De "l'art d'être Français"

Après la nécessité de repenser le fonctionnement démocratique et celui des institutions, de revaloriser la formation et le travail, le chef de l’État a évoqué l’impératif de cultiver nos racines. Celles qui font des Français non un rassemblement d’individualités mais "une nation de citoyens".

Après la nécessité de repenser le fonctionnement démocratique et celui des institutions, de revaloriser la formation et le travail, le chef de l’État a évoqué l’impératif de cultiver nos racines. Celles qui font des Français non un rassemblement d’individualités mais "une nation de citoyens".

Pour le Président Macron, la transformation du pays passe aussi par l’identification et la valorisation de certains fondamentaux sociétaux et culturels. Par un attachement à une langue, à une culture, et par ces « permanences » que le chef de l’État s’est dit déterminé à « préserver et consolider » parce qu’il y voit les fondements d’une identité collective et les ressorts de ce qui, aujourd’hui, doit nous permettre de « redéfinir la trame de notre nation ».

Famille et engagement

En tête de ces fondamentaux qui constituent ce qu’il a appelé « l’art d’être Français », Emmanuel Macron évoque d’abord la famille, dont la structure s’est modifiée sur les dernières décennies et pour laquelle il veut aujourd’hui « une véritable ambition » destinée à « accompagner (celles) qui se sont transformées (notamment les familles monoparentales, ndlr), à retrouver une dynamique de nos natalités, à bâtir une place à chacun… ».

Autres « invariances » à raviver : le sens de l’engagement. « Nous ne sommes pas une société d’individus mais une nation de citoyens », a déclaré le chef de l’État en évoquant l’attachement aux associations et sa volonté de développer le service civique universel, cette « matrice indispensable pour irriguer des vocations dont il faut accélérer le déploiement » et l’attachement fondamental au principe de laïcité.

Laïcité et frontières

« La laïcité, c’est la possibilité de croire en Dieu ou de ne pas y croire, de vivre ensemble dans la concorde et le respect, a déclaré le Président. La loi de 1905 est notre pilier, elle est pertinente et doit être réaffirmée et pleinement appliquée. »  Ce qui a été fait lorsqu’ont été fermées des écoles et associations lorsque celles-ci ne respectaient pas les règles de la République, a-t-il rappelé avant d’aller plus loin. « Mais aujourd’hui, quand on parle de laïcité on parle du communautarisme qui s’est installé dans certains quartiers, d’un islam politique qui veut faire sécession avec notre République. Là-dessus j‘ai demandé au gouvernement d’être intraitable, a asséné le chef de l’État. Parce que c’est une menace sur la capacité à tenir la nation ensemble. »

"Il nous faut rebâtir un patriotisme inclusif où chacun prend sa part, pas une addition d'intérêts particuliers"

Enfin, il a insisté sur le rôle essentiel des frontières, ces « limites » aussi bien physiques que culturelles qui, elles aussi, participent du concept même de nation. « Pour être ouvert, pour accueillir, il faut des frontières et des règles, a déclaré Emmanuel Macron qui a dit voir dans cette problématique essentielle un des grands combats que, « avec le climat », l’Europe se doit de mener. « La responsabilité va avec la solidarité, c’est pourquoi l’Europe doit tenir ses frontières, a-t-il déclaré. Pour protéger le droit d’asile, on doit lutter contre ceux qui abusent de ce droit. Cette reprise en main doit passer par nouveaux contrôles et un débat annuel au Parlement sur la politique migratoire. Il nous faut rebâtir un patriotisme inclusif, où chacun prend sa part, pas une addition d'intérêts particuliers.»

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’Europe, terre de protection des données personnelles

L’Europe, terre de protection des données personnelles

Depuis l’adoption du RGPD le 14 avril 2016, les pays membres de l’Union européenne peuvent sanctionner les entreprises et institutions publiques non c...

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

À la tête de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) depuis février, Marie-Laure Denis connaît bien le monde de la régulation. Grâce à...

Rentrée politique : la plume fait le poids

Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se...

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Ancienne ministre et désormais directrice générale de l’ONG Oxfam France, Cécile Duflot a défendu sa vision de l’économie, lors de l’université d’été...

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’ab...

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Les 28 et 29 août s’est tenue la Ref, l’université d’été du Medef. Un événement qui est consacré à l’état des lieux du capitalisme en temps de crise.

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Trop lourde, trop complexe et trop instable, la fiscalité française est régulièrement pointée du doigt pour expliquer le manque d’attractivité du pays...

Elections à Moscou : l'affront russe

Elections à Moscou : l'affront russe

Les autorités moscovites pensaient profiter de l’été pour écarter discrètement les candidats libéraux aux élections de la Douma de Moscou. C’était sa...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message