Distillerie des Moisans : mariage de raisin

Née dans les années 1960 en Charente, l’entreprise familiale spécialisée dans le cognac a connu en 2019 une véritable accélération de sa croissance, qu’elle réussit à maintenir malgré la crise. Pour se développer, la Distillerie noue notamment des partenariats avec d’autres domaines.

Née dans les années 1960 en Charente, l’entreprise familiale spécialisée dans le cognac a connu en 2019 une véritable accélération de sa croissance, qu’elle réussit à maintenir malgré la crise. Pour se développer, la Distillerie noue notamment des partenariats avec d’autres domaines.

À la Distillerie des Moisans, le cognac est une histoire de famille depuis quatre générations. Les premières vignes du domaine, qui s’étend aujourd’hui sur 60 hectares non loin d’Angoulême, ont été acquises par Roland Bru en 1962. Aujourd’hui sa fille, Véronique Legaret, son petit-fils Roland, secondés par un directeur général, Olivier Petit, développent la marque. Alors qu’en 2018, la société affiche un chiffre d’affaires de 8,2 millions d’euros, elle atteint en 2019 les 23,6 millions. Et cette ascension n’a pas été ternie par la crise qui, pourtant, met à mal le secteur des vins et spiritueux : en 2020, l’entreprise (qui est à la tête des marques Deau Cognac, Roland Bru Cognac ou encore The Mixologist) enregistre une nouvelle hausse de son CA à 27,7 millions d’euros.

La route des rhums

Un vrai coup de maître permis notamment par la stratégie de diversification mise en place un peu plus tôt par les dirigeants. Le cœur de métier de la distillerie reste le cognac auquel 100 % de ses vignes sont consacrées, mais la maison, qui exporte pour son compte dans 50 pays, propose désormais les vins et spiritueux d’autres domaines. "Nous avons commencé à nous diversifier avant la Covid-19, explique Olivier Petit. Le marché du cognac est très cyclique et restreint en France. Si on est mono-produit, quand il y a une crise ou lorsqu’un pays se met à moins consommer, nous subissons le retournement de plein fouet." Pour mener à bien sa diversification la distillerie aux douze alambiques noue des partenariats avec d’autres producteurs en France comme à l’étranger. Avant la crise sanitaire, l’entreprise distribuait une marque de rhum. Désormais au nombre de six dans son catalogue, certains rhums intègrent les fûts roux de cognac afin de poursuivre leur vieillissement.

Côté Whisky, le portfolio est passé de une à deux références. Le domaine s’est également développé dans l’absinthe, le gin, l’armagnac, le sparkling et propose même une douzaine de vins. "On en achète en direct aux producteurs, poursuit Olivier Petit. C’est un échange de bons procédés : on vend leurs produits et, eux, vendent les nôtres. Les partenariats sont très utiles puisque les réseaux des producteurs de vins et de spiritueux se croisent."

Esprit de famille

Contrairement à certains concurrents, les exportations de la distillerie des Moisans ont été peu impactées par la crise et le cognac reste sa principale activité. "Notre cœur de métier n’a pas souffert, précise Olivier Petit. Nous avons eu des retards d’expédition de mars à juin 2020 mais pas d’annulations de commandes. Nos clients ont respecté leurs engagements." Et l’entreprise, qui maîtrise aussi bien les secrets de la vigne que ceux de la distillation, de l’embouteillage et de la commercialisation, a apporté sa pierre à la lutte contre la Covid-19 en fournissant lors du premier confinement 5 000 litres de gel hydroalcoolique. En revanche, ses autres activités comme l’organisation de visites du domaine ou d’événements sont stoppées par les mesures sanitaires.

Olivier Petit rappelle que l’entreprise est 100 % familiale. "C’est important en termes de valeurs humaines. Nous sommes une grande famille. On essaie d’avoir de réels échanges avec tous les salariés. On se serre les coudes." D’ailleurs, depuis trois ans, la Distillerie est passée de 20 à 30 collaborateurs. Et pour l’avenir, que souhaite-t-elle ? Raison garder, se maintenir et continuer à se montrer inventive.

Olivia Vignaud

Malgré la conjoncture, le CA de la société est en hausse et atteint 27,7 millions d'euros.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Agilité et résilience : ils performent malgré la crise

Bien qu’issues de secteurs durement touchés par la crise, certaines entreprises réussissent à maintenir leur business, voire à croître, que ce soit grâce au lancement d’une nouvelle activité ou encore à une gestion stratégique des stocks…Retour sur de véritables tours de force opérés ces derniers mois.
Sommaire VallJet, la bonne altitude Chargeurs, des masques pour faire front K. Kébaïli (BBL Groupe) : "Le choc de la crise a été momentané mais salutaire" Tronico, la santé comme remède NGE, le ciment du collectif GYS, anticiper c’est gagner Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire Démarrage réussi pour Stellantis STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs
Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

L’an passé, les deux constructeurs ont introduit des motorisations hybrides rechargeables dans leurs gammes. Laurent Letourneur, Directeur Marketing e...

Livres. La sélection du mois de mai

Livres. La sélection du mois de mai

Le confinement semble toucher à sa fin. Mais ce n’est pas une raison pour lire moins. BD, histoire, essais… Décideurs vous présente sa sélection litté...

Essai auto. Jaguar F-PACE PHEV, l’alliance du luxe et de l’innovation

Essai auto. Jaguar F-PACE PHEV, l’alliance du luxe et de l’innovation

En plus des technologies intuitives, la nouvelle Jaguar F-PACE PHEV conjugue un concentré de performances et de design.

Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire

Leonard Paris. Des coussins pour amortir le choc de la crise sanitaire

La marque de vêtements de luxe aux célèbres imprimés floraux se lance dans des collaborations pour la maison et propose depuis quelques mois des tabou...

Essai auto. BMW M4401 XDrive Coupé : Hyper sportive, hyper premium

Essai auto. BMW M4401 XDrive Coupé : Hyper sportive, hyper premium

Ce modèle deux portes se positionne dans le segment premium du constructeur allemand. Au programme, grande sportivité et belles innovations.

Livres, voici la sélection de printemps

Livres, voici la sélection de printemps

Avril, ses premiers rayons. Et les premiers ponts qui offrent du temps pour lire. BD, romans, essais, la rédaction vous présente ses coup de cœur.

On a testé pour vous le Peugeot 508 PSE SW

On a testé pour vous le Peugeot 508 PSE SW

Avec ce modèle, le constructeur français profite de l’électrification de sa gamme pour proposer une variante haute performance mais écologiquement cor...

Les entreprises face au big bang de la mobilité

Les entreprises face au big bang de la mobilité

Tout s’accélère pour les flottes d’entreprise. À commencer par l’électrification de leur parc qui s’annonce comme la priorité de l’année. Il faut dire...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte