Danone-Michel et Augustin : un deal pour un adieu?

La montée de Danone à hauteur de 95 % du capital de Michel et Augustin n’est pas une surprise puisque le géant des produits laitiers l’avait envisagée dès 2016. Pourtant, l’opération semble moins appétissante aujourd’hui. Forte pression concurrentielle, pénétration difficile du marché américain, la marque voit aussi son duo iconique de fondateurs s’éloigner.
Augustin Paluel-Marmont, à gauche, et Michel de Rovira, à droite, co-fondateurs de Michel et Augustin.

La montée de Danone à hauteur de 95 % du capital de Michel et Augustin n’est pas une surprise puisque le géant des produits laitiers l’avait envisagée dès 2016. Pourtant, l’opération semble moins appétissante aujourd’hui. Forte pression concurrentielle, pénétration difficile du marché américain, la marque voit aussi son duo iconique de fondateurs s’éloigner.

« On est sur un marché très compliqué. [Danone] nous assure une certaine indépendance de gestion. Tous ces grands groupes ont l’intelligence aujourd’hui de laisser aux pépites un écosystème propice à leur développement ». C’est en ces termes qu’Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de Michel et Augustin, au micro de BFM Business, garantissait, en quelque sorte, la liberté de penser et d’agir de l’entreprise qu’il a créée en 2004 avec Michel de Rovira, à l’heure où la multinationale des produits laitiers s’arroge la quasi-totalité des parts de la société (95 %), pour une valeur d’entreprise établie qui se situerait entre 75 et 100 millions d’euros. Laconique, cette déclaration a toutefois le mérite de mettre le doigt sur deux points sensibles : l’existence de difficultés sur le marché de l’agroalimentaire et la nécessité de grandir au sein d’un réseau sans perdre son identité.

Un succès marketing indéniable

La grande réussite de Michel et Augustin, les Ben & Jerry’s français, est marketing. Les consommateurs ont été séduits par cette marque qui n’hésite pas à manier l’humour pour mettre en avant la qualité de ses produits, quitte à froisser la concurrence au passage. Ce succès marketing savamment orchestré est d’autant plus fort qu’il est incarné par les entrepreneurs eux-mêmes, camarades de classe depuis le collège parisien Saint-Louis de Gonzague, prêts à déambuler nus et tachetés comme des vaches dans le métro ou à organiser une opération « commando » au siège social de Starbucks afin d’y rencontrer son président américain Howard Schultz. Les emballages et le merchandising font eux aussi dans l’originalité : de la « vache à boire » à « l’incroyable mousse au chocolat », en passant par les « sablés ronds et bons », les autoproclamés « trublions du goût » ont fait souffler un vent de fraîcheur dans les rayons des supermarchés, qu’ils ont d’ailleurs revisités en couleurs et dans leur disposition pour mieux valoriser leurs produits.

Un positionnement haut de gamme discutable

Reste que le secteur agroalimentaire est un marché très mature où l’émergence de nouveaux produits est difficile. Michel et Augustin n’y joue assurément pas la carte de la simplicité et décline une offre haut de gamme qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Les boissons et biscuits sont essentiellement produits en France avec des ingrédients de qualité. Les sablés, par exemple, sont sous-traités au toulousain Poult – ce fabricant a cherché à racheter la PME, en vain – et répondent à des demandes exigeantes comme l’utilisation de beurre frais ou la réalisation de « petits carrés » si fragiles qu’ils relèvent du casse-tête. En magasin, les prix peuvent monter jusqu’à cinq ou six euros pour un paquet de cookies, soit deux à trois fois plus cher que la concurrence. C’est peut-être ce qui freine l’essor de l’épicerie sucrée, tandis que les produits laitiers se vendent mieux. Les ventes stagnent autour de 50 millions d’euros en 2018 alors que la PME se voyait passer la barre des 100 il y a cinq ans. Le végétal, nouvel axe « produits », doit pouvoir toucher un autre public que les jeunes actifs citadins.

Résistance à l’international

Depuis quelques années déjà, les consommateurs donnent leur préférence aux marques locales. Michel et Augustin profite pleinement de cet avantage sur les marchés francophones (France, Suisse, Belgique), pour 85 % de son CA, mais peine à l’étranger. Les cultures et les sensibilités au « bon et beau produit plus cher » sont variables. L’aventure internationale de Michel et Augustin s’est résumée à une courte apparition (un an en 2016) sur les comptoirs de plus de 7 500 Starbucks américains. Depuis, peu de choses hormis un partenariat de distribution temporaire passé avec les supermarchés Whole Foods et la compagnie aérienne Delta Airlines. Danone a réagi et fait appel à un nouveau duo de dirigeants à la tête de l’épicier : François Roche Bayard (ex-Andros et Lu) comme directeur général et Evan Holod (ex-Coca Cola) en charge du bureau américain. De fait, Michel et Augustin, de chair et d’os, prennent du recul dans la gestion régulière des affaires, même s’il est dit qu’ils resteront encore un peu… Danone parviendra-t-il à enrichir la recette des « trublions du goût » sans leurs chefs ? Rien n’est moins sûr.

@Firmin Sylla

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

Le géant japonais de la téléphonie mobile Softbank mène depuis plusieurs années une stratégie d’investissement frénétique dans les nouvelles technolog...

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

Le groupe a réussi, in extremis, son come-back en accélérant à partir de 2014 sa transformation digitale. Le géant de Roubaix, s'est recentré sur le e...

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

Structurée autour d’une équipe pédagogique d’une soixantaine de personnes, l’Aurep dispense depuis 25 ans des formations en gestion de patrimoine dans...

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

Positionnement de son cabinet de gestion de patrimoine, attente de sa clientèle, montée en puissance du private equity, importance du groupement de la...

Le management de transition, avenir du directeur financier

Le management de transition, avenir du directeur financier

Ces dix dernières années, le management de transition a séduit de plus en plus de dirigeants. Cette évolution, liée au changement du marché du travail...

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

La transaction, d’une valeur de 2,6 MD$, est le quatrième plus gros coup de l’histoire du géant de Mountain View sur le terrain du M&A.

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

Laurent Martinez a pris ses fonctions de directeur financier d’Alstom le 1er juillet 2018 après une carrière chez Airbus, alors que le projet de fusio...

Google Cloud : rendez-vous le 18 juin Porte de Versailles pour accélérer votre transformation digitale

Google Cloud : rendez-vous le 18 juin Porte de Versailles pour accélérer votre transformation digita...

Le 18 juin 2019 est une date à ne pas manquer ! Google Cloud organise le Cloud Summit Porte de Versailles. Un événement immersif qui réunit l’ensemble...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message