Dominique Gaillard (Ardian) : « Nous assistons à une concentration du marché »

En 2016, Ardian a levé plus de neuf milliards de dollars. Grâce à cette levée record, le fonds s’impose plus que jamais comme un acteur incontournable sur le marché mondial.

En 2016, Ardian a levé plus de neuf milliards de dollars. Grâce à cette levée record, le fonds s’impose plus que jamais comme un acteur incontournable sur le marché mondial.

Décideurs. Comment expliquez-vous que le private equity attire autant les investisseurs ?

Dominique Gaillard. Il y a bien sûr un effet conjoncturel : les taux bas nous sont favorables. Pour autant, je ne pense pas que cela soit la principale explication des records établis ces derniers mois. La raison essentielle vient des bonnes performances du private equity. Contrairement à ce que beaucoup avaient annoncé, les fonds ont réussi à délivrer de bons rendements après la crise de 2007. Surtout, ces derniers ont su se maintenir à des niveaux supérieurs aux autres classes d’actifs. Cela a poussé les institutionnels à renforcer la part du private equity dans leur allocation d’actifs. C’est cette même démarche qui explique que nous assistons à une concentration du marché. Logiquement, ce sont les meilleurs gérants qui arrivent à lever le plus. Dans notre cas, c’est la régularité ligne à ligne de nos performances qui nous a permis de nous distinguer

Quels sont les profils de vos investisseurs ?

Comme je le disais, une relation de confiance avec nos investisseurs s’est installée. Ainsi, les nouvelles générations de fonds ont été massivement souscrites par nos investisseurs historiques.. Nous avons été également très proactifs chez les family offices et les clients privés qui souhaitent avoir accès à des placements avec des rendements élevés.

Comment faites-vous pour vous démarquer de vos concurrents ?

Quand j’ai commencé ce métier, on me disait que la plus-value se faisait à l’achat. Avec les valorisations actuelles, c’est évidemment beaucoup plus difficile. Il est indispensable de générer de l’alpha qui est de la création de valeur et cela nécessite plus de monde. C’est pourquoi nous avons fait grossir nos équipes. L’équipe LBO mid-cap est ainsi passée de 32 à 40 personnes en moins d’un an. Ardian compte aujourd’hui 470 salariés, soit 80 de plus qu’il y a un an. Nous devons performer grâce à de la création de valeur. Quand nous passons un dossier en comité, nous nous assurons que nous obtiendrons les rendements recherchés même si la valeur de la société à notre sortie subit un arbitrage négatif de multiple de l’ebitda. L’aspect stratégique est donc essentiel dans notre réussite.

Propos recueillis par Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Les milliards du private equity

Les levées records réalisées au cours de l’été dernier ont une nouvelle fois placé le private equity sous le feu des projecteurs. Peu connu du grand public, ce secteur pâtit malheureusement d’une image négative, la surmédiatisation des « jumbos deals » et des fiascos financiers ayant contribué à alimenter les idées reçues. Ce dossier est l’occasion de démontrer que la plupart sont fausses ou inexactes.
Sommaire Private equity : une classe d'actifs de nouveau attractive Le private equity étend son emprise Thierry Timsit (Astorg) : « Nous contribuons plus que d'autres à la croissance des entreprises » Valorisation : un difficile retour à la normale Jean-Marc Le Roux (Bain) : « Il vaut mieux parler de marché européen » Private equity : une internationalisation éclair Hélène Falchier (CNP Assurances) : « Les gérants ont fait des progrès en matière de reporting et de transparence » Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » Agnès Nahum (Access Capital) : « Nous assistons à une hausse des prix d’entrée sur le marché du buy-out »
Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

Réforme de la fiscalité internationale : réelle révolution ou pavé dans la mare ?

S’il est un sujet qui aura fait couler beaucoup d’encre depuis le début de l’année 2021, c’est bien celui de la réforme de la fiscalité internationale...

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment sportif"

Nicolas Julia (Sorare) : "Notre vision est de construire un champion mondial de l’entertainment spor...

La start-up Sorare, qui développe un jeu de fantasy football permettant de collectionner des cartes numériques de football sous forme de jetons non fo...

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Le mid-cap européen se réunit à Paris

Dans le cadre de la 21e édition du forum indépendant "European Midcap Event" qui se tiendra à Paris les 21 et 22 octobre prochains, près de 200 entrep...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de changer les choses"

O. Lenel (Mazars En France) : "81 % des Français estiment que les entreprises ont le pouvoir de chan...

Mazars en France a donné la parole à 2 143 Français concernant leurs attentes vis-à-vis des entreprises en 2021, dans un contexte de sortie de crise....

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Thomas Strüngmann, son investissement dans BioNTech l'a rendu milliardaire

Investir dans BioNTech avant la pandémie rapporte gros. Ce n'est pas Thomas Strüngmann qui dira le contraire. Le vaccin anti-covid développé par la fi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte