Dirigeants : trois clés pour gérer sa carrière dans un monde post-Covid-19 ? Par Wayden

Dirigeants : trois clés pour gérer sa carrière dans un monde post-Covid-19 ? Par Wayden
Benoît Durand-Tisnès, président, Wayden

Après l’épisode d’urgence sanitaire du Covid-19, la donne va encore changer pour la carrière des managers et des dirigeants ; ils doivent plus que jamais être et rester en mouvement. Cela peut être une excellente nouvelle si le manager sait gérer son propre business comme le font les entrepreneurs. Confiance en soi, rester libre, se différencier, cultiver sa curiosité et son réseau sont les nouvelles clés qui vont leur permettre d’affronter les formidables changements en cours.

La durée de vie d’un poste de dirigeant dans une entreprise n’est définitivement plus directement liée à la performance de celui ou celle qui l’occupe. En 2022, après deux années de crise sanitaire, nous comprenons, plus que jamais, que chacun est condamné au mouvement perpétuel. Car tous les secteurs vont procéder à des ajustements de personnel. Pour certains, à leurs dépens. Pour d’autres, qui sont préparés, ce sera une excellente opportunité.

Entreprendre, c’est être en mouvement. Et, paradoxalement, c’est l’entreprise qui nous a fait perdre cet esprit du mouvement

Il ne faut jamais oublier d’où nous venons. Nos ancêtres de la préhistoire habitaient dans les grottes et étaient "à leur compte". Pas de chasse, pas de nourriture. Pas d’abris, pas de sécurité. Cro-Magnon était le premier entrepreneur de l’humanité, forcé de prendre des risques pour avancer.

Au Moyen Âge, l’entrepreneur conservait son sens premier : celui d’un individu qui assumait ses tâches, hardi, et qui savait prendre des risques autour d’actions pour vivre au quotidien. Certains créaient et fabriquaient, d’autres voyageaient et beaucoup, régulièrement, se battaient.

Au XIXe siècle, les industriels se sont mis à rationaliser, à organiser, puis à s’occuper de leurs employés. Excellente chose, mais dans la volonté positive d’organisation et de sécurité accrue pour tous, on a finalement créé du désordre.

La mise en œuvre progressive de sécurité et de confort professionnel nous a rendus paresseux. Poussées par l’entreprise elle-même, qui y voyait des gages de stabilité pour son développement, des générations entières se sont installées socialement en remettant leur avenir dans les mains d’autrui, celles de leur entreprise. Celle-ci le leur a bien rendu, entre la Seconde Guerre mondiale et l’arrivée d’Internet qui est venu bouleverser les codes.

Depuis les années 2000, la dernière génération des actifs seniors (55-64 ans actuellement) fait face à un revers sans précédent : l’obligation de se remettre en question.

Se libérer et redevenir l’entrepreneur de sa propre carrière

Pour eux, la solution existe pourtant. Pour survivre dans le monde d’aujourd’hui, en perpétuelle transformation, et pouvoir gérer leur carrière, il leur faut retrouver cet esprit entrepreneurial. Il ne s’agit pas ici de créer une entreprise, mais plutôt de devenir l’entrepreneur de sa propre carrière. Et les réflexes sont fortement similaires.

Pour cela, trois clés majeures à cultiver et surtout à mettre en œuvre :

1/ Regagner sa liberté et reprendre confiance. Remettre sa carrière entre les seules mains d’autrui, c’est fini car c’est trop dangereux. Il faut désormais réapprendre à être "libre".

Plus on se confronte au risque, moins on risque de se retrouver dans une situation compliquée à gérer. En somme, soit je décide d’anticiper les choses en m’y préparant de manière proactive, soit je subirai et réagirai. Le fait de l’anticiper permet aussi de reprendre confiance.

Je rencontre tant de cadres supérieurs et de dirigeants qui appliquent à merveille cette recette dans le cadre de leurs responsabilités professionnelles avec audace, courage et créativité. Ce sont les mêmes qui s’oublient personnellement et ne pensent pas à agir de la même manière pour leurs propres enjeux. Bien souvent cependant, le point sous-jacent le plus difficile à gérer pour eux est la "perte de leur statut social". Qu’ils se rassurent et reprennent confiance ; ceux de leurs proches qui les jugent trop rapidement se disent forcément que le feu du canon leur est passé juste à côté cette fois-ci ; leur temps va aussi venir, fort ­probablement.

D’ailleurs, aujourd’hui, avoir vécu au moins une rupture de contrat de travail devrait être prescrit !

J’en ai pour ma part vécu deux. À chaque fois, elles ont été sources d’amélioration, tant dans ma vie personnelle que dans ma vie professionnelle. La première fois en 2007, après dix ans de bons et loyaux services auprès de mon employeur, j’ai découvert qu’il ne faisait "pas si froid dehors". La deuxième fois, un peu plus tard, après une période de loyauté et d’investissement similaires, j’ai compris que je ne remettrais plus mon avenir à quiconque d’autre qu’à moi-même et j’ai créé Wayden "dans le dur".

2/ Trouver sa vraie différenciation

En matière d’emploi, pour un poste donné, nous vendons à peu près tous la même chose ; nos compétences, notre capacité à raisonner et notre dynamisme pour faire avancer les choses. L’entreprise qui ouvre un poste a donc toujours le choix entre vous et vos concurrents. Pour se démarquer, chacun doit chercher et trouver sa vraie différenciation. La question à laquelle répondre est : Pourquoi moi pour ce travail plutôt qu’un autre ?

Pourquoi suis-je le meilleur dans mon domaine ? Pourquoi suis-je unique sur ce point à cet instant ou sur tel périmètre géographique ou professionnel ? Développer votre différenciation propre est la meilleure garantie pour passer devant les autres. Rien ne sert d’être le meilleur en tout. Mieux vaut avoir un ou deux aspects très spécialisés qui créent une réelle différence à mettre en avant, et éviter ainsi de finir en "éternel second".

3/ Cultiver votre curiosité et votre groupe. Pour aller vite, il faut y aller seul, pour aller loin, il faut y aller à ­plusieurs. La vraie force de votre capacité à rebondir, une fois confiant et libre, est celle de votre groupe

Mais le réseau n’existe pas en soi, il ne se décrète jamais. Le réseau résulte d’une activité constante, curieuse, persistante et surtout généreuse et désintéressée a priori.

Autrement dit, votre réseau doit être cultivé en permanence, et pas seulement quand vous avez besoin de quelque chose. L’important est de rencontrer des personnes qui évoluent dans des écosystèmes différents du sien car rencontrer ses clones ne sert à rien. Pour évoluer, la compétence compte moins que les relations. Vous avez besoin d’être visible et, plus important encore, trouvable.

Pour se préparer aux accidents de carrière, rien de tel que de rester alerte et en mouvement en cultivant des rencontres généreuses, gratuites, sans jamais s’accrocher à des certitudes ni rechercher la perfection. Reid Hoffman, fondateur de LinkedIin, parle de "vivre en état de permanent beta".

C’est déjà une réalité pour la plupart des actifs nés avec Internet après 2000… et, qu’on le veuille ou non, ce sont eux qui ont raison et qui arrivent en force sur le marché du travail, bientôt aux postes de direction des entreprises.

Comme le disait Jeff Bezos : il faut "­toujours agir comme si l’on était toujours au premier jour".

Benoît Durand-Tisnès, président, Wayden

Sur l’auteur :
En 2012, fort d’une expérience opérationnelle solide de dirigeant au sein de grands groupes de services en tant que salarié et sur des missions, Benoît Durand-Tisnès a fait pivoter son activité de manager de transition pour créer Wayden. L’entreprise est devenue une référence dans le monde du management de transition en France. Benoît est également membre du CA de France Transition, la fédération des acteurs du management de transition.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégie, Réorganisation & Restructuring 2022

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégie, Réorganisation & Restructuring 2022
Sommaire
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message