D. Trutt (IN Groupe) : "La crise sanitaire a confirmé notre stratégie de transformation digitale "

Basée à Paris, l’Imprimerie nationale a pris un tournant décisif en 2018 en changeant de nom. Devenue IN Groupe afin de poursuivre son développement à l’international et la transformation digitale entreprise ces dix dernières années, le groupe est aujourd’hui un acteur de référence des solutions d’identité et des services numériques sécurisés à destination des gouvernements, citoyens et entreprises. Didier Trutt, son PDG, décrypte les différentes évolutions de l’entreprise et revient sur le chantier essentiel que la France attend en matière d’identité numérique.

Basée à Paris, l’Imprimerie nationale a pris un tournant décisif en 2018 en changeant de nom. Devenue IN Groupe afin de poursuivre son développement à l’international et la transformation digitale entreprise ces dix dernières années, le groupe est aujourd’hui un acteur de référence des solutions d’identité et des services numériques sécurisés à destination des gouvernements, citoyens et entreprises. Didier Trutt, son PDG, décrypte les différentes évolutions de l’entreprise et revient sur le chantier essentiel que la France attend en matière d’identité numérique.

Décideurs. La crise sanitaire que nous traversons a-t-elle accéléré votre transformation digitale ?

Didier Trutt. La Covid-19 a accéléré la transformation digitale de tous les acteurs et notamment celle des entreprises. D’un commun accord, cela doit continuer. IN Groupe était déjà dans les starting-blocks et la crise sanitaire n’a fait que confirmer notre stratégie. La pandémie a cependant montré que l’Europe était en situation de dépendance sur plusieurs aspects en matière technologique et de services. A contrario, sur l’identité, à aucun moment nous n’avons souffert de tensions ou de problèmes sur nos offres. Avec une entreprise comme IN Groupe, la France dispose d’un acteur global de fourniture de solutions d’identités physiques et numériques qui maîtrise à la fois la technologie et les approvisionnements. Tout cela place notre pays dans une position d’autonomie décisionnelle vis-à-vis de l’identité.  

Vous venez d’être renouvelé dans vos fonctions de PDG de IN Groupe. Quelles ont été les étapes décisives de la transformation du groupe ?

Avec mon nouveau et troisième mandat, la feuille de route est claire, celle de poursuivre la transformation digitale du groupe insufflée ces dix dernières années. Nous sommes passés d’une activité d’impression des titres officiels d’identité au développement de nouveaux services pour répondre aux enjeux du numérique. L’intégration en 2014 de l’activité de composants électroniques sécurisés de la société SPS notamment utilisés dans le domaine bancaire en témoigne. L’année 2017 a également été une période importante pour l’ex-Imprimerie Nationale car elle est marquée par l’acquisition des technologies d’identité et de biométrie de la branche stratégique du groupe Thalès. Celle-ci nous a permis de maîtriser de bout en bout la chaîne de valeur de l’identité physique et numérique, allant de la collecte des données à l’identification biométrique et au contrôle d’identité. Cette intégration a fait de nous une entreprise de haut niveau d’engineering technologique à vocation internationale.

Avant la crise, qu’aviez-vous mis en place en matière de transformation digitale ?

D’abord, des plans assez court terme avant de passer à un concept où la transformation de l’entreprise est permanente et ne se résume pas à passer d’un point A à un point B. Nous avons capturé cet esprit dans un plan global intitulé "Odyssée 2020" orienté sur la digitalisation et la mobilité. Au-delà de la maîtrise de ces chaînes de valeur et de notre capacité à délivrer des solutions sécurisées d’identité numérique, nous avons pris conscience de la nécessité d’acquérir des compétences et d’étendre nos expertises pour pouvoir encore mieux servir nos clients.

Avec "Odyssée digitale 2025", nous allons mener à bien la transition complète de l'identité physique vers son double numérique à l'échelle de l'Europe"

Nous arrivons aujourd’hui au terme de ce plan dont les objectifs ont été bouclés avec un an d’avance. L’odyssée aujourd’hui se poursuit mais avec un nouveau cap fixé à 2025. Dans ce plan, le digital sera particulièrement mis en avant et présent dans toutes nos activités. Avec « Odyssée digitale 2025 », nous allons mener à bien la transition complète de l'identité physique (passeport, carte nationale d’identité…) vers son double numérique à l'échelle de l'Europe tout en conservant un niveau de sécurité élevé.

Vous avez acquis fin 2019 la société Surys et plus récemment la société Nexus. Quels sont les enjeux stratégiques de ces acquisitions ?

Notre stratégie est toujours la même, celle de devenir un acteur de référence sur toute la chaîne de valeur de fourniture d’identité numérique sécurisée. Pour ce faire, il faut maîtriser un certain nombre de briques de technologie. Les acquisitions successives de Nexus et Surys viennent compléter et conforter notre positionnement. Celle de Surys, un acteur de référence des solutions optiques de sécurité et pionnier de l’authentification et la protection de données variables des documents, vient renforcer notre offre globale notamment en ce qui concerne les composants sécurisés. Aujourd’hui, 50% des passeports mondiaux sont équipés de cette technologie. L’ambition pour IN Groupe est de créer, entre l’activité de SPS et Surys, un pôle dédié aux composants électroniques et optiques sécurisés qui permettent de protéger et renforcer davantage encore les identités, notamment dans les transactions bancaires.

"Notre ambition : devenir un acteur de référence sur toute la chaîne de valeur de fourniture d’identité numérique sécurisée"

Quant à Nexus, c’est leur capacité à compléter le groupe avec des expertises natives digitales et européennes, qui nous a convaincus. Cela donne une force considérable à l’entreprise dans l’écosystème européen tout en étant respectueuse du cadre européen du RGPD. L’entreprise est, par ailleurs, leader européen du marché de l’identité numérique pour les personnes et les objets.

En quoi IN Groupe est-il un allié de poids pour la transformation numérique des entreprises ?

Un certain nombre de pays se posent la question de fournir d’un côté une identité citoyenne régalienne et par ailleurs d’assurer une identité professionnelle différente de la première. Dans ces pays-là, la notion d’identité professionnelle fournie aux personnels de l’entreprise prend la même importance que l’identité citoyenne. C’est un positionnement révélateur des États qui ne veulent pas prendre de responsabilité pour les entreprises qui doivent alors délivrer elles-mêmes cette identité professionnelle à leurs collaborateurs. À ce niveau, se pose toute une série de questions concernant l’identification de la personne dans les locaux et son accès aux différents services.

L’enjeu est de taille pour les structures qui veulent protéger leur intégrité face aux diverses menaces, du vol à l’usurpation d’identité. Pour cela, nous déployons une offre complète d’accompagnement dans la protection de leurs données sensibles, avec des solutions de gestion d’identité professionnelle robustes et éprouvées ainsi qu’en matière de renforcement des accès logistiques et physiques. Notre prise en charge sur toute la chaîne est d’autant plus appréciée par les entreprises qui voient dans nos solutions, à la fois la possibilité de faciliter les usages au sein d’une entreprise et de protéger ses biens.

Quel est le grand chantier qui attend la France en termes d’identité numérique ?

Demain, le digital et la technologie vont continuer d’irriguer l’ensemble de notre société, et les solutions d’identité numérique vont continuer à se transformer. C’est le sens de l’histoire. L’ intelligence artificielle ou la cryptographie, par exemple, vont apporter des compléments majeurs aux marchés de l’identité et de la confiance numérique. Depuis 10 ans, IN Groupe a sans cesse repoussé les limites, notamment avec Odyssée 2020 qui nous a permis de nous adapter à ces transformations. Lors des prochaines années, nous allons continuer de porter cette transition de l’identité physique vers le numérique et d’accompagner l’ensemble des acteurs dans ce changement. États, entreprises, citoyens : en matière d’identité numérique, les attentes diffèrent beaucoup et il nous faudra être capables de proposer des solutions adaptées en fonction des besoins de chacun. Surtout, le grand défi qui attend notre pays sera de réussir à penser l’identité numérique au niveau européen.

Propos recueillis par Alexandre Lauret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Stratégie, réorganisation & restructuring 2020

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Stratégie, réorganisation & restructuring 2020
Sommaire

retrouvez l'intégralité du dossier Transformation digitale : le grand bond en avant

À chaque période trouble ses opportunités. Preuve en est la crise sanitaire qui a permis, par la force des choses, d’accélérer la révolution numérique. Télétravail, digitalisation des process, innovations dans le retail ou les loisirs : ces derniers mois ont été riches en avancées. Les plans de relance devraient accélérer la mutation de l’économie en tâchant de ne laisser personne au bord de la route, qu’il s’agisse de salariés, de petits commerçants ou des TPE PME. Décideurs Magazine dresse l’état des lieux et trace les grandes lignes du monde de demain.
Sommaire Covid-19, le grand bond en avant du digital Relance : 7 milliards pour digitaliser la France Cédric O : "Si elles veulent survivre, les entreprises doivent accélérer sur leur transition numérique" Gafa. La crise, quelle crise ? Schneider Electric et Dassault Systèmes : cap vers la tech J.C Lamoureux (Sopra Steria Next) : "Pour l'heure, les dirigeants colmatent les brèches" G.Barbosa (Talan Solutions) : "L’usage qui est fait des outils collaboratifs est très important" L. Le Chalony (Linedata) : "La digitalisation place la fonction RH comme un partenaire business”
F. Perbost (Harlay Avocats) : "Le Far West des données génétiques"

F. Perbost (Harlay Avocats) : "Le Far West des données génétiques"

Il peut sembler paradoxal d’envisager les données génétiques comme une zone de non-droit où règnerait la loi du plus fort alors qu’elles bénéficient e...

B. Clavel "Optimisez la gestion quotidienne de votre propriété intellectuelle  en quelques clics"

B. Clavel "Optimisez la gestion quotidienne de votre propriété intellectuelle en quelques clics"

Fondé en 2014 par Harbor Technologies, éditeur de logiciels et société de services en ligne pour la gestion des actifs de propriét...

T. Atamyan (Leyton) : "Seule l’innovation permettra de sortir de cette crise par le haut"

T. Atamyan (Leyton) : "Seule l’innovation permettra de sortir de cette crise par le haut"

Les défis qu’impose à nos sociétés la pandémie de Covid-19 les obligent à se livrer à une course aux solutions, pour surmonter la crise sanitaire, ma...

Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter

Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter

Microsoft a bien failli se faire bousculer par plus agile. Comment le géant de Redmond est-il parvenu à inverser la tendance ? La réponse tient en deu...

E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan"

E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan"

Humaniser la technologie n’a jamais été aussi urgent. Le prêtre dominicain Éric Salobir, fondateur et président du réseau Optic Technology, nous expli...

Hogan Lovells Paris : "L’Union européenne ne peut pas se permettre de rater le train de l’IA"

Hogan Lovells Paris : "L’Union européenne ne peut pas se permettre de rater le train de l’IA"

"On ne créera pas des champions économiques de l’intelligence artificielle sans des régulateurs qui accompagnent des créateurs porteurs de projets inn...

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement des entreprises"

X. Desmaison (Antidox) & J.-M. Bally (Aster) : "Le grand sujet, c’est de repenser le fonctionnement...

Xavier Desmaison, président du groupe de stratégie de communication Antidox, et Jean Marc Bally, fondateur du fonds de venture capital Aster, ont réce...

Le gouvernement affronte la menace digitale

Le gouvernement affronte la menace digitale

Pour garantir la protection numérique de nos institutions, le gouvernement annonce une stratégie nationale pour la cybersécurité.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte