Didier Boudy (Mademoiselle Desserts) : « Être passionné est l’une des qualités indispensables pour un PDG »

Pour Didier Boudy, P-DG de Mademoiselle Desserts, entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée – lauréate du trophée du Grand Prix des entreprises de croissance édition 2017 dans la catégorie « Agroalimentaire & Bio » – , le succès d’une entreprise repose sur sa stabilité aussi bien en terme de management qu’en ce qui concerne sa stratégie globale.

Pour Didier Boudy, P-DG de Mademoiselle Desserts, entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée – lauréate du trophée du Grand Prix des entreprises de croissance édition 2017 dans la catégorie « Agroalimentaire & Bio » – , le succès d’une entreprise repose sur sa stabilité aussi bien en terme de management qu’en ce qui concerne sa stratégie globale.

Décideurs. Quelle est l’histoire de Mademoiselle Dessert ?

Didier Boudy. C’est celle de cinq collègues, qui, en 2009, décident de racheter « Martine Spécialités », une entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée avec un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros. Immédiatement, nous nous sommes mis en tête de devenir le leader européen du secteur. Nous avons d’ores et déjà fait une petite partie du chemin, puisque le groupe – qui a pris le nom de « Mademoiselle Dessert il y a quelques mois – compte aujourd’hui neuf sites de production, 220 millions de chiffres d’affaires et 1 500 collaborateurs. 45 % de notre chiffre d’affaires est réalisée hors de France. Pour résumer, nous avons repris une jolie boite franco-française, pour en faire une très belle ETI européenne, actuellement en pleine croissance.

Quels sont les ingrédients du votre succès ?

La stabilité. D’abord en matière de management. L’équipe de 2009 est actuellement au Comex, qui est composé de cinquante personnes, toutes actionnaires de l’entreprise. Une stabilité ensuite au niveau de la stratégie. Elle n’a pas changé. Nous avons fait quelques ajustements, mais nous poursuivons toujours le même objectif. Nous déroulons notre plan consciencieusement. Nous avons également un positionnement premium, tous nos collaborateurs sont imprégnés de cette qualité qui fait aujourd’hui notre réputation.

« En tant que P- DG, je coordonne, hisse le cap, incarne la stratégie, mais je ne la porte ni plus ni moins que chacun des autres membres du Comex.»

Vous avez également trouvé les bons fonds d’investissement…

Tout à fait. Il est à mon avis essentiel, lorsqu’il est impossible de réunir 100 % du capital, de travailler avec des fonds qui adhèrent à la stratégie de l’entreprise, soutiennent le projet dans sa totalité et respectent notre vision du management. 

Qu’est ce qui fait, selon vous, un bon PDG ?

Je crois qu’il faut être passionné. Personnellement, je n’échangerais mon métier pour aucun autre. Je suis passionné par l’entreprise, par les personnes, par l’aventure que nous menons. L’équipe est soudée, chacun est à sa place. J’ai toujours eu un mode de management très orienté vers la délégation. Mes collaborateurs sont responsables. J’aime savoir ce qu’ils font, mais je ne fais pas à leur place. En tant que P- DG, je coordonne, hisse le cap, incarne la stratégie, mais je ne la porte ni plus ni moins que chacun des autres membres du Comex.

Comment s’implante-t-on à l’étranger ?

En commençant petit. Comme ça, si ça ne fonctionne pas, ce n’est pas un drame pour l’entreprise. Nous avons d’abord racheté une entreprise en Angleterre. Celle-ci à complètement explosé, puisque son chiffre d’affaire à doublé en trois ans. Nous en avons ensuite racheté une deuxième, puis une troisième. Nous voulions surtout essayer de construire une équipe locale.

« Il est essentiel de travailler avec des fonds qui adhèrent à la stratégie de l’entreprise, soutiennent le projet dans sa totalité et respectent notre vision du management. »

Quelle sera la prochaine étape ?

Le marché américain. Cette fois-ci, nous devons commencer de façon un peu plus massive pour ce soit intéressant. Mais nous avons aujourd’hui un avantage : nous savons comment nous y prendre. Nos structures sont en place. Nos équipes anglaises m’accompagnent par ailleurs dans cette démarche.

Votre siège social restera-t-il implanté en France ?

Oui. Le groupe s’appelle « mademoiselle Dessert ». Nous avions la volonté d’un nom à forte consonnance française. Nous voulons garder cette image de porte-étendard de la pâtisserie tricolore.  

 

Propos recueillis par @CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte