D. Charlet (Anacofi) : "Il faut profiter du "bonus image" créé pendant la crise"

Entre vaccination et réouverture de l’économie, le contexte plus favorable de la situation sanitaire est l’occasion de jeter un regard lucide sur le passé. David Charlet, président de l’Anacofi, délivre les principaux enseignements de l’enquête menée par l’association professionnelle sur les conséquences de la Covid-19 auprès des CGP.
DAVID CHARLET, Président de L’ANACOFI

Entre vaccination et réouverture de l’économie, le contexte plus favorable de la situation sanitaire est l’occasion de jeter un regard lucide sur le passé. David Charlet, président de l’Anacofi, délivre les principaux enseignements de l’enquête menée par l’association professionnelle sur les conséquences de la Covid-19 auprès des CGP.

DÉCIDEURS. Quelles sont les premières leçons données par votre seconde enquête sur le Covid ?

David Charlet. Cette enquête a permis de montrer que, comparativement à d’autres crises, nos métiers ont fait preuve d’une réelle solidité : au début de la pandémie, la moitié de nos membres estimaient que les choses se passeraient bien et, avec le recul, les résultats soulignent effectivement que, pour 60 % d’entre eux, le niveau de leur chiffre d’affaires était équivalent, voire meilleur qu’en 2019 (qui était une bonne année en termes d’activité). Assurément la crise a eu ses conséquences : un peu plus d’annonces d’intention d’arrêt qu’en temps normal mais pratiquement deux fois moins de destruction ou d’abandon du métier qu’on en a eu en 2008. Le regroupement est une option pour à peine 5 % de nos membres : on ne va donc pas passer d’un monde d’indépendants qui n’étaient majoritairement pas en réseau vers un univers tout réseau. Par ailleurs, quelle que soit la manière dont les CGP ont traversé la crise, l’immense majorité estime que l’activité en 2021 sera meilleure qu’en 2020. On note néanmoins une forme de lassitude chez certains, puisqu’environ 8 % déclarent vouloir éventuellement vendre.

Quelles sont les répercussions des périodes de confinement sur l’écosystème entourant les CGP ?

En ce qui concerne les formations, notre étude souligne que l’immense majorité préfère désormais le numérique au physique : concrètement, pour qu’une formation qui se diffuse sur tout le territoire soit remplie, il faudra quasiment faire deux fois moins de dates. A contrario pour l’événementiel, le critère discriminant est plutôt le contenu. Si ce dernier est intéressant, les deux tiers de nos membres affirment qu’ils sont prêts à y assister et ce, quelle que soit la forme.

La crise a-t-elle changé la perception extérieure des CGP ?

Pendant cette crise, les CGP étaient à la manoeuvre : toujours présents pour leurs clients et aucun d’entre eux n’a fermé. La crise a sans aucun doute un effet positif en termes d’image pour les CGP. Ils ont également profité de ce temps pour accélérer leur transformation numérique et intégrer la logique et les codes des rendez-vous à distance. Néanmoins, contrairement à la vague qu’on aurait pu attendre, peu d’entre eux ont mis en place des nouveaux systèmes d’approche clients (via le numérique ou les réseaux) et 75 % des membres disent même qu’ils n’ont rien changé dans leur approche client. Or il faut profiter de ce "bonus image" créé pendant la crise pour améliorer la captation des clients sur les deux prochaines années, dans trois ans tout le monde aura oublié que les CGP ont été géniaux durant la crise.

Quels sont les projets en cours au sein de l’Anacofi ?

Nous allons intégrer les deux associations qui accompagnaient les courtiers, l’Anacofi Assurance et l’Anacofi IOBSP, à l’intérieur d’une grande structure : l’Anacofi Courtage, une association à adhésion obligatoire compatible avec la réforme du courtage imposée par la loi récemment. Le projet, lancé au niveau juridique, sera une réalité courant 2021 et devrait répondre à plusieurs objectifs : disposer d’une entité plus grosse, capable de répondre à ce que demande l’ACPR, et redonner de la simplicité administrative à certaines de nos structures Anacofi internes, en lui donnant plus de puissance et en faisant jouer les synergies et, par ailleurs, en cessant de démultiplier les élus. Enfin, l’un des points de la réforme en cours c’est le numérique où nous procédons à la mise en place d’un nouvel outil CRM et Extranet, normalement visible pour nos membres le 29 juin. 

Propos recueillis par Sandy Andrianabiby

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

P-S. Bénac (Label Relance) : "Nous avons dépassé les 200 fonds labellisés distribués par plus de 110 sociétés de gestion"

P-S. Bénac (Label Relance) : "Nous avons dépassé les 200 fonds labellisés distribués par plus de 110...

Un an après son lancement, le label Relance s’est fait un nom auprès des sociétés de gestion. Paul-Simon Bénac, adjoint au chef du bureau Épargne et m...

Le legal design, outil de développement des "soft skills" au service de la transformation numérique des directions juridiques

Le legal design, outil de développement des "soft skills" au service de la transformation numérique...

Lors de ce premier Décideurs Talk, Sihem Ayadi, CEO et fondatrice de Juridy Legal Design, et Carla Hegly Chung, Global Head of Sales & Marketing d...

Watson Farley & Williams renforce son bureau de Dubaï

Watson Farley & Williams renforce son bureau de Dubaï

Alhassane Barry rejoint le département finance de Watson Farley & Williams à Dubaï en qualité d’associé. Il fait notamment bénéficier la firme int...

Maestria Blockchain : un nouvel acteur pour encadrer et sécuriser les projets innovants

Maestria Blockchain : un nouvel acteur pour encadrer et sécuriser les projets innovants

Seconder et sécuriser les entreprises en pleine mutation numérique sur le plan technique financier et juridique. Telle est l’ambition de la société Ma...

Sécurité des données : quel rôle pour le DPO ?

Sécurité des données : quel rôle pour le DPO ?

Si sa fonction est souvent méconnue, le DPO – délégué à la protection des données – est aujourd’hui un acteur clé pour les entreprises comme pour les...

L'accès au private equity grâce à Private Corner

L'accès au private equity grâce à Private Corner

Avec l’adoption de la loi Pacte, les acteurs privés et autres professionnels cherchent aujourd’hui à investir le réel. Illustrée par le fléchage d’une...

Création du cabinet Exso

Création du cabinet Exso

Gépy Koudadje lance Exso, nouveau cabinet de niche en droit social qui ouvrira ses portes en janvier prochain au 219, rue Saint-Honoré à Paris. Partic...

TGS France Avocats promeut une avocate à Lille

TGS France Avocats promeut une avocate à Lille

Avocate chez TGS France Avocats depuis presque quatre ans, Claire Cambernon prend la direction du bureau lillois de l’enseigne.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte