Benoît Tiers (e.SNCF) : "Devenir Data scientist à 55 ans, c’est possible à la SNCF !"

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour mission d’accompagner la transformation numérique de l'opérateur ferroviaire dans toutes ses activités, du terrain à la direction.

© SNCF

Benoît Tiers, directeur général de e.SNCF, dirige les activités numériques, au sens large, au sein du groupe SNCF. Cette entité créée en 2016 a pour mission d’accompagner la transformation numérique de l'opérateur ferroviaire dans toutes ses activités, du terrain à la direction.

Décideurs. Vous pilotez la transformation digitale de la SNCF depuis 2016 après être intervenu dans le nucléaire, la pharmacie ou encore le transport maritime. Quelle était votre feuille de route ?

Benoît Tiers. Notre feuille de route pour la transformation numérique du groupe se fait autour de quatre grands piliers. Le premier concerne le client, qu’il s’agisse du voyageur, de l’entreprise ferroviaire, du chargeur ou encore du transitaire car, sur les 30 milliards de chiffre d’affaires annuel, la SNCF en réalise un tiers à l’international sur les activités de transport de voyageurs mais aussi de marchandises. Le deuxième pilier intéresse les collaborateurs pour qu’ils nous aident à inventer le futur du groupe. Le troisième pilier concerne la performance économique et industrielle du groupe et le numérique va nous y aider grandement. Le quatrième et dernier pilier est transverse aux trois premiers, il consiste à voir comment le digital peut nous aider à améliorer la sécurité des opérations du groupe. Nous veillons également à ce que le numérique ne fasse pas naître de nouveaux risques.

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Le digital est dans l’ADN de la SNCF depuis longtemps car le groupe a été précurseur dans certains domaines, notamment avec le e-commerce. Nous avons en effet lancé des offres TGV uniquement via le canal de vente numérique ainsi que des applications disparues aujourd’hui car nous les avons reconcentrées. Quand on transforme une entreprise âgée de 80 ans, le principal facteur de succès est de placer l’humain au centre. C’est primordial. Ensuite l’enjeu repose sur le positionnement du numérique pour que celui-ci serve à la fois la stratégie de l’entreprise mais aussi pour qu’il en décuple les effets tant en interne qu’en externe car il est un vrai vecteur de performance.

Au vu du nombre très important de collaborateurs - 250 000 sur la totalité du groupe SNCF - il faut accompagner cette transformation digitale car elle va changer en profondeur les métiers. Aujourd’hui, nous utilisons le réseau social d’entreprise [RSE] Yammer et comptons près de 42 000 utilisateurs actifs en France.

"Quand on transforme une entreprise âgée de 80 ans, le principal facteur de succès est de placer l’humain au centre" 

Le défi tient à ce que les métiers s'approprient le numérique avec notre appui et notre garantie de cohérence. Aujourd’hui, les 130 000 collaborateurs de l’activité ferroviaire ont été équipés de smartphones ou de tablettes, des outils qui leur permettent d’exécuter leurs missions en mobilité et qui facilitent l’acculturation au numérique. Nous sommes allés plus loin encore avec notre réseau des «574 » [en référence au record de vitesse du TGV, Ndlr] ; ces maisons du digital ancrent la transformation numérique dans les territoires.

Internet des objets (ioT), intelligence artificielle (IA), quelle est votre posture face à ces gros chantiers ?

Nous réalisons beaucoup de POC [prouf of concept, Ndlr] dans le but, soit de tester puis stopper, soit de les transformer en réalisations concrètes en les intégrant dans les processus de l’entreprise. C’est le cas de la mesure de la température des rails (le « coupon connecté ») puisqu’au-delà de 40°degrés Celsius nous sommes contraints de ralentir les trains. Aujourd’hui, grâce à la mise en place d’une plateforme ioT, nous parvenons à télé-mesurer les hausses de température pour n’abaisser la vitesse que sur le segment affecté.

"Nous voulons passer d’une maintenance curative à une maintenance prédictive"

Autre gros sujet pour nous : la maintenance prédictive. Des IPad sont désormais utilisés dans nos 17 000 trains qui circulent chaque jour afin de mesurer la vibration des rails et ainsi pouvoir transmettre aux mainteneurs les lieux sur lesquels il conviendrait d’intervenir. L’objectif est de passer d’une maintenance curative à une maintenance prédictive.

Avez-vous des difficultés à attirer les talents digitaux ?

Contre toute attente, nous nous apercevons qu’il y a une concordance entre la génération Z et le profil du cheminot car ce dernier a vraiment à cœur de remplir une mission porteuse de sens pour la société, or c’est également le cas des jeunes issus de la génération Z. Résultat ? Le groupe SNCF reste attractif même pour des profils pointus tels que les Data scientist qui peuvent exercer leurs talents sur des boîtes noires de train.

Pour favoriser la formation en interne nous avons créé une école du numérique et nous essayons de faire monter en compétences nos collaborateurs sur ces nouveaux métiers. Devenir Data scientist à 55 ans lorsque l’on vient du contrôle de gestion, c’est possible à la SNCF ! Si les métiers changent, nous pouvons aussi aider les métiers à changer. L’école du numérique a été créée aussi pour limiter les freins et notamment la méconnaissance face aux enjeux digitaux. Car, rappelons-le c’est elle qui génère l’interprétation qui engendre la peur.

Propos recueillis par Anne-Sophie David

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alstom entre en négociation pour le rachat de Bombardier

Alstom entre en négociation pour le rachat de Bombardier

Le géant du ferroviaire français, Alstom, est en passe de racheter son concurrent canadien, Bombardier, dans un contexte d’endettement massif. La tran...

Une journée avec Romain Burnand, fondateur de Moneta Asset Management

Une journée avec Romain Burnand, fondateur de Moneta Asset Management

Le fondateur de Moneta Asset Management, Romain Burnand, nous a ouvert, pendant une journée, les portes de sa société pour mieux faire connaître son t...

L’industrie 4.0 , la technologie au service de l’usine du futur

L’industrie 4.0 , la technologie au service de l’usine du futur

La technologie permet d'optimiser les rendements industriels. Avec de nouveaux outils à sa disposition, le secteur secondaire se réinvente. Tour d'hor...

Une excellente alternative au MBA

Une excellente alternative au MBA

Vous êtes contraints par le temps, mais désirez passer à un niveau de leadership supérieur sans sacrifier la qualité de votre apprentissage ? Voici un...

Thematics Asset Management lance un nouveau fonds

Thematics Asset Management lance un nouveau fonds

La société de gestion propose Thematics Subscription Economy, un fonds qui est investi sur le thème de l’économie de l’abonnement.

Covéa prêt à reprendre PartnerRe à la famille Agnelli, aux dépends de Scor

Covéa prêt à reprendre PartnerRe à la famille Agnelli, aux dépends de Scor

Depuis deux ans, l’assureur français Covéa souhaite compléter son expertise autour de son cœur de métier en rachetant un réassureur. Après un an de fe...

En pleine crise financière et judiciaire, Juul lève 700 millions de dollars

En pleine crise financière et judiciaire, Juul lève 700 millions de dollars

Le producteur d’e-cigarettes, Juul, impliqué dans des procédures judiciaires qui font écho à un débat sur la consommation de ces produits par les mine...

GP Bullhound prédit les dix tendances qui feront la tech de 2020 (2/2)

GP Bullhound prédit les dix tendances qui feront la tech de 2020 (2/2)

Avec l’expansion et le besoin d’exploitation du big data, la banque d’affaires GP Bullhound a dégagé les dix tendances qui devraient soutenir la crois...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message