Didier Saint-Georges (Carmignac) : « La thématique émergente redevient pertinente »

Les craintes autour d’un ralentissement de la croissance américaine et des risques politiques en Europe conduisent Didier Saint-Georges à faire preuve d’une grande vigilance dans sa stratégie d’investissement.
Didier Saint-Georges

Les craintes autour d’un ralentissement de la croissance américaine et des risques politiques en Europe conduisent Didier Saint-Georges à faire preuve d’une grande vigilance dans sa stratégie d’investissement.

Décideurs. Huit ans après le début de la crise financière, le secteur bancaire est encore au centre des inquiétudes. Les investisseurs apercevront-ils bientôt le bout du tunnel ?

Didier Saint-Georges. Le contexte économique et réglementaire a conduit les investisseurs à s’éloigner du secteur. Le problème de rentabilité à long terme des établissements bancaires assombrit aussi durablement les perspectives. Les difficultés de la Deutsche Bank montrent par ailleurs qu’elles ne sont jamais à l’abri d’un incident majeur. Fort heureusement pour elles, les banques centrales et les régulateurs, partiellement responsables de la situation, ont commencé à réagir.

 

La Banque centrale japonaise a d’ailleurs été la première à bouger.

Effectivement. La Boj a reconnu que sa politique de quantitative easing avait des effets contre-productifs, qu’il fallait désormais s’y prendre autrement. C’est une très bonne nouvelle pour les établissements bancaires. Si la BCE n’a pas été aussi loin dans son analyse, elle prend peu à peu conscience des effets pernicieux d’une telle politique. Les attitudes sont en train d’évoluer. Il en est de même concernant les régulateurs. Bale IV pourrait finalement être moins contraignant que prévu. Malheureusement, un ralentissement de l’économie européenne rendrait ces initiatives vaines.

 

La politique monétaire menée par la Banque centrale du Japon va-t-elle enfin porter ses fruits ?

Depuis le début des trois flèches de Shinzo Abe, le Japon tente sans succès de relancer une économie dont la consommation intérieure pâtit du déclin démographique du pays. Ce faisant, le Japon demeure très dépendant de la santé de son commerce extérieur et de la croissance de ses pays partenaires. Le pays du Soleil levant se trouve donc en situation de grande vulnérabilité en cas de ralentissement de l’économie mondiale. De plus, le Japon est bien plus avancé dans son quantitative easing que ne l’est l’Europe. Nous approchons du moment où la Banque du japon va détenir toutes les obligations émises par l’État. Cela va être un sujet passionnant pour les prochains mois. Imaginez un gouvernement qui se lance dans une politique de relance budgétaire alors que, dans le même temps, la Banque centrale achète l’ensemble des emprunts émis pour la financer. Cela constituerait, la première expérience pratique de l'Hélicoptère monétaire.

Je ne crois pas à un rattrapage des valorisations des actions européennes sur les valeurs américaines

 

Comme chaque année, on nous promet un rattrapage des valorisations des actions européennes sur les valeurs américaines. Avons-nous des raisons d’y croire ?

Je m’excuse d’être celui qui terni l’ambiance mais je ne le pense toujours pas. Plusieurs raisons abondent dans ce sens. Tout d’abord, le problème du secteur bancaire européen est beaucoup plus gênant qu’aux États-Unis, l’économie européenne étant plus dépendante des financements bancaires. En raison d’un niveau de chômage élevé, les grands pays du Vieux Continent doivent aussi composer avec une consommation domestique relativement médiocre. De ce fait, tous les regards sont tournés vers les exportations. Or, les effets liés à la baisse de l’euro sont désormais derrière nous et l’éventualité d’un ralentissement de l’économie américaine serait très pénalisante. Enfin, pour un investisseur international, le risque politique en Europe est perçu comme méritant une décote.

A  plus long terme, l’Inde, le Mexique, l’Indonésie ou les Philippines présentent de bien meilleures perspectives

 

Qu’en est-il des marchés dits « émergents » ?

En 2016, le rebond des marchés brésiliens, russes ou Sud-Africains a tiré le monde émergent. Ce rattrapage faisait suite à de fortes baisses en 2015. Il y a eu, en quelque sorte, un retour à meilleure fortune après les frayeurs des dernières années, grâce à la stabilisation de la situation chinoise. Mais à plus long terme, les pays émergents comme l’Inde, le Mexique, l’Indonésie ou les Philippines présentent de bien meilleures perspectives. Les fondamentaux dans le monde émergent s’améliorent. La plupart de leurs monnaies ont baissé, ce qui a redonné de la compétitivité à l’économie des pays émergents. Les valorisations constituent par ailleurs des points d’entrée intéressants pour les investisseurs. Si la thématique émergente redevient donc pertinente, il ne faut toutefois pas y aller les yeux fermés.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

N. Duneau (Volvo) : "La digitalisation a un impact sur tout le parcours du consommateur"

Après une quinzaine d’années en agence de publicité en charge de divers secteurs, Nathalie Duneau change de cap et s’oriente vers les deux domaines qu...

Fraikin reprend Via Location

Fraikin reprend Via Location

Le groupe français Fraikin, leader européen de la location longue durée de véhicules industriels et commerciaux, vient d’annoncer, le 21 octobre, l’ac...

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pouvait devenir une faiblesse"

C. Heydemann (Schneider Electric) : "Nous avons réalisé que ce qui n’était pas encore digitalisé pou...

Accélération digitale, 5G, effets de la crise sanitaire ou encore place de la data dans l’industrie, la présidente de Schneider Electric pour la Franc...

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

J-P. Sbraire (Total) : "Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone en 2050"

Les groupes pétroliers ont dû affronter à la fois la crise sanitaire de Covid-19 et la crise des marchés pétroliers. Jean-Pierre Sbraire, directeur fi...

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

DSI de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), Véronique Puche a remporté le grand prix des Directeurs des systèmes d’information et du num...

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

Le président de la société d’investissement familiale FFP a passé une grande partie de sa carrière au sein des marques Peugeot et Citroën. Cet ingénie...

Reed Smith renforce son pôle immobilier

Reed Smith renforce son pôle immobilier

L’avocate Carole Steimlé rejoint Reed Smith comme associée. Son arrivée poursuit la vague de recrutements opérée par le cabinet depuis le début d’anné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte