Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati el Grably, directrice générale de Deliveroo, décrypte  la stratégie et l’avenir du groupe.

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati el Grably, directrice générale de Deliveroo, décrypte la stratégie et l’avenir du groupe.

Décideurs. Les services de livraison ont vu leur activité progresser fortement depuis le début de la pandémie et se sont installés dans le quotidien des français. Comment analysez-vous cette nouvelle donne ?  

Melvina Sarfati el Grably. Le marché de la restauration et des courses d’appoint livrées est effectivement en forte croissance. Celle-ci avait commencé avant la pandémie, car ce marché, très jeune, est  dynamique. De plus en plus de restaurants se sont tournés vers les canaux de vente digitaux et la livraison. De même, l’appétit des clients pour ces services augmente. La Covid a eu un effet d’accélérateur, c’est vrai, mais la tendance de fond semble installée dans les mœurs. Lors de la réouverture des restaurants à l’été 2020, les restaurants qui nous avaient rejoints sont restés actifs sur la plateforme, de même que les nouveaux clients. Concrètement, le nombre d’établissements affiliés à Deliveroo est passé de 12 000 début 2020 à 20 000 fin 2020. 

Pouvez-vous revenir sur les mesures mises en place pour aider les restaurants durant la crise ?  

Plusieurs mesures ont été mises en place. Ainsi, depuis plus d’un an, nous n’appliquons aucune commission sur la vente à emporter. Nous aidons aussi les restaurants à se doter de nouveaux canaux de vente : c’est le cas de Deliveroo Signature, qui permet au restaurant d’accepter des commandes directement sur son propre site, en gardant le client dans son environnement et en restant propriétaire des données client, avec la qualité de service de Deliveroo.  

Avez-vous également incité les consommateurs à soutenir les restaurants ? 

Nos consommateurs étaient les premiers à manifester le souhait de soutenir leurs restaurants préférés. Nous avons donc agi sur l’offre, en développant notre abonnement illimité Deliveroo. Il permet de bénéficier de la gratuité des frais de livraison, ce qui encourage la fréquence d’achat. Depuis juin 2020, les clients peuvent également verser un pourboire aux restaurants indépendants en arrondissant la facture à l’euro supérieur. La générosité des consommateurs nous a permis de recueillir déjà plus de 800 000 euros, intégralement reversés aux restaurants. 

Deliveroo devient un allié de taille des distributeurs. Pouvez-vous nous expliquer l’objectif des partenariats menés avec Monoprix, Franprix, Casino et les autres ?  

Dès avant la Covid, nous avions lancé la livraison de courses d’appoint en moins de trente minutes. C’est un axe très fort de développement pour nous, et un service déjà plébiscité par les clients. Nous travaillons avec les enseignes du groupe Casino, comme Franprix et Monoprix, et avons également mis en place un test avec Picard en région parisienne. Nous venons aussi de signer un partenariat avec Carrefour en France, après avoir déjà déployé ensemble nos services en Belgique, en Espagne et en Italie. Deliveroo étoffe ainsi son offre pour proposer un vaste choix à ses clients. Dans ce segment, nous proposons aussi toute une sélection de bons produits, en plus de boulangeries, des cavistes et des primeurs. 

Quels sont les attentes du nouveau partenariat que vous venez d’annoncer avec Carrefour ?

Cette alliance s’inscrit parfaitement dans cette volonté d’étoffer notre offre de courses, en proposant le choix le plus vaste à nos clients. Ils pourront retrouver un millier de références qu’ils aiment chez Carrefour. C'est d’ailleurs un partenariat d’envergure européenne, puisque nous travaillons déjà avec Carrefour en Belgique, en Espagne et en Italie.

Deliveroo vient de réaliser son introduction en Bourse. Cela va-t-il faire évoluer votre stratégie ? 

Deliveroo restera fidèle à son ADN et à son ambition : devenir l’entreprise de référence de la gastronomie et de l’alimentation. Nos axes de développement incluent les produits comme Signature et Deliveroo Plus, la livraison de courses, mais également notre concept original Editions, des cuisines partagées qui opèrent exclusivement en livraison. Être coté en Bourse n’est qu’une étape sur le chemin, et nous permettra de disposer des moyens de développer ces ambitions, pour amener toujours plus de solutions à nos partenaires restaurateurs, et toujours plus de choix à nos clients.  

Propos recueillis par Laura Breut 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Gilles et Yves-Loïc Martin. Qui sont les rois des Labos ?

Depuis 1997, les frères Martin développent un groupe de laboratoires d’analyse et de biologie médicale née d’une technologie découverte par leurs pare...

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

Jean-Louis Bouchard (Econocom) : "La RSE est la partie obligatoire de la liberté d’entreprendre"

L’économie circulaire est au cœur de l’activité d’Econocom, groupe spécialisé depuis 1973 dans les services liés à la transformation digitale. Son fon...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

Oliver Bäte (Allianz), la prime à la conversion

PDG d’Allianz depuis 2014, Oliver Bäte poursuit l’expansion de son groupe d’assurance en Europe et en Afrique de l’Est. Très impliqué sur les sujets...

Adyen, la mondialisation réussie

Adyen, la mondialisation réussie

La fintech dirigée par Pieter van der Does s’adresse aussi bien aux petits commerces qu’aux multinationales. Une stratégie couronnée de succès puisque...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte