Dans la tourmente, EuropaCorp délaisse Pathé pour Vine

Sous pression face au remboursement de sa dette, Luc Besson privilégie l’offre du fonds américain Vine Alternative Investments aux dépens du groupe Pathé.

© DR

Sous pression face au remboursement de sa dette, Luc Besson privilégie l’offre du fonds américain Vine Alternative Investments aux dépens du groupe Pathé.

Sous pression face au remboursement de sa dette, Luc Besson privilégie l’offre du fonds américain Vine Alternative Investments aux dépens du groupe Pathé.

Tenu par une dette de près de 100 millions d’euros auprès du financier américain Vine, Luc Besson aurait accepté ce dimanche son plan de reprise. Alors que EuropaCorp menait des négociations exclusives avec Pathé pour une prise de participation majoritaire dans la société depuis le 29 mai, le studio français a engagé des pourparlers avec ses créanciers et collaborateurs financiers dans le cadre de la restructuration de sa dette et du renforcement de ses capacités financières. Aux dépens de l’offre de reprise concurrente du groupe français Pathé, Vine a pris le dessus dans la négociation en proposant de racheter les créances auprès des banques de l’entreprise.

Dette contre actions

Selon le Journal du Dimanche, le réalisateur accepterait l’offre du groupe Vine qui prévoit de convertir ses créances d’un montant de 100 millions d’euros en titres. Le fonds de gestion alternative disposera ainsi de deux tiers du capital du studio et organisera un rééchelonnement de la dette des autres banques sur dix ans. Au terme de l’opération envisagée, les participations des actionnaires d’EuropaCorp, dont le chinois Fundamental (28 %) et le pôle de Luc Besson (38 %) seront mécaniquement diluées. EuropaCorp refuse de commenter l’accord car des négociations sont en cours avec son principal créancier senior, JPMorgan qui doit donner son aval. Ce dernier aurait fait placer sous séquestre le catalogue de la firme, principal actif valorisable estimé à 139 millions d’euros. De plus, l’ensemble de l’opération reste suspendu à la validation par le tribunal de commerce de Bobigny.

Un cours d’action reparti à la hausse

Avec un prix de 15,50 euros en 2007 lors de son introduction en Bourse, le titre d’EuropaCorp avait vu son cours chuter de 32 % après l’annonce de l’ouverture d’une procédure de sauvegarde le 13 mai 2019. Au regard d’un déficit de près de 110 millions d’euros pour l’exercice 2018/2019, le tribunal de commerce de Bobigny avait accordé six mois au groupe français pour assainir sa situation financière. Il faut dire que l’échec de la superproduction, Valérian et la Cité des mille planètes puis du film Anna n’ont pas aidé : le groupe a cumulé 340 millions d’euros de pertes en quatre ans. Loin de contester l’avenir chancelant d’EuropaCorp, l’annonce de reprise par Vine a conduit à une envolée du titre de 35,54 % portant à près de 120 % le rebond boursier.

Inès Giauffret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Montpensier Finance joue la carte de la transition climatique

Montpensier Finance joue la carte de la transition climatique

Montpensier Finance a annoncé le lancement de M Climate Solutions, un fonds labellisé Greenfin ayant pour objectif d’investir dans les entreprises int...

Les conseils derrière le deal PSA-FCA

Les conseils derrière le deal PSA-FCA

Le projet de fusion entre Fiat Chrysler et PSA devrait se concrétiser sous peu, donnant naissance au quatrième constructeur mondial dont Carlos Tavare...

P. Loizelet (ANCDGP) : "Les changements opérés sur l’épargne retraite arrivent très tard"

P. Loizelet (ANCDGP) : "Les changements opérés sur l’épargne retraite arrivent très tard"

Philippe Loizelet, président de l’Association nationale des Conseils diplômés en gestion de patrimoine (ANCGDP), revient sur les douze derniers mois a...

Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Yomoni accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes

Pour Yomoni c'est un événement qui fera date ! La société d'épargne en ligne accueille Didier Le Menestrel et Philippe Vayssettes au sein de son conse...

P. Pouyanné (Total) : "Total est en train de passer de Big Oil à Big Energy"

P. Pouyanné (Total) : "Total est en train de passer de Big Oil à Big Energy"

Patrick Pouyanné, PDG de Total, dresse un état des lieux de son groupe qui, ces deux dernières années, a poursuivi sa diversification dans le gaz, les...

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Carlos Tavares, le joueur de Poker

Homme de terrain et de vision, Carlos Tavares ne craint ni les coups à encaisser ni les paris à risquer. L’actuel patron de PSA l’a prouvé en passant,...

C. Cabanis (Danone) : "Apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre"

C. Cabanis (Danone) : "Apporter la santé par l’alimentation au plus grand nombre"

Spécialisé dans les produits sains, le groupe Danone entend jouer un rôle majeur dans la révolution alimentaire qui se prépare. Entretien avec Cécile...

Multi Family Offices : qui sont-ils ?

Multi Family Offices : qui sont-ils ?

Les dernières années ont vu se produire l’émergence des family offices. Véritables chefs d’orchestre des patrimoines privé et professionnel des famill...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message