D. Darmon (Wendel) : "Nous restons concentrés sur les sujets de consolidation"

Société d'investissement cotée, Wendel pilote depuis le début de la crise sanitaire ses participations de manière raisonnée. Son appétit demeure toujours plus prononcé pour les beaux actifs avec une stratégie de croissance durable. David Darmon, membre du directoire, détaille les objectifs de la société européenne et ses ambitions.

© Antoine Doyen

Société d'investissement cotée, Wendel pilote depuis le début de la crise sanitaire ses participations de manière raisonnée. Son appétit demeure toujours plus prononcé pour les beaux actifs avec une stratégie de croissance durable. David Darmon, membre du directoire, détaille les objectifs de la société européenne et ses ambitions.

Décideurs. Cette période troublée par la crise sanitaire vous a-t-elle poussé à repenser votre stratégie ?  

David Darmon. Wendel est entrée dans la crise du Covid avec un bilan très sain. La société a pu maintenir sa feuille de route pendant la période et poursuivre le travail de recentrage géographique sur l’Europe et l’Amérique du Nord et de concentration du portefeuille commencée en 2018 lors du renouvellement du directoire.  

Bien entendu, la crise nous a incité à nous focaliser sur certains objectifs à plus court terme. Des mesures ont ainsi été mises en place afin de préserver la sécurité et la santé des collaborateurs de Wendel et de ses participations. En parallèle, nous nous sommes assurés de la solidité du bilan à tous les niveaux de l’organisation avec la réalisation de stress tests – sur la holding comme sur les filiales.  

Les participations du groupe sont restées dynamiques et actives, preuve de la qualité de leurs fondamentaux, à l’image de la signature par Constantia Flexibles d’un accord pour l’acquisition de la société turque Propak en avril 2021. Nos sociétés en portefeuille bénéficient aujourd’hui fortement de l’amélioration de la conjoncture et leurs chiffres d’affaires dépassent même les niveaux de 2019. Alors que la reprise s’amorce, nous sommes désormais bien équipés pour réaliser des investissements de long terme en restant disciplinés et opportunistes.  

Quelles actions avez-vous entreprises au cours de cette période ?  

Notre organisation est aujourd’hui plus flexible, opérationnelle et transparente. Chez Wendel, la crise a accéléré la transition vers un mode de travail hybride avec des méthodes de management adaptées aux contraintes sanitaires et au travail à distance. Par ailleurs, nos supports de communication se sont améliorés, notamment la présentation de notre Document d’enregistrement universel, la publication des comptes consolidés et les reportings.  

Concernant les sociétés du portefeuille, nous avons été particulièrement vigilants à la réduction des coûts fixes. Ces mesures, prises dès le début du second semestre 2020, ont largement porté leurs fruits lors de la reprise en 2021, puisque cela nous a permis d’enregistrer des marges historiquement élevées. Les équipes ont également été renforcées pour continuer à accélérer dans ce nouveau cycle.  

Wendel, qui est désormais focalisé sur l’Europe et l’Amérique du Nord, en passant de huit à trois bureaux à travers le monde, a également recentré son portefeuille autour de six investissements. L’objectif est désormais d’être à l’affût de nouvelles opportunités et dans ce contexte, de nouveaux talents ont été recrutés, notamment en growth equity.  

 "Wendel est désormais focalisé sur l’Europe et l’Amérique du Nord"

Quelle est aujourd’hui la stratégie d’investissement de Wendel ?  

Le premier pilier de notre stratégie est la croissance. Ainsi, nous restons concentrés sur les sujets de consolidation. Par le passé, nous avons mené la consolidation des services de sécurité aux États-Unis avec le rachat de huit sociétés pour Allied Universal. Nous avons poursuivi la même philosophie avec IHS qui a finalisé quatre acquisitions depuis le début de l’année en Amérique Latine ainsi qu’au Moyen-Orient.  

Nous investissons aussi dans le Wendel Lab, une poche d’investissement pour les sociétés à plus forte croissance qui va être amenée à se développer. À travers cette activité, Wendel a déjà engagé 125 millions de dollars depuis le début de l’année dans des fonds et des fonds de fonds américains de capital-investissement, très exposés à la technologie.  

