Deuxième cotation au programme du géant Alibaba

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba  a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

La seconde IPO du géant Alibaba se place sur le podium des plus grosses opérations de l’année. La modification des règles de la place boursière de Hong Kong, devenue plus attractive pour les start-ups technologiques chinoises, a convaincu le spécialiste du e-commerce de s’engager dans une cotation parallèle. Le groupe offrira jusqu’à 575 millions d’actions aux investisseurs sur la place de Hong Kong, dont 75 dans le cadre d’une option de surallocation, au prix maximum de 21,80 euros. Cette seconde introduction permettrait à l’entreprise de récolter entre 12,5 et 13,8 milliards d’euros. La cotation est prévue le 26 novembre.

Un second succès ?

Alibaba n’en est pas à son coup d’essai. Lors de sa première privatisation à Wall Street en 2014, le groupe avait déjà levé 25 milliards de dollars et doublé sa taille, le positionnant comme la plus grande société chinoise cotée avec 479 milliards de dollars de capitalisation boursière. Une opération considérée comme la plus importante introduction en Bourse de l’histoire. Mais alors le choix d’une double cotation, pour une entreprise qui ne manque pas de liquidités, interroge. Quel est l’intérêt ? Un choix qui s’explique puisque le PDG Jack Ma visait déjà le marché de Hong Kong en 2014. Outre les fonds collectés, qui seront destinés aux investissements technologiques - devenus essentiels face aux problèmes de croissance et de tensions commerciales rencontrés par le territoire chinois -, le géant reconsidère sa stratégie et compte améliorer son accès aux prêts des banques asiatiques.

Prêt à affronter la concurrence

Malgré le ralentissement de l’économie chinoise, Alibaba affiche une spectaculaire santé financière. En témoigne son chiffre d'affaires du premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, établi à 16,65 milliards de dollars soit une hausse de 42 % par rapport à la même période l'année passée. Le bénéfice net du groupe a rebondi de 145 % à 3,096 milliards de dollars sur un an de par son activité dans le cloud et la croissance de ses ventes. Avec 693 millions d'utilisateurs et plus de 100 000 salariés aujourd'hui, Alibaba a largement de quoi justifier ses ambitions.

Inès Giauffret 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

F. Johner (Aldi) : "Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jour"

F. Johner (Aldi) : "Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jou...

Le secteur de la distribution connaît de grands remaniements. Le directeur général adjoint d’Aldi France, Franck Johner, revient sur la reprise de plu...

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Plan Marshall et cantonnement de la dette : les propositions de François Bayrou

Le haut-commissaire au Plan a dévoilé plusieurs pistes pour faire de la crise sanitaire un levier de croissance pour l’économie tricolore.

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de projets miniers majeurs"

F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de proj...

Malgré les conditions sanitaires actuelles et une conjoncture économique morose pour les matières premières, les 122 millions de dollars de dette banc...

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La Financière de Courcelles et FinTouch signent un partenariat d’affaires

La banque d’affaires Financière de Courcelles a conclu avec la société FinTouch un accord pour accompagner les PME et ETI dans leur développement au c...

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

Nouvelle levée de fonds de 300 millions d'euros pour Serena

L’acteur français du capital-risque annonce la finalisation d’une levée de fonds de 300 millions d’euros pour son nouveau fonds, Serena III, qui lui p...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Valérie Baudson succède à Yves Perrier à la tête d’Amundi

Dix ans après sa création en 2010, une page se tourne pour Amundi. Yves Perrier, jusqu’alors directeur général du gérant d’actifs, cède sa place à Val...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte