Didier Boudy (Mademoiselle Desserts) : « Être passionné est l’une des qualités indispensables pour un PDG »

Pour Didier Boudy, P-DG de Mademoiselle Desserts, entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée – lauréate du trophée du Grand Prix des entreprises de croissance édition 2017 dans la catégorie « Agroalimentaire & Bio » – , le succès d’une entreprise repose sur sa stabilité aussi bien en terme de management qu’en ce qui concerne sa stratégie globale.

Pour Didier Boudy, P-DG de Mademoiselle Desserts, entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée – lauréate du trophée du Grand Prix des entreprises de croissance édition 2017 dans la catégorie « Agroalimentaire & Bio » – , le succès d’une entreprise repose sur sa stabilité aussi bien en terme de management qu’en ce qui concerne sa stratégie globale.

Décideurs. Quelle est l’histoire de Mademoiselle Dessert ?

Didier Boudy. C’est celle de cinq collègues, qui, en 2009, décident de racheter « Martine Spécialités », une entreprise spécialisée dans la pâtisserie surgelée avec un chiffre d’affaires de 70 millions d’euros. Immédiatement, nous nous sommes mis en tête de devenir le leader européen du secteur. Nous avons d’ores et déjà fait une petite partie du chemin, puisque le groupe – qui a pris le nom de « Mademoiselle Dessert il y a quelques mois – compte aujourd’hui neuf sites de production, 220 millions de chiffres d’affaires et 1 500 collaborateurs. 45 % de notre chiffre d’affaires est réalisée hors de France. Pour résumer, nous avons repris une jolie boite franco-française, pour en faire une très belle ETI européenne, actuellement en pleine croissance.

Quels sont les ingrédients du votre succès ?

La stabilité. D’abord en matière de management. L’équipe de 2009 est actuellement au Comex, qui est composé de cinquante personnes, toutes actionnaires de l’entreprise. Une stabilité ensuite au niveau de la stratégie. Elle n’a pas changé. Nous avons fait quelques ajustements, mais nous poursuivons toujours le même objectif. Nous déroulons notre plan consciencieusement. Nous avons également un positionnement premium, tous nos collaborateurs sont imprégnés de cette qualité qui fait aujourd’hui notre réputation.

« En tant que P- DG, je coordonne, hisse le cap, incarne la stratégie, mais je ne la porte ni plus ni moins que chacun des autres membres du Comex.»

Vous avez également trouvé les bons fonds d’investissement…

Tout à fait. Il est à mon avis essentiel, lorsqu’il est impossible de réunir 100 % du capital, de travailler avec des fonds qui adhèrent à la stratégie de l’entreprise, soutiennent le projet dans sa totalité et respectent notre vision du management. 

Qu’est ce qui fait, selon vous, un bon PDG ?

Je crois qu’il faut être passionné. Personnellement, je n’échangerais mon métier pour aucun autre. Je suis passionné par l’entreprise, par les personnes, par l’aventure que nous menons. L’équipe est soudée, chacun est à sa place. J’ai toujours eu un mode de management très orienté vers la délégation. Mes collaborateurs sont responsables. J’aime savoir ce qu’ils font, mais je ne fais pas à leur place. En tant que P- DG, je coordonne, hisse le cap, incarne la stratégie, mais je ne la porte ni plus ni moins que chacun des autres membres du Comex.

Comment s’implante-t-on à l’étranger ?

En commençant petit. Comme ça, si ça ne fonctionne pas, ce n’est pas un drame pour l’entreprise. Nous avons d’abord racheté une entreprise en Angleterre. Celle-ci à complètement explosé, puisque son chiffre d’affaire à doublé en trois ans. Nous en avons ensuite racheté une deuxième, puis une troisième. Nous voulions surtout essayer de construire une équipe locale.

« Il est essentiel de travailler avec des fonds qui adhèrent à la stratégie de l’entreprise, soutiennent le projet dans sa totalité et respectent notre vision du management. »

Quelle sera la prochaine étape ?

Le marché américain. Cette fois-ci, nous devons commencer de façon un peu plus massive pour ce soit intéressant. Mais nous avons aujourd’hui un avantage : nous savons comment nous y prendre. Nos structures sont en place. Nos équipes anglaises m’accompagnent par ailleurs dans cette démarche.

Votre siège social restera-t-il implanté en France ?

Oui. Le groupe s’appelle « mademoiselle Dessert ». Nous avions la volonté d’un nom à forte consonnance française. Nous voulons garder cette image de porte-étendard de la pâtisserie tricolore.  

 

Propos recueillis par @CapucineCoquand

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière des les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation concer...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Après deux années de débat interne, les institutions européennes se sont mises d’accord sur les objectifs énergétiques à atteindre sur la prochaine dé...

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de chacun »

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de...

Nommé l’an dernier au poste de président de l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i), Jean-François Boulier met un point d’org...

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

Dans les tuyaux depuis de nombreux mois, la vente de 49,99 % des tours télécoms se fait au profit du fonds « infra » de la société d’investissement am...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message