Deuxième cotation au programme du géant Alibaba

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba  a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

La seconde IPO du géant Alibaba se place sur le podium des plus grosses opérations de l’année. La modification des règles de la place boursière de Hong Kong, devenue plus attractive pour les start-ups technologiques chinoises, a convaincu le spécialiste du e-commerce de s’engager dans une cotation parallèle. Le groupe offrira jusqu’à 575 millions d’actions aux investisseurs sur la place de Hong Kong, dont 75 dans le cadre d’une option de surallocation, au prix maximum de 21,80 euros. Cette seconde introduction permettrait à l’entreprise de récolter entre 12,5 et 13,8 milliards d’euros. La cotation est prévue le 26 novembre.

Un second succès ?

Alibaba n’en est pas à son coup d’essai. Lors de sa première privatisation à Wall Street en 2014, le groupe avait déjà levé 25 milliards de dollars et doublé sa taille, le positionnant comme la plus grande société chinoise cotée avec 479 milliards de dollars de capitalisation boursière. Une opération considérée comme la plus importante introduction en Bourse de l’histoire. Mais alors le choix d’une double cotation, pour une entreprise qui ne manque pas de liquidités, interroge. Quel est l’intérêt ? Un choix qui s’explique puisque le PDG Jack Ma visait déjà le marché de Hong Kong en 2014. Outre les fonds collectés, qui seront destinés aux investissements technologiques - devenus essentiels face aux problèmes de croissance et de tensions commerciales rencontrés par le territoire chinois -, le géant reconsidère sa stratégie et compte améliorer son accès aux prêts des banques asiatiques.

Prêt à affronter la concurrence

Malgré le ralentissement de l’économie chinoise, Alibaba affiche une spectaculaire santé financière. En témoigne son chiffre d'affaires du premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, établi à 16,65 milliards de dollars soit une hausse de 42 % par rapport à la même période l'année passée. Le bénéfice net du groupe a rebondi de 145 % à 3,096 milliards de dollars sur un an de par son activité dans le cloud et la croissance de ses ventes. Avec 693 millions d'utilisateurs et plus de 100 000 salariés aujourd'hui, Alibaba a largement de quoi justifier ses ambitions.

Inès Giauffret 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J.H Lorenzi : (Cercle des économistes) "Il faudra deux ans pour revenir au niveau d’activité de 2019"

J.H Lorenzi : (Cercle des économistes) "Il faudra deux ans pour revenir au niveau d’activité de 2019...

Alors que s’ouvre la 20ᵉ édition des Rencontres économiques d’Aix, rebaptisées cette année Aix-en-Seine et, ambiance post-confinement oblige, organisé...

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Patrick Artus (Natixis) : "La dette devient gratuite"

Chef économiste et membre du comité exécutif de Natixis, Patrick Artus travaille depuis de nombreuses années sur les politiques monétaires menées par...

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Trésorerie : Bercy met en œuvre de nouveaux outils

Les PME s’étant vues refuser un prêt garanti par l’État peuvent bénéficier d’un dispositif d’avances remboursables ou de prêts à taux bonifiés. Si le...

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Auris Finance, l’expertise sectorielle au service des opérations financières

Le cabinet de conseil en fusions-acquisitions se distingue sur son marché par sa proximité avec les entreprises, son expertise et son pragmatisme. Pou...

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Storelift lève 5 millions d’euros pour déployer ses magasins connectés et autonomes

Le premier magasin autonome de France devrait être français. C’est ce que promet Storelift, qui a réuni 5 millions d’euros pour commencer le déploieme...

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

R. Evangelista (Edmond de Rothschild) : "L’architecture ouverte est un combat d’arrière-garde"

De nouvelles obligations de transparence pèsent désormais sur les banques privées. Leurs clients sont ainsi en mesure de comparer l’ensemble des servi...

Private equity : priorité aux build-up

Private equity : priorité aux build-up

Conséquence directe du déconfinement, les entreprises et les fonds ont pris une bonne bouffée d’air et peuvent relâcher la pression sur les dispositif...

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Procos et EY dévoilent douze propositions pour sauver le commerce spécialisé

Dans un livre blanc intitulé "Commerce spécialisé : une chance pour la France", Procos et EY évaluent l’impact de la crise sanitaire sur le secteur et...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message