Débat Trump Biden, bienvenue en Idiocratie

Le débat Trump Biden couronne le faible niveau du discours politique. À qui la faute ? Aux réseaux sociaux, au culte de l’instantané et à la baisse de la culture générale, cocktail infernal qui rend les gens plus stupides ? Aux candidats qui estiment que le peuple est devenu trop bête pour comprendre la complexité du monde ?

Le débat Trump Biden couronne le faible niveau du discours politique. À qui la faute ? Aux réseaux sociaux, au culte de l’instantané et à la baisse de la culture générale, cocktail infernal qui rend les gens plus stupides ? Aux candidats qui estiment que le peuple est devenu trop bête pour comprendre la complexité du monde ?

"Menteur", "Clown", "Fermez-là". Une chose est certaine, le duel oratoire entre les deux prétendants au poste de président de la première puissance mondiale n’a pas volé haut ce 30 septembre. La faute à Donald Trump, fidèle à lui-même : interruption constante de son adversaire, fake news à foison, vocabulaire digne d’un enfant, répétition de mots-clés… Difficile, dans de telles conditions, d’argumenter et contre-argumenter.

À l’issue de ce débat, deux questions peuvent se poser. Donald Trump joue-t-il un rôle de composition ? Cet appauvrissement du débat public est-il une exception américaine ? S’il est difficile de répondre à la première il est aisé de se prononcer sur la seconde.

Oui, le débat public s’appauvrit. La faute, peut-être, aux réseaux sociaux et aux médias qui ont bien souvent tendance à mettre en avant les "petites phrases" ou les punchlines. Ce qui pousse les candidats à adapter leur champ lexical et leur manière de s’exprimer. Une aubaine pour les populistes, chantres du "parler vrai", du "je dis tout haut ce que j’estime que le peuple pense tout bas". Logiquement, les responsables politiques plus modérés sont, eux aussi, contraints d’adopter les armes de leurs adversaires. Conséquence, dans pratiquement toutes les démocraties, les débats ressemblent davantage à un pugilat qu’à une confrontation d’idées.

Qu'il semble loin le temps du débat entre Barack Obama et John McCain !

Qu’il semble loin le temps des duels entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand, John Kennedy et Richard Nixon, ou encore Barack Obama et John McCain. Désormais, place aux joutes entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron où fusent attaques personnelles et insinuations en dessous de la ceinture. Place aux vitupérations de Jair Bolsonaro, aux propos à l’emporte-pièce de Matteo Salvini ou à la bataille de chiffonniers du débat sur les élections européennes.

Mépris de classe ?

D’une certaine manière, cette "baisse de niveau", si elle peut se comprendre, est une erreur de la part de la classe politique qui préfère jouer la corde de l’émotion plutôt que celle de la raison. Comme si elle estimait que le peuple était devenu trop bête pour comprendre et réfléchir. Certains sont persuadés que c’est une preuve d’agilité, un moyen de parler à tous. D’autres, parfois à juste titre, avancent qu’il s’agit d’un certain mépris de classe qui consiste à estimer estimer le grand public comme trop stupide pour écouter un raisonnement bien charpenté. La situation ressemble furieusement à La ferme des animaux de George Orwell, ouvrage dans lequel les cochons assoient leur pouvoir en abreuvant les moutons de concepts simples. Dans la fable, les moutons sont réellement stupides. Est-ce désormais le cas du grand public ? Le meilleur moyen de le savoir est d’attendre un débat où les participants pourront faire preuve de leur talent oratoire, de leur maîtrise des dossiers et de leur vision à long terme. De la science-fiction ?

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

Après Conflans-Sainte-Honorine, le grand tournant de la gauche française ?

La terrible décapitation de Samuel Paty est un désaveu terrible pour la politique "d’accommodement" d’une grande partie de la gauche qui risque probab...

Le paradoxe Yannick Jadot

Le paradoxe Yannick Jadot

Le député européen est probablement le meilleur candidat de la gauche pour la présidentielle de 2022. Seul hic, son camp n’est pas forcément de cet av...

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Couvre-feu, reconfinement : ce qu'il faut retenir du discours d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron s'est adressé à la Nation le 14 octobre au soir. Couvre-feu, reconfinement, appli, aides sociales...Voici les points importants de son...

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Covid-19 en France, ce chiffre qui interpelle

Le saviez-vous ? La première semaine d’octobre, autant de Français sont décédés du coronavirus que la semaine du 15 au 21 mars, celle où l’Hexagone es...

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités  de collaboration ?

[Table ronde] Secteur public hospitalier, acteurs privés : quelles opportunités de collaboration ?

Le groupe Décideurs a organisé, en partenariat avec le cabinet de conseil nordmann, une table ronde destinée à décrypter les nombreuses opportunités o...

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Qui sont les ministres les plus suivis sur Twitter ?

Twitter fait partie des outils indispensables pour faire entendre sa voix, a fortiori en politique. Au sein du gouvernement Castex, qui possède la plu...

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Marlène Schiappa : "Il est indispensable de déployer une offre de présence républicaine"

Dans un entretien exclusif accordé à Décideurs, la ministre déléguée à la Citoyenneté revient sur le médiatique projet de loi contre le séparatisme. S...

François Bayrou, le phénix

François Bayrou, le phénix

Député, ministre, président de parti et par trois fois candidat à la présidentielle, François Bayrou fait, depuis toujours, partie du paysage politiqu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte