Deuxième cotation au programme du géant Alibaba

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba  a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marché et envisage de lever entre 10 et 15 milliards de dollars.

La seconde IPO du géant Alibaba se place sur le podium des plus grosses opérations de l’année. La modification des règles de la place boursière de Hong Kong, devenue plus attractive pour les start-ups technologiques chinoises, a convaincu le spécialiste du e-commerce de s’engager dans une cotation parallèle. Le groupe offrira jusqu’à 575 millions d’actions aux investisseurs sur la place de Hong Kong, dont 75 dans le cadre d’une option de surallocation, au prix maximum de 21,80 euros. Cette seconde introduction permettrait à l’entreprise de récolter entre 12,5 et 13,8 milliards d’euros. La cotation est prévue le 26 novembre.

Un second succès ?

Alibaba n’en est pas à son coup d’essai. Lors de sa première privatisation à Wall Street en 2014, le groupe avait déjà levé 25 milliards de dollars et doublé sa taille, le positionnant comme la plus grande société chinoise cotée avec 479 milliards de dollars de capitalisation boursière. Une opération considérée comme la plus importante introduction en Bourse de l’histoire. Mais alors le choix d’une double cotation, pour une entreprise qui ne manque pas de liquidités, interroge. Quel est l’intérêt ? Un choix qui s’explique puisque le PDG Jack Ma visait déjà le marché de Hong Kong en 2014. Outre les fonds collectés, qui seront destinés aux investissements technologiques - devenus essentiels face aux problèmes de croissance et de tensions commerciales rencontrés par le territoire chinois -, le géant reconsidère sa stratégie et compte améliorer son accès aux prêts des banques asiatiques.

Prêt à affronter la concurrence

Malgré le ralentissement de l’économie chinoise, Alibaba affiche une spectaculaire santé financière. En témoigne son chiffre d'affaires du premier trimestre de son exercice décalé 2019-2020, établi à 16,65 milliards de dollars soit une hausse de 42 % par rapport à la même période l'année passée. Le bénéfice net du groupe a rebondi de 145 % à 3,096 milliards de dollars sur un an de par son activité dans le cloud et la croissance de ses ventes. Avec 693 millions d'utilisateurs et plus de 100 000 salariés aujourd'hui, Alibaba a largement de quoi justifier ses ambitions.

Inès Giauffret 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

R. Ardant (Spendesk) : "Atteindre le statut de licorne donne un signal fort aux talents de demain"

R. Ardant (Spendesk) : "Atteindre le statut de licorne donne un signal fort aux talents de demain"

Et de 26 ! C’est au tour de Spendesk de passer la barre de valorisation du milliard de dollars et d’intégrer le club – de moins en moins fermé – des l...

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fournitures de bureau, Adveo

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fourniture...

Adveo, un des principaux grossistes européens de la distribution de fournitures de bureau, annonce la nomination de Dominique Bernard au poste de prés...

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Coup de force dans l’univers du gaming ! Microsoft annonce le projet d’acquisition de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 68,7 milliards...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robotisés"

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robot...

En bouclant une levée de fonds de 335 millions d’euros, Exotec, concepteur de robots préparateurs de commandes depuis 2015, devient la 25e licorne fra...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte