à concurrence de 30 000  francs (4 500 euros environ) et devaient être regardés comme des dons manuels pour le surplus.

Les différentes jurisprudences ne permettent pas d’établir une règle claire de proportionnalité par rapport aux revenus ou à la fortune du donateur.

En cas de contentieux, c’est donc au juge qu’il appartient d’apprécier si le cadeau fait à l’occasion d’un événement constituait un présent d’usage ou si, compte tenu de son importance, il doit être qualifié de don manuel. 

Par Stéphane Jacquin, associé-gérant,  responsable de l’ingénierie patrimoniale, Lazard Frères Gestion

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

UGGC développe ses activités en Chine

UGGC développe ses activités en Chine

Anticipant l'entrée en vigueur du prochain accord entre la Chine et l'Union européenne, UGGC Avocats nomme Jenny Cao associée de son bureau de Shangha...

Florence Henriet, l’électron libre

Florence Henriet, l’électron libre

Dans le petit monde des juristes d’affaires, tout le monde la connaît. Florence Henriet est celle qui a créé la fonction de business developer dans le...

Croissance interne et externe chez Dechert

Croissance interne et externe chez Dechert

Dechert renforce ses pratiques concurrence et corporate par les promotions respectives de Marion Provost et Xavier Leroux comme associés nationaux. Il...

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Acer Finance et Laillet Bordier unissent leurs talents

Les fusions continuent dans le secteur de la gestion de patrimoine avec l’alliance entre la société de gestion de portefeuille Acer Finance et le cab...

M. Ouaniche (OCA) : "L'expertise économique et financière implique une approche pluridisciplinaire"

M. Ouaniche (OCA) : "L'expertise économique et financière implique une approche pluridisciplinaire"

Reconnu pour ses compétences économiques et financières dans le cadre de contentieux et d’arbitrages complexes, OCA compte une trentaine de consultant...

Apostrophe mise sur le contentieux des affaires

Apostrophe mise sur le contentieux des affaires

Sophie Gijsbers et Delphine Dendievel s’associent pour lancer Apostrophe, un cabinet entièrement consacré au contentieux des affaires, au droit pénal...

Yves Boissonnat souffle à l'oreille des patrons de cabinets d'avocats

Yves Boissonnat souffle à l'oreille des patrons de cabinets d'avocats

Dans son domaine, il fait partie des meilleurs. Discrétion et bienveillance sont les maîtres-mots de ce chasseur de têtes spécialiste des avocats d’af...

Guillemin Flichy coopte une associée

Guillemin Flichy coopte une associée

Deux ans après son arrivée, Mathilde Delaunay est promue associée chez Guillemin Flichy. Sa nomination consolidera le droit des organismes sans but lu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte