D. Kalfon (Sanso IS) : "Ne pas cantonner l’analyse extra-financière à l'exclusion des mauvais élèves"

Sanso Investment Solutions, dont l’actionnaire de référence est OTCex, a su trouver le bon équilibre entre croissance externe et croissance organique, dans un univers pourtant en pleine mutation. David Kalfon, son président, revient pour nous sur cet environnement singulier et la stratégie mise en œuvre par la société de gestion pour tirer son épingle du jeu.
David Kalfon

Sanso Investment Solutions, dont l’actionnaire de référence est OTCex, a su trouver le bon équilibre entre croissance externe et croissance organique, dans un univers pourtant en pleine mutation. David Kalfon, son président, revient pour nous sur cet environnement singulier et la stratégie mise en œuvre par la société de gestion pour tirer son épingle du jeu.

Décideurs. Sanso IS est le fruit du rapprochement en 2017 de trois entités, Amaïka AM, Cedrus AM et 360Hixance AM. Quels furent les facteurs de complexité de cette opération très atypique ?

David Kalfon. Sur le plan opérationnel, nous avons dû rationaliser le nombre de dépositaires utilisés et les processus de traitement des informations. Sur le plan humain, il fallait rassembler ces trois équipes issues de sociétés différentes autour d’une même culture d’entreprise. Enfin au niveau commercial, nous devions refondre la gamme d’OPCVM et réaliser les inévitables fusion entre certains fonds. Un tel rapprochement est cependant créateur de richesses, à condition de trouver une véritable complémentarité entre les sociétés. La clé a été pour nous l’adhésion des collaborateurs au projet. Chacune des équipes a dû faire un pas pour sortir de sa zone de confort.

Comment ce rapprochement s’est-il concrétisé ?

L’idée était d’adopter les meilleurs modes de fonctionnement initiés par chacune des sociétés, et ainsi sélectionner les best practice. Cela nous a permis de créer un liant commun. Toutes les équipes ont traversé les mêmes épreuves, au même moment. Nous avons aussi veillé à bien expliquer aux collaborateurs l’intérêt des changements opérés et leurs apports concrets. Avec cette fusion, nous nous sommes donc tournés à 100 % vers l’investissement socialement responsable en associant l’expertise ISR de Cedrus AM aux techniques de gestion en titres vifs maîtrisées par Amaïka AM pour la gestion Actions et par 360Hixance AM pour la gestion Crédit et la gestion sous mandat. Toutes les équipes ont ainsi pu bénéficier d’un apport de compétence complémentaire.

"Chacune des équipes a dû faire un pas pour sortir de sa zone de confort"

Peu après, vous avez aussi intégré les équipes de Convictions AM. Cette opération n’est-elle pas arrivée un peu trop tôt ?

Nous n’étions pas à l’époque en recherche de nouvelles acquisitions. Ils sont venus nous trouver. Au fil des discussions, nous avons estimé que leur clientèle, leur technique de gestion, leur équipe et les nôtres étaient complémentaires et rendaient l’opération intéressante. L’ampleur de cette opération est toutefois très relative car nous avons intégré à cette occasion cinq collaborateurs et environ 120 M€ d’encours répartis sur 3 fonds.

Votre modèle d’acquisition passe par l’intégration totale des sociétés, une méthode différente de celle des multi-boutiques développée par Natixis ou Arkéa. Pourquoi avoir choisi cette approche ?

C’est avant tout une question de taille. L’intérêt à diversifier votre marque et votre approche est plus important quand le groupe pèse plusieurs milliards d’euros. Nous n’en sommes pas encore là. Notre société compte aujourd’hui 860 M€ d’encours. Nous souhaitions acquérir une taille critique et franchir un premier échelon à 1 Md€. En empruntant un modèle de multi-boutiques, nous nous privions de potentielles économies d’échelle. Tant que nous avons une taille humaine, et non industrielle, il est plus intéressant d’avoir des équipes qui collaborent et échangent de la manière la plus fluide possible.

"Nous souhaitions acquérir une taille critique et franchir un premier échelon à 1 Md€"

Les sociétés de gestion indépendantes ont-elles encore un avenir sur le marché français ?

J’en suis convaincu. Les sociétés de gestion qui grossissent ou qui passent du statut d’indépendant à celui de filiale de grand groupe libèrent de la place pour de nouveaux acteurs. Lorsque vous êtes indépendants, vous avez une agilité et une rapidité de prise de décision inégalées. C’est par exemple le cas pour la gestion d’un fonds dédié ou la gestion sous mandat qui, en dessous de certains montants, seront boudées par les acteurs d’une taille plus importante.

Vous avez une vision de l’investissement extra-financier très pure, en cumulant une approche d’exclusion et celle de best in class. N’y a-t-il pas un risque de moindre diversification de vos fonds ?

Sanso IS a une vision plurielle de l’ISR. Nos gérants regardent à la fois les notes ESG, l’empreinte carbone du portefeuille et la prise en compte des objectifs de développement durable des Nations Unies. Peu de sociétés de gestion affichent sur leur reporting ces trois grilles d’analyse. Il nous paraissait important de ne pas cantonner l’analyse des critères extra-financiers à la seule exclusion des plus mauvais élèves de la classe. Les bons élèves méritent d’être valorisés, car ils peuvent être vecteurs de croissance. Nous sommes convaincus que ces critères permettent d’identifier des zones de croissance, un positionnement d’autant plus important que nous sommes plongés dans un monde où celles-ci se raréfient et sont très souvent remises en question.

Nous avons 212 sociétés exclues au niveau mondial, sur un univers de plus de 8 000 valeurs. Moins de 5 % de notre univers d’investissement est donc écarté. Enfin, au sein de chaque secteur, le cahier des charges du label ISR élimine 20 % des entreprises les moins vertueuses. Nos équipes peuvent donc travailler sur 80 % de l’univers de départ. Ces différentes grilles d’analyse ne nous empêchent donc pas de disposer de portefeuilles très bien diversifiés.

Propos recueillis par Aurélien Florin

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Asset Management : 50 sociétés de gestion parmi les meilleures

Le marché de la gestion d’actifs est en train d’ouvrir un nouveau chapitre de son histoire. Un virage économique, financier et réglementaire que certaines structures abordent avec un temps d'avance. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de découvrir 50 sociétés de gestion parmi les meilleures.
Sommaire Gestion d'actifs : la révolution est en marche Les spécialistes (Sociétés de gestion) Les pionniers (Sociétés de gestion) Les références (Sociétés de gestion) Les explorateurs (Sociétés de gestion) E. Préaubert (Sycomore AM) : "Nous allons lancer des fonds plus globaux, sans contraintes géographiques"
Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynism...

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertitude qu’elle génère”

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertit...

Plus qu'un avocat, Philippe Cleach a également porté la casquette d'entrepreneur familial et celle de président d'un grand groupe de mode, chez Cerrut...

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

La société d’investissement LFPI est entrée en négociations exclusives avec Meeschaert ce week-end, d’après Les Echos. Elle figure en première place p...

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

Le modèle économique des cabinets de conseil en gestion de patrimoine peut-il les protéger de la crise ? David Charlet, président de l’Anacofi estime...

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un sprint"

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un...

Entre digitalisation, pilotage du risque client et gestion des talents, Vincent Placier, Directeur administratif et financier de Quadient France (anci...

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

La filière bancaire du groupe La Poste annonce le départ de son président du directoire, Rémy Weber. Une séparation liée à des désaccords sur la gouve...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme....

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

Leader dans les métiers de services à la personne, O2 est une entreprise en forte croissance qui a fait le choix de maintenir son activité durant la p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message