Des milliards pour une Europe plus verte

La Commission européenne a dévoilé les détails des mécanismes de financement pour son Pacte vert. Pas moins de 260 milliards seront consacrés chaque année, pendant cinq ans, à la bataille climatique.

La Commission européenne a dévoilé les détails des mécanismes de financement pour son Pacte vert. Pas moins de 260 milliards seront consacrés chaque année, pendant cinq ans, à la bataille climatique.

Présenté en grande pompe à Madrid, à l’occasion d’une infructueuse COP25, par une Ursula von der Leyen fraîchement entrée en fonction, le Pacte vert européen traduit la volonté unanime - ou presque - des États membres d’amener le continent vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. Le coût de cette ambition? 260 milliards d’euros chaque année pendant cinq ans. Sur cette somme colossale, au moins 100 milliards serviront à soutenir les régions dont la transformation sera la plus coûteuse, du fait d’un tissu industriel très dépendant du charbon. Cet engagement était la condition sine qua non pour obtenir l’adhésion des anciens pays du bloc communiste; la Pologne ayant déjà obtenu un délai supplémentaire pour se conformer aux objectifs fixés par Bruxelles. D’autres concessions ont dû être adoptées, notamment sur le nucléaire, tandis que le projet de taxe carbone aux frontières, défendu par la France, se voit reporté sine die.

Financement varié

Pour arriver à ses fins, la Commission a dévoilé le 14 janvier un mécanisme de financement reposant sur plusieurs piliers : les outils de soutien à l’investissement privé et public, le programme InvestEU, qui apporterait chaque année 45 milliards d’euros, et la Banque européenne d’investissement (BEI) qui mettrait sur la table 25 à 30milliards. La Commission souhaite également créer un nouveau "fonds pour une transition juste", destiné à la diversification des économies et à la reconversion des emplois et sites condamnés par la fermeture d’activités polluantes. Bruxelles souhaite voir les États y consacrer 7,5 milliards d’euros, complétés par le redéploiement, pour chaque euro dépensé via ce fonds, de 1,5 à 3 euros issus des outils actuels de la politique de cohésion, le Fonds social (FSE) et le Fonds de développement des régions (Feder). L’enveloppe totale pourrait avoisiner les 30 milliards afin de pousser les pays d’Europe centrale et de l’Est à investir ces fonds dans de réels projets écologiques dûment validés par Bruxelles.

Rassurer à l’est… et ailleurs

Avec cette proposition, qui sera soumise à négociation entre les États membres et le Parlement européen, la Commission tente ainsi de rassurer les pays préoccupés par le coût économique et social de sa transition: "Nous voulons nous assurer que les fonds sont dirigés vers les régions qui font face aux plus gros défis", a expliqué la commissaire européenne chargée de la politique régionale, Elisa Ferreira. Même son de cloche du côté du vice-président exécutif Frans Timmermans, qui a vanté aux eurodéputés un "serment de solidarité et d’équité pour ceux qui font face aux défis les plus graves, afin qu’ils fassent ce chemin avec nous". Si la Commission ne liste pas encore les territoires éligibles au soutien de ce mécanisme, elle fixe néanmoins les critères du choix seront pris en compte à la fin de l’année: intensité des émissions de gaz à effet de serre, niveau de dépendance de l’emploi d’industries fortement émettrices, existence de plans territoriaux de transition crédibles, ainsi que le besoin d’aide en fonction de la prospérité relative des territoires en question. Bruxelles promet qu’un « dialogue» sera instauré avec les États membres dès février.

Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Finance verte : la montée en puissance

Le réchauffement climatique met la planète et ses habitants en péril. Pour le limiter, la finance n’est pas forcément un problème, elle est une solution. Elle peut en tout cas contribuer à encourager
la transition énergétique grâce à la finance verte. Green bonds, politique des fonds, lutte contre le greenwashing... Le secteur monte en puissance. Mais ne peut à lui seul se substituer aux politiques publiques qui doivent devenir de plus en plus massives, offensives et contraignantes.
Sommaire Jeremy Rifkin, le pape de l'économie verte Le marché des green bonds se porte bien C.Itier (Haut-commissaire) : "La France est au début de son histoire avec l’impact investing" T. Laquitaine (Aspim) : "Les sociétés de gestion peuvent piloter directement l’amélioration des performances ESG des actifs immo Label Greenfin : l’Europe en ligne de mire B.Poirson (Ministère de l'Écologie) : "Le label Greenfin agit comme un repère de confiance" P.Baussant (Baussant conseil) : "Le label Greenfin n’est pas une démarche philanthropique" P.Fidaire (NN Investment Partners ) : "400 Md€ seront nécessaires à la transition zéro Carbonne" P. Valentin (Ecofi Investissements) : "L’Europe voudra sans doute créer un label vert"
Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

La guerre en Ukraine oblige Moscou à se tourner vers Pékin. Un choix contrait qui pourrait pénaliser la Russie à moyen-terme

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Renouer avec les enseignants, relever le niveau des élèves, promouvoir l’enseignement républicain… Plusieurs chantiers majeurs attendent le nouveau mi...

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

L’accord noué avec LFI crée plus de remous que prévu au parti socialiste qui subit une fronde venue en grande partie du Sud-Ouest. La vieille maison n...

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Nommé ministre délégué au Budget, le trentenaire hérite d'un poste qui sert de tremplin.

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Peu connue du grand public, la nouvelle ministre des Affaires étrangères est pourtant l’une des diplomates les plus chevronnées de l’Hexagone. La chir...

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message