Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à la fin du mois, du Salon du dessin est l’occasion de se familiariser avec ce médium et, pourquoi pas, de se lancer dans une collection.

© Galerie Zlotowski

Georges Valmier, La leçon de piano, 1922, gouache sur papier

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à la fin du mois, du Salon du dessin est l’occasion de se familiariser avec ce médium et, pourquoi pas, de se lancer dans une collection.

À en juger par le succès grandissant du dessin sur le marché de l’art, il semble que la hiérarchie des genres et des catégories artistiques a finalement fait long feu. Longtemps relégué au rang d’art mineur, simple croquis, étude préparatoire ou faire-valoir d’une œuvre en préparation, le dessin a peu à peu acquis ses lettres de noblesse. Au point de faire l’objet de collections, au même titre que la peinture, la sculpture ou les objets d’art. Il faut dire que ce genre artistique n’est pas dénué d’atouts. Bien au contraire. D’une richesse picturale, technique et stylistique sans égal, le dessin a tout pour séduire le collectionneur. Artiste, format, medium, couleurs, époque… chacun peut ajuster ses critères et ses goûts. C’est dans l’éclectisme que réside la principale richesse du dessin. Avec une définition, proche d’une lapalissade, cette œuvre originale exécutée directement sur papier revêt une variété remarquable de réalités. De fait, « Le dessin recouvre de très nombreuses techniques : aquarelle, gouache, pastel, pierre noire, sanguine, plume, lavis… Sans parler du pastel qui peut aussi entrer dans cette définition », explique Louis de Bayser, président du Salon du dessin.

D’une richesse picturale, technique et stylistique sans égal, le dessin a tout pour séduire le collectionneur

Paris, place mondiale du dessin

Outre ses qualités intrinsèques, le dessin présente des avantages pratiques non négligeables. Léger, de format souvent réduit, il est facilement exposable et stockable. « Il peut s’avérer moins daté que certaines toiles et, de plus, on peut aisément faire cohabiter différents styles dans la même collection », détaille Louis de Bayser. D’ailleurs, les occasions pour se porter acquéreur de ces œuvres ne manquent pas. Le marché, qui s’est véritablement développé depuis une cinquantaine d’années offre régulièrement des œuvres rares dont les plus prestigieuses suscitent d’âpres batailles en salle des ventes. Mais au-delà des pièces exceptionnelles exécutées par de grands noms de l’histoire de l’art, d’autres sont heureusement plus abordables. Le Salon du dessin qui se tient chaque année à Paris depuis près de trente ans a fait de la capitale une place mondiale de ce marché. Cette année, l’événement regroupe trente-neuf galeries du monde entier et présente aussi deux expositions provenant des collections du musée Carnavalet. L’occasion de découvrir des œuvres inédites de maîtres tels qu’Egon Schiele, Gustav Klimt, Henri Matisse ou Pablo Picasso.

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Louis Vuitton, voyage dans le temps

Louis Vuitton, voyage dans le temps

Le célèbre malletier a su se faire une place au zénith de la haute horlogerie en moins de vingt ans. Retour sur un succès annoncé.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message