Face à la Russie de Vladimir Poutine, quelle diplomatie européenne ?

L’UE utilise la diplomatie pour faire avancer ses intérêts. Mais, pour le moment, cela passe par Paris et Berlin plutôt que par les institutions communautaires. La crise russo-ukrainienne en est une nouvelle preuve.

L’UE utilise la diplomatie pour faire avancer ses intérêts. Mais, pour le moment, cela passe par Paris et Berlin plutôt que par les institutions communautaires. La crise russo-ukrainienne en est une nouvelle preuve.

Humiliation. En ce début février 2021, la presse internationale et les chancelleries n’ont qu’un seul mot à la bouche pour qualifier le désastreux déplacement à Moscou de Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. L’Espagnol s’était rendu dans la capitale russe pour évoquer le sort de l’opposant Alexeï Navalny, l’Arctique ou encore le climat. Il aura vécu un calvaire : snobé par Vladimir Poutine, tancé devant la presse par Sergeï Lavrov, chef de la diplomatie russe, qui qualifiera notamment l’UE de "partenaire non fiable"… Pour couronner le tout, la Russie expulsera trois diplomates représentant l’UE. Motif ? Ils ont participé à une manifestation de soutien à Alexeï Navalny.

L’obstacle de l’unanimité

Pourtant, en 2009, l’UE voyait les choses en grand en matière d’influence internationale. Le traité de Lisbonne avait officialisé la création du poste de haut-commissaire fusionnant les fonctions de secrétaire général du Conseil, de commissaire européen aux relations extérieures et de haut représentant pour la politique étrangère et la sécurité commune. Objectif, unifier et clarifier la voix de l’UE. Mais l’article 24 du traité est un frein à toute ambition puisqu’il écrit noir sur blanc que "la politique étrangère et de sécurité commune est définie et mise en œuvre par le Conseil européen et le Conseil qui statuent à l’unanimité, sauf dans les cas où les traités en disposent autrement". En somme, l’unanimité est la règle.

Depuis 2009, l'UE s'est dotée d'un super diplomate sans marge de manœuvre

Cela constitue un obstacle majeur puisque les membres de l’UE sont avant tout des États souverains aux intérêts divergents. La France défend une forte présence en Afrique ? Le continent est secondaire pour beaucoup de partenaires. La Pologne et les pays Baltes considèrent la Russie comme une menace et demandent à l’UE d’agir de manière forte ? L’Allemagne dépend du gaz russe et privilégie la méthode douce.

La France et l’Allemagne, ministère des Affaires étrangères officieux 

Face à cette faiblesse structurelle générée par le traité de Lisbonne, l’UE n’a guère le choix. Pour défendre sa vision, il faut passer par les États, notamment le couple franco-allemand. Mais dans les faits, les deux pays ne sont pas forcément sur la même longueur d’onde. "L’Allemagne est une puissance économique mais mène une diplomatie marquée par la retenue et l’inclusion. Virage qui devrait s’accélérer avec la nouvelle ministre des Affaires étrangères, la Verte Annalena Baerbock qui compte mettre l’accent sur le climat et les droits de l’homme", affirme Delphine Deschaux-Dutard, maître de conférences en sciences politiques à l’université de Grenoble et membre du Centre d’études sur la sécurité internationale et les coopérations européennes (CESICE). Elle note que "la France, à l’inverse, est plus offensive, quitte à donner le sentiment de boxer au-dessus de sa catégorie. Elle profite notamment des moments où elle préside l’UE pour parler fermement au nom des Vingt-Sept. Ce fut le cas lors de la crise géorgienne de 2008 ou de la visite d’Emmanuel Macron à Moscou en février 2022." C'est d'ailleurs le président de la République qui représente officieusement les Vingt-Sept lorsqu'il s'adresse à Vladimir Poutine par téléphone.

Sur un autre terrain d'opération, l'Afrique subsaharienne, la France représente par la force des choses Bruxelles, mais sans beaucoup de soutien. Durant la crise diplomatique avec le Mali, l’UE est ainsi restée bien muette. De même, durant la crise gréco-turque de l’été 2020, l’Allemagne a cherché la conciliation avec Ankara tandis que la France a déployé sa marine en Méditerranée orientale et vendu des armes à la Grèce. Il arrive toutefois que les deux nations naviguent de conserve. C’est ainsi que François Hollande et Angela Merkel ont représenté, officieusement, l’UE lors de l’accord Minsk II en 2015. Malgré l’axe Paris-Berlin, la diplomatie européenne, engoncée dans la règle de l’unanimité, reste faible. Et la seule solution, évoquée par Delphine Deschaux-Dutard, est pour le moment utopique : "Avoir un gouvernement européen et une armée européenne. Car sans "bâton", difficile d’être efficace".

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Union européenne : la construction s'accélère

Que ce soit en matière de défense, de diplomatie, de technologies, d'énergie ou encore de social, l'intégration européenne a fait de grands pas ces dernières années. Pour ne pas dire, ces derniers jours...
Sommaire Neutralité carbone : une question de souveraineté pour l'Europe Europe de l'énergie : cinquante nuances de vert Jean-Marc Borello : "L'Europe a le potentiel pour être l'épicentre mondial de l'ESS" L'Europe peut-elle rivaliser avec les Gafam et BATX ? Économie : l'Europe prend de la vitesse Pierre Gattaz : "Le plan de relance a renforcé la légitimité de l’Union européenne" Unions financières : le second souffle ? Économie sociale, l’Europe creuse le sujet J. Reboul : "L’AMF a toujours plaidé pour une supervision européenne des marchés financiers" Europe : création d’un fonds d’urgence dédié à la cybersécurité
Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Ancienne chef d’entreprise et députée, elle remplace Gabriel Attal au porte-parolat du gouvernement. Spécialiste des sujets RSE, la quadragénaire est...

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

À Elisabeth Borne, Première ministre en charge de la planification écologique, Emmanuel Macron a décidé d’adjoindre Agnès Pannier-Runacher à la Transi...

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Le monde de la culture connaît bien cette conseillère de l’Élysée qui remplace Roselyne Bachelot rue de Valois. Proche d’Emmanuel Macron, elle devrait...

Législatives : ce que prévoient les sondages

Législatives : ce que prévoient les sondages

Une majorité en bonne position pour être reconduite, une gauche en dynamisme, une extrême droite qui pourrait enfin constituer un groupe parlementaire...

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Ça y est, Éric Piolle a autorisé le burkini à Grenoble. Une décision qui va pénaliser les femmes, les féministes, les Verts et la gauche. Les salafist...

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Jean Castex cède sa place à Elisabeth Borne. Par rapport à ses prédécesseurs, est-il resté longtemps dans "l'enfer de Matignon ? 3 ans, 1 mois et 18 j...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message