David Goodhart, un coup de pied dans les certitudes

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le journaliste et économiste britannique David Goodhart qui dévoile plusieurs pistes dans La Tête, le Cœur et la Main.

Habituellement invisibles, de nombreux emplois manuels ont pris la lumière à la faveur de la crise sanitaire. L’occasion de les réhabiliter estime le journaliste et économiste britannique David Goodhart qui dévoile plusieurs pistes dans La Tête, le Cœur et la Main.

Les amateurs de romans post-apocalyptiques connaissent probablement cette scène issue du cultissime World War Z de Max Brooks : les survivants d’une invasion zombie, retranchés en Californie, doivent rationner leurs ressources. Désormais priorité est donnée aux travailleurs manuels et aux soignants. Les avocats, comptables et autres consultants se retrouvent relégués tout en bas de l’échelle sociale.

Fourquet et Guilluy, sauce anglaise

Selon David Goodhart, la crise sanitaire est quelque peu similaire. Du jour au lendemain, nous avons découvert à quel point les métiers de "main" (éboueurs, caissiers, agriculteurs…) et de "cœur' (aide-soignants, médecins, psychologues, pharmaciens…) étaient indispensables à la bonne marche d’une société. Inversement, les millions de salariés dotés d’un Bac+5 et travaillant dans le secteur tertiaire ont fait preuve de leur inutilité relative. Leur seule contribution ? Applaudir de leur balcon. La Covid-19 a, selon l’économiste britannique, mis en exergue le mauvais fonctionnement de notre société dominée par la "classe cognitive".

"Cinq ans après leur sortie de la faculté, presque un tiers des diplômés occupent  des emplois qui ne demandent aucun diplôme"

Et lorsque Goodhart déploie ses idées, on écoute. L’intellectuel, notamment auteur de l’ouvrage Les Deux Clans qui décortique la montée du populisme en Occident, fait partie du cercle très fermé des penseurs dont le travail bouleverse les certitudes de la classe politique. Une sorte de Jérôme Fourquet ou de Christophe Guilluy à la sauce anglaise, en somme. 

Diplômes inutiles

Selon lui, cette situation de domination de la classe cognitive est liée aux Trente Glorieuses, période durant laquelle les gouvernements occidentaux ont émis l’hypothèse qu’un futur radieux passerait par une économie de plus en plus intellectuelle et spécialisée, d’où la nécessité d’envoyer sur les bancs de l’enseignement supérieur la plus large proportion possible de jeunes. Seul hic, "au Royaume-Uni et aux États-Unis, cinq ans après leur sortie de la faculté, presque un tiers de diplômés occupent des emplois qui ne demandent aucun diplôme". Cette situation génère des millions de jeunes frustrés ayant le sentiment d’être inutiles et sous-employés. Les travailleurs de la "main" et du "cœur", de leur côté, sont dotés de compétences précises et non reconnues. Eux aussi se sentent à l’écart d’une société qui, dans les faits, accorde toutes les "gratifications sociales et financières" à une petite minorité de "diplômés d’élites", qui de plus en plus s’auto-reproduit. En bref, la majorité est insatisfaite.

Tabou à briser

Pour obtenir une société plus équilibrée, il faut selon Goodhart briser un tabou : dans l’intérêt de tous, il est inutile d’inciter les jeunes à faire aussi massivement des études. Mieux vaut anoblir les métiers du "cœur" et de la "main". L’Allemagne, la Suisse et l’Autriche seraient des exemples à suivre. Tant pis pour les établissements privés qui font un business de diplômes en carton. L’intérêt général impose de réduire le nombre de diplômés, tout en faisant en sorte que les "heureux élus" viennent de toutes les classes sociales. Un défi de taille pour rendre meilleur le tant attendu "monde d’après".

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

Stéphane Pallez : le pari gagnant de la FDJ

À la tête de la FDJ depuis 2014, Stéphane Pallez est parvenue à transformer un ancien fleuron public en entreprise mondialisée et geek.

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Popularité, l’enfer de Matignon ?

Premier ministre est un poste exposé. Sur les huit prédécesseurs de Jean Castex, six ont quitté Matignon plus impopulaires qu’à leur arrivée. Qui s’es...

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus pauvres"

D.Fassin (Collège de France) : "En France, les 5% les plus riches vivent 13 ans de plus que les plus...

Si la crise sanitaire a démontré l’agilité du système de santé, elle a également révélé au grand jour les inégalités en matière d’accès aux soins. Tit...

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Présidentielle 2022. Qui vote quoi ?

Une droite qui ne parle quasiment plus qu’aux personnes âgées, un président de la République doté d’un socle solide dans toutes les CSP, un RN souvera...

Pegasus, au cœur du scandale

Pegasus, au cœur du scandale

De nombreux États, qu’ils soient considérés comme des dictatures ou des démocraties, utiliseraient un logiciel proposé par la société israélienne NSO...

Florian Philippot, la dérive complotiste

Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lu...

Ces personnalités inspirantes qui vont éclairer votre été

Ces personnalités inspirantes qui vont éclairer votre été

Ils sont journalistes, universitaires, linguistes, journalistes, entrepreneurs... Décideurs Magazine est parti à leur rencontre pour des échanges insp...

Nicolas Hazard (Inco)  : "Je rêve que l’ESS ne soit plus un secteur"

Nicolas Hazard (Inco) : "Je rêve que l’ESS ne soit plus un secteur"

Fondateur du groupe Inco, conseiller spécial de la Commission européenne pour l’économie sociale et solidaire, Nicolas Hazard croit dur comme fer dans...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte