CroissancePlus : "L’entreprise a un rôle à jouer en temps de paix mais aussi lorsqu’il y a un conflit"

CroissancePlus : "L’entreprise a un rôle à jouer en temps de paix mais aussi lorsqu’il y a un conflit"

À l’occasion de la soirée caritative Urgence Ukraine et démocratie, l’association CroissancePlus revient, à travers les voix de son président, Thibaut Bechetoille, et de l’un de ses membres, François Bieber, sur la capacité des entrepreneurs à se mobiliser en temps de guerre.

Décideurs. Quel rôle doit jouer une association comme CroissancePlus dans un conflit comme celui que connaît l’Ukraine ?

Thibaut Bechetoille. CroissancePlus a été créée il y a 25 ans. Nous avons retravaillé sur le positionnement de l’association et établi sa raison d’être. Elle se formule en ces termes :"Il n'y a pas de limite pour l'entrepreneur à résoudre les petits et grands défis économiques, sociaux et environnementaux". À laquelle, s’ajoute une tagline (un slogan) qui est "Vive la société entrepreneuriale". Cela paraît loin de l’Ukraine mais nous pensons que si l’entreprise a un rôle à jouer en temps de paix, elle doit aussi se mobiliser lorsqu’il y a un conflit. C’est inscrit dans les gènes de l’association et ceux des entrepreneurs.

Quel message souhaitez-vous passer à vos membres ?

Chacun peut s’impliquer d’une manière ou d’une autre en s’adossant aux associations humanitaires qu’il connaît. Deux de nos membres, François Bieber, CEO de Kwanko et membre fondateur de l’ONG SOS Attitude, et Jean-Bernard Falco, président et associé de Centaurus, se sont mobilisés pour l’Ukraine. Avec leurs équipes, ils ont déjà pu livrer 45 tonnes de marchandises auprès de familles ukrainiennes. De mon côté, j’ai participé à une opération moins médiatisée mais qui a permis l’envoi d’un camion avec des produits tels que des compresses ou du désinfectant. Relayer l’événement Urgence Ukraine et démocratie du 28 mars est une autre manière pour nous de montrer ce qui se fait.

"Chacun peut s’impliquer d’une manière ou d’une autre en s’adossant aux associations humanitaires qu’il connaît"

Êtes-vous des habitués de ce type de mobilisation ?

Le conflit en Ukraine est singulier et d’une ampleur inédite mais nous avons connu d’autres types de mobilisation. Pendant le premier confinement, des initiatives ont émergé. Jean-Bernard Falco, avec ses hôtels, a mis à disposition des chambres pour les soignants. Nous nous sommes aussi engagés pour faire venir des masques quand il n’y en avait pas. Par ailleurs, nos adhérents agissent en dehors des crises sur des sujets comme l’écologie, l’égalité homme-femme ou le mentorat. Nous sommes ce type d’entrepreneur chez CroissancePlus. Nous nous sentons concernés par le rôle que l’on peut jouer dans la société.

François Bieber, membre de CroissancePlus, évoque les interventions de SOS Attitude et de Jean-Bernard Falco au profit des réfugiés ukrainiens.

Pouvez-vous nous parler de votre action ?

François Bieber. Plusieurs actions ont été menées par des membres de CroissancePlus. De mon côté, j’ai créé avec d’autres entrepreneurs, qui ne sont pas membres de l’association CroissancePlus, SOS Attitude. Notre positionnement est très simple. Quand il y a une catastrophe ou un conflit, il faut répondre à trois types de besoins fondamentaux : soigner les blessés, garantir l’approvisionnement en eau et mettre les gens à l’abri. En plein hiver, si les réfugiés dorment dehors, ils peuvent mourir de froid. Nous essayons aussi d’être le plus rapidement possible sur le terrain. Dans le cas de la guerre en Ukraine, nous avons appris le déclenchement du conflit un jeudi, nous sommes intervenus dès le dimanche. Jean-Bernard Falco, qui s’est mobilisé, voulait, au départ, activer son réseau en Pologne pour envoyer du matériel à des réfugiés ukrainiens. SOS Attitude a préféré choisir la Moldavie pour cela. Nous nous sommes coordonnés pour envoyer un maximum de ressources. L’action de Jean-Bernard a été extraordinaire.

Comment votre ONG fonctionne-t-elle ?

Nous sommes en majorité des chefs d’entreprise bénévoles. Nous allons sur le terrain, mobilisons nos réseaux et disposons d’une capacité de décision très rapide. Pour l’Ukraine, grâce à Jean-Bernard Falco, nous avons pu financer l’achat de 5 000 sacs de couchage. Nous ne sommes pas une grosse association mais cela nous permet d’être très agile et d’arriver rapidement là où on a besoin de nous, parfois même avant les plus grandes ONG qui ont une force de frappe bien supérieure mais doivent respecter des process. Le défi consiste à recueillir des financements pour constituer des stocks avant que les catastrophes adviennent sinon, le risque est que le matériel humanitaire ne soit pas livré à temps. Dans le cas de l’Ukraine, tout le monde a envie d’agir mais il est parfois compliqué de savoir quoi faire. De notre côté, nous réfléchissons en amont aux besoins sur le terrain dans ce type de situation.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

 

URGENCE UKRAINE & DEMOCRATIE

Soirée de soutien et d’appel aux dons La démocratie est en danger, en Ukraine comme en Europe.

Voulons-nous être passifs, consommer l’information en spectateurs inertes ? Ou agir concrètement, en nous rassemblant pour soutenir l’Ukraine et la Démocratie par nos dons ?

Leaders League vous invite à une soirée de soutien et d’appel aux dons "URGENCE UKRAINE & DÉMOCRATIE" au bénéfice de l’ONU-Haut-Commissariat aux Réfugiés, Reporters sans Frontières et du Groupe SOS.

Inscrivez-vous sans attendre sur https://www.urgence-ukraine-democratie.org !

Cette soirée se déroulera le lundi 28 mars au Pavillon d’Armenonville à Paris de 18h30 à 22h30.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Urgence Ukraine et démocratie : soirée de soutien et d'appel aux dons

La démocratie est en danger, en Ukraine comme en Europe. Voulons-nous être passifs, consommer l’information en spectateurs inertes ? Ou agir concrètement, en nous rassemblant pour soutenir l’Ukraine & la Démocratie, par nos dons ? Leaders League vous invite le 28 mars à une soirée de soutien et d’appel aux dons
Sommaire P. Martin (Medef) : "Pour aider l'Ukraine, nous avons noué un partenariat avec la Croix-Rouge française" Axelle Davezac (Fondation de France) : "Les entreprises doivent prendre part à l'intérêt général" A. Arjakovsky (Collège des Bernardins) : "C’est une évidence que nous devons être solidaires d’un pays meurtri" J-M Borello (Groupe SOS) : "Les ressources privées sont nécessaires pour accompagner les réfugiés ukrainiens" P. Artini (UNHCR) : “L’engagement du secteur privé pour l’Ukraine est prometteur et indispensable” F. Zimeray : “ Il faut manifester sa solidarité avec l’Ukraine de façon concrète, par des dons, par l’accueil des réfugiés” Bernard Cazeneuve : “L’enjeu n’est pas simplement économique, c'est aussi un enjeu de solidarité" C. Chabrier (France Invest) : "Notre profession croit en la démocratie, en l’Europe"
B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travailler main dans la main"

B. Stangl (Alcatel-Lucent Enterprise) : "Dans un contexte mondial tendu, nos équipes doivent travail...

En tant que directeur financier d'Alcatel-Lucent Enterprise, Bernd Stangl est responsable des finances, de la fiscalité, de la comptabilité, de l'audi...

Dossier spécial : Le private equity de demain

Dossier spécial : Le private equity de demain

La rédaction de Décideurs Corporate Finance a sélectionné les étoiles montantes de l'univers du capital-investissement ainsi que la nouvelle génératio...

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Virginie Morgon, globe-trotteuse performante et engagée

Figure incontournable parmi les grands influenceurs économiques de la planète, Virginie Morgon se démarque autant par ses résultats probants à la tête...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

Comment améliorer le recouvrement au niveau de son entreprise ?

En entreprise, les impayés sont plutôt courants et il n’est pas toujours facile d’encaisser 100% de son chiffre d’affaires. Or, les retards de paiemen...

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

E. de Bettignies (Advancy) : "Pour survivre, il est essentiel que les entreprises se transforment"

Avec 230 consultants, 25 associés et dix bureaux dans le monde, Advancy a réalisé, en 2021, 55% de