De Mitterrand à Wauquiez, l'ego sur la montagne

François Mitterrand avait lancé la mode avec son ascension annuelle de la Roche de Solutré. Arnaud Montebourg et maintenant Laurent Wauquiez ont eux aussi pris l’habitude de réunir proches et presse chaque année au pied d’une montagne. Et ce n’est pas un hasard…

François Mitterrand avait lancé la mode avec son ascension annuelle de la Roche de Solutré. Arnaud Montebourg et maintenant Laurent Wauquiez ont eux aussi pris l’habitude de réunir proches et presse chaque année au pied d’une montagne. Et ce n’est pas un hasard…

Le 26 août 2018, Laurent Wauquiez entame l’ascension du Mont-Mézenc. Comme chaque année depuis 2012. A ses côtés, le président du parti Les Républicains peut notamment compter sur Damien Abad, Virginie Duby-Muller, Daniel Fasquelle, Valérie Boyer ou encore Lydia Guirous. Une fois la marche terminée, devant de nombreux journalistes, il prononce un discours offensif contre la politique d’Emmanuel Macron.

Sacré paradoxe pour le tenant d’une droite décomplexée, cette mise en scène est particulièrement mitterrandienne. En 1946, le premier président socialiste de l’Histoire fait un serment à son beau-frère Roger Gouze. Il s’engage à grimper chaque dimanche de Pentecôte la Roche de Solutré, un escarpement de calcaire de 500 mètres de hauteur qui surplombe la commune de Solutré-Pouilly. Une région importante puisque c’est là qu’il s’est caché pendant la seconde guerre mondiale sous le pseudonyme de Morland. C’est ici aussi qu’il a rencontré son épouse Danielle. A partir de 1981, ce rassemblement initialement privé est devenu public. Ministres et élus se rassemblaient autour du Président, guettant ses moindres faits et gestes. Au fil des années, le rendez-vous annuel au pied de la Roche de Solutré est entré dans l’histoire de la Ve République.

Arnaud Montebourg, qui s’est longtemps rêvé en successeur de François Mitterrand, a pour sa part pris l’habitude d’escalader le Mont Beuvray dans son fief de Saône-et-Loire. Mais pourquoi une telle ivresse des sommets ?

Mythique et religieux

Bien organisé, ce rituel revêt un aspect religieux qui permet de flatter l’ego d’hommes politiques désirant notoriété et crédibilité. « Il y a clairement une dimension christique dans ce type d’événement qui n’est pas sans rappeler l’ascension du Mont des Oliviers. Comme le Christ, l’homme politique est entouré de ses disciples avec qui il partage son pain et son vin sous la forme d’un buffet champêtre ou d’un pique-nique. Il n’est donc pas étonnant que la presse utilise fréquemment le mot pèlerinage pour ce type de rassemblement. D’autant plus qu’ils sont organisés à date fixe », souligne Olivier Ihl, professeur de sciences politiques spécialisé dans les rituels des élus.

Au-delà de l’aspect religieux, la montagne est un lieu riche de symbole. « L’élu s’y montre dans l’effort, la conquête des sommets, la prise de distance », explique l’universitaire. Un avis partagé par Pierre Bréchon, professeur à Sciences Po Grenoble : « Le sommet est un symbole de pureté, ce qui est important pour un homme politique souvent perçu comme spécialiste des petites combines. »

Ancrage local

Ce besoin de se mettre en scène au pied d’une montagne obéit également à une volonté d’ancrage local. L’élu en profite pour se montrer chez lui auprès des siens, sur une terre avec laquelle il est lié. Et si le point de rendez-vous incarne une tradition séculaire, c’est encore mieux : « La Roche de Solutré est un site préhistorique et incarne les années de résistance de François Mitterrand, le Mont Beuvray est un ancien oppidum gaulois où Vercingétorix a unifié les tribus, le plateau des Glières symbolise la lutte contre le nazisme. En bref, les lieux choisis en plus d’être esthétiquement beaux représentent une certaine idée de la France », analyse Olivier Ihl pour qui la finalité est simple : « Il ne s’agit pas de rencontrer les Français mais d’aller au-delà en faisant corps avec la France dans ce qu’elle possède de plus charnel. Ainsi, l’élu s’inscrit dans la continuité de cette Histoire et montre qu’il n’est pas un homme comme les autres. »

Compter ses forces

Mais ce n’est pas uniquement pour le plaisir de randonner dans un lieu cher et pétri d’Histoire que certains responsables de premier plan organisent ce type de rassemblement qui s’avère un bon moyen de compter ses forces et de se placer au centre de sa famille politique. En rassemblant sa famille politique, Laurent Wauquiez cherche à montrer qu’il est un homme d’union. Et pour cela, quoi de mieux que de se faire filmer avec Valérie Pécresse et Éric Ciotti, ou encore riant à gorge déployé avec Virginie Calmels ?  Pour placer ses pions comme figure centrale du PS, quoi de mieux que de réunir un maximum d’élus à ses côtés comme était habitué à le faire Arnaud Montebourg ? 

Très naturellement, l’organisateur de la marche occupe la place centrale. Et un phénomène de cour s’organise peu à peu. Comme le fait remarquer Olivier Ihl, « chaque année les observateurs scrutent qui est là, qui est placé où. Tout est organisé autour du chef qui distribue les sanctions et les gratifications via les positions spatiales occupées. »

Que ce soit à la fin août ou à la Pentecôte, ces rituels sont bien souvent organisés en période d’actualité calme. Pas une surprise s’amuse Pierre Bréchon : « Il n’est pas facile de se faire entendre dans un paysage politique très concurrentiel. Si on peut trouver un moyen d’appâter les journalistes, on le fait ». Et pour cela, mieux vaut ne pas être avare en petites phrases.

Ce qu’a très bien compris Laurent Wauquiez qui en 2015 a annoncé sa candidature à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes au Mont-Mézenc… Arnaud Montebourg a sur ses dernières années transformé sa paisible marche en rassemblement de frondeurs.

De la politique à l’ancienne ?

Bottes de foin, buffet, campagne reculée, amour de la terre, militants souvent âgés… Ces rituels ont-ils encore leur place à l’heure où la nouvelle majorité se targue d’incarner une autre vision de la politique ? Oui, estime Pierre Bréchon qui ne croit pas à la différence entre ancien et nouveau monde : « Gravir une montagne chaque année est un bon moyen de s’incarner dans la durée et de s’ancrer dans un territoire. Ce que cherchent à faire les élus macronistes parfois novices en politique. Je ne serais pas étonné si plusieurs d’entre eux se laissent chaque année gagner par la fièvre des sommets. »

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Eiffel Impact Dept, pionnier du LBO à impact positif

Eiffel Impact Dept, pionnier du LBO à impact positif

Muriel Pénicaud, Fabrice Dumonteil et Olivier Bertrand, respectivement ministre du Travail, président du groupe Eiffel Investment et magnat français d...

Hivebrite lève 18 millions d’euros auprès d’Insight Partners

Hivebrite lève 18 millions d’euros auprès d’Insight Partners

La jeune pousse française, spécialiste de la gestion de communautés en ligne, a su convaincre ses investisseurs des performances de son logiciel. Focu...

Des milliards pour une Europe plus verte

Des milliards pour une Europe plus verte

La Commission européenne a dévoilé les détails des mécanismes de financement pour son Pacte vert. Pas moins de 260 milliards seront consacrés chaque a...

PDG, qui a fait le buzz en 2019 ?

PDG, qui a fait le buzz en 2019 ?

Si Carlos Ghosn est de loin le plus recherché par les internautes de l'Hexagone, d'autres dirigeants tirent leur épingle du jeu. Pour des raisons parf...

Christiane Féral-Schuhl, l'indignée du barreau

Christiane Féral-Schuhl, l'indignée du barreau

Femme d’action et de terrain aussi peu versée dans l’art de la temporisation que dans celui du calcul politique, Christiane Féral-Schuhl a toujours «...

Ségolène Royal, le come back ?

Ségolène Royal, le come back ?

Alors que Ségolène Royal vient de quitter à grand bruit son rôle d’ambassadrice des pôles, les commentaires vont bon train. Certains parlent de compl...

Sleeping Giants, les nouveaux censeurs

Sleeping Giants, les nouveaux censeurs

Au nom de la lutte contre le racisme et les fake news, un groupe de cyberactivistes anonymes cherche à ruiner les journaux qui ont le malheur de ne pa...

Pierre-Yves Bournazel (Agir) : "Benjamin Griveaux a fait évoluer son projet et a repris certaines de mes propositions"

Pierre-Yves Bournazel (Agir) : "Benjamin Griveaux a fait évoluer son projet et a repris certaines de...

Le député Agir la droite constructive de la capitale a retiré sa candidature à la mairie de Paris pour rejoindre Benjamin Griveaux. Une initiative pri...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message