Accélérer la croissance, signifie également investir massivement dans la R&D pour obtenir de meilleurs produits et de la croissance organique future pour nos sociétés en portefeuille. Il s’agit également d’acquérir de nouvelles plateformes disposant d’un fort profil de croissance telles que CPI (Crisis Prevention Institute) – notre dernière acquisition aux États-Unis. De manière opportuniste, nous pouvons aussi faire des investissements avec des profils plus industriels, comme avec Tarkett dans laquelle plus de 200 millions d’euros ont été investis.  

Enfin, il est important de rappeler que Wendel dispose d’un avantage concurrentiel comparé à la plupart des acteurs du marché : elle dispose de capitaux permanents qui lui permettent d’être un investisseur de long terme. Nos partenaires valorisent cette singularité.  

Comment se présente votre stratégie ESG ?  

Le second pilier sur lequel repose notre stratégie d’investissement est l’ESG, véritable priorité du groupe. Nous prenons en considération ces enjeux en amont de toute décision d’investissement. Ainsi, lorsque nous nous intéressons à une société, nous nous assurons qu’elle ait établi ou qu’elle soit en mesure d’établir une politique climat, diversité, santé et sécurité ainsi que d’écoception. L’objectif n’est pas nécessairement de trouver la société parfaite en matière d’ESG mais surtout qu’elle soit en mesure de progresser sur ces sujets sous notre impulsion.  

Nous sommes convaincus que la création de valeur à moyen et long terme pour nos sociétés en portefeuille passe nécessairement par une stratégie de croissance durable et ce dès notre entrée au capital. C’est pourquoi nous invitons les entreprises à formaliser une feuille de route ESG, qui fait ensuite l’objet d’une revue annuelle.  

Enfin, lorsque nous sortons d’une participation, un bilan est réalisé, d’une part, pour identifier la création de valeur apportée par l’ESG à l’entreprise et, d’autre part, pour donner les clefs au prochain acquéreur sur les projets et ambitions en cours afin qu’il puisse poursuivre les efforts. Nous veillons également, lorsque cela est possible, à partager la valeur créée avec toutes les parties prenantes.  

Nous sommes également très actifs sur la partie "Social & Gouvernance" où la diversité prend une place importante. Notamment, au sein de l’équipe d’investissement, où la féminisation se matérialise par près de 40 % d’effectifs féminins. Au global, nous comptons une majorité de femmes chez Wendel. Enfin, nous avons également reçu le Grand Prix de la transparence toutes catégories en octobre 2021 faisant ainsi de Wendel la société la plus transparente du SBF 120 sur les différents supports de communication destinés à la communauté financière. L’ESG ne se réduit donc pas uniquement à l’impact carbone.  

"Nous avons mené la consolidation des services de sécurité aux États-Unis avec le rachat de huit sociétés pour Allied Universal"

Quels sont les secteurs et zones géographiques les plus actifs auxquels Wendel s’intéresse ?  

Nous sommes aujourd’hui tournés vers l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord. Si nous réalisions auparavant beaucoup d’investissements en Afrique où nous continuons à être présents avec IHS Towers, nous ne cherchons plus à investir dans cette zone géographique, afin de pouvoir concentrer nos efforts sur nos géographies de prédilection. 

En termes de secteurs, nous sommes à la recherche d’entreprises dans des domaines à forte croissance avec des impacts positifs en matière d’ESG tels que l’éducation, la santé ou encore les services. Mais nous nous intéressons aussi à des sociétés à forts contenus technologiques et industriels qui répondent également à ces critères ESG. 

Enfin, avec le "Wendel Lab" nous nous intéressons au capital-développement. Si nous ne sommes pas positionnés sur l’amorçage, nous souhaitons accompagner dans leur développement des leaders régionaux dans la tech à la recherche d’un actionnaire pour une durée de dix à vingt ans. 

Propos recueillis par David Glaser

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe continentale”

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe...

Propulsé en mai dernier au poste de coresponsable de la Banque de financement et d’investissement (BFI) de HSBC Continental Europe à Paris, Jean-Manue...

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

B. Vibert (Technip Energies) : "Un carve-out est techniquement plus complexe qu’une fusion"

Trois ans après la fusion franco-américaine, le groupe de services parapétroliers TechnipFMC s’est scindé en début d’année 2021 pour donner naissance...

HY24, la joint-venture du futur

HY24, la joint-venture du futur

TotalEnergies, Vinci et Air Liquide ont annoncé début octobre la création d’un fonds présenté comme le plus important du monde consacré au développeme...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte