Cryptocrash : l'avenir incertain du bitcoin

Le bitcoin est à son plus bas niveau depuis 18 mois dans un contexte où le goût du risque des investisseurs diminue proportionnellement à la hausse des taux amorcée par la FED et de celle annoncée par la BCE. Mais l'inflation est-elle la seule cause de désaffection pour le roi des cryptoactifs ?

Le bitcoin est à son plus bas niveau depuis 18 mois dans un contexte où le goût du risque des investisseurs diminue proportionnellement à la hausse des taux amorcée par la FED et de celle annoncée par la BCE. Mais l'inflation est-elle la seule cause de désaffection pour le roi des cryptoactifs ?

Le cycle de l'"argent magique" caractérisé par une surabondance des liquidités ouverte par une décennie de taux d’intérêts accommodants qui avait commencé après le krach de 2008, se referme progressivement : les taux se resserrent. Depuis la première annonce de la FED en septembre 2021, le bitcoin a subi une baisse de 67% et peine de plus en plus à se crédibiliser comme une réserve de valeur fiable. Ce weekend du 11 et 12 juin, le roi des cryptoactifs a subi un nouveau revers en chutant de 20%.

La publication vendredi dernier de l’indice des prix à la consommation (CPI) par le département du Travail des États-Unis a révélé une trajectoire d’inflation haussière, déjouant les anticipations de la plupart des analystes, qui tablaient sur sa stabilisation. Ce coup de tonnerre explique largement le dévissage des principaux indices de la Bourse de New York depuis lundi et en particulier le plongeon du Nasdaq, où sont cotées les valeurs technologiques. Les opérateurs s’attendent désormais à ce que les prochaines réunions du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale entérinent de nouveaux tours de vis sur les taux d’intérêts.

La perspective d’un renchérissement du coût du crédit inéluctable lié à la hausse des prix et au ralentissement de la croissance semble avoir presque mécaniquement reporté les investisseurs vers des valeurs moins volatiles que celles des cryptoactifs : le dollar, l’or, les œuvres d’art.  Il n’est pas certain, en revanche, que la mise en œuvre de politiques déflationnistes s’accompagne nécessairement d’une remontée durable des valeurs des cryptoactifs.

Il n'est pas certain que la mise en oeuvre de politiques déflationnistes s'accompagne d'une remontée durable des valeurs des cryptoactifs

La crise actuelle des prix de l’énergie et des matières premières agricoles procède de deux événements majeurs, la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine, qui ont chacun remis au centre des rapports de force planétaires deux acteurs dont la puissance et la crédibilité avaient été remis en doute dans la décennie précédente : les banques centrales et les États. La coordination de ces acteurs a permis une sortie par le haut de la pandémie et le conflit mondialisé en cours en Ukraine les a de nouveau projetés au premier plan avec la politique des sanctions.

La fin d’un rêve libertarien ?

Le développement du bitcoin n’a pas seulement été dopé par une décennie où les facilités d’emprunt permettaient la démultiplication des placements à risques. Lancé dans l’année qui a suivi la crise financière mondiale de 2008, il a largement bénéficié de la crise de légitimité qui traversait des grandes institutions qui s’étaient montrées particulièrement faillibles. Le plus grande nation démocratique du monde avait envahi un pays qui ne lui était pas hostile et le système financier international avait permis, par sa désorganisation, un choc économique globalisé.

Comme moyen de paiement extérieur aux circuits de financements légaux reposant (outre des supports technologiques) sur la confiance entre les individus, le bitcoin s’est posé comme une alternative à la fonction régalienne des banques centrales et des États. Comme un rêve libertarien à portée de porte-monnaie numérique (et dans les faits, comme un outil pseudo-clandestin et ingénieux de contournement des circuits financiers classiques). Passé le choc inflationniste, résistera-t-il au renforcement de la légitimité des institutions que ses créateurs ont prétendu remplacer ? La nouvelle séquence qui s’ouvre pourrait voir la révolution des paiements prendre un nouveau virage, porté par les autorités monétaires via le développement de monnaies numériques de banques centrales déjà à l’étude dans la majorité des institutions monétaires, selon la Banque des Règlements Internationaux.

Loup Viallet, analyste économique et géopolitique, directeur de l’Agence Public(s)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Bignon Lebray se renforce en restructuration et contentieux

Bignon Lebray se renforce en restructuration et contentieux

Le bureau lyonnais de Bignon Lebray s’agrandit avec l’arrivée de Guillaume Douillard. Le nouvel associé est habitué des dossiers de droit des entrepri...

Avec le rachat d’Hyperlex, DiliTrust ajoute les contrats à son offre numérique

Avec le rachat d’Hyperlex, DiliTrust ajoute les contrats à son offre numérique

L’éditeur de logiciels pour les directions juridiques DiliTrust achète la start-up Hyperlex et accède ainsi à un nouveau segment sur le marché de la l...

Huitième associée en banque et finance pour Hogan Lovells

Huitième associée en banque et finance pour Hogan Lovells

Spécialiste du financement d'acquisition, à effet de levier et des opérations de restructuration, Cassandre Porges rejoint en septembre 2022 le départ...

Cookies : le Conseil d’État valide les 35 millions infligés par la Cnil à Amazon

Cookies : le Conseil d’État valide les 35 millions infligés par la Cnil à Amazon

En 2020, la Cnil sanctionnait Amazon pour des pratiques en matière de cookies qui ne respectaient pas l’article 82 de la loi Informatique et Libertés....

Squire Patton Boggs s’étoffe en immobilier

Squire Patton Boggs s’étoffe en immobilier

Estelle Vernejoul et Thomas Coëffé rejoignent la pratique immobilier du cabinet Squire Patton Boggs. Leurs compétences, complémentaires, permettront d...

TotalEnergies condamné par la Cnil à payer un million d'euros

TotalEnergies condamné par la Cnil à payer un million d'euros

Jeudi 30 mai, la Cnil a infligé une amende d’un million d’euros à la société TotalEnergies pour non-respect des obligations en matière de prospection...

Juridiction unifiée des brevets : le cabinet Casalonga codifie l’ensemble des textes

Juridiction unifiée des brevets : le cabinet Casalonga codifie l’ensemble des textes

À l’occasion des 30 ans du Code de la propriété intellectuelle ce vendredi 1er juillet, une plateforme accessible gratuitement réunit l’ensemble des t...

Fabrice Veverka arrive chez Willkie Farr & Gallagher

Fabrice Veverka arrive chez Willkie Farr & Gallagher

L’avocat spécialiste des transactions Fabrice Veverka quitte la maison qu’il avait cofondée pour rejoindre le cabinet américain Willkie Farr & Gal...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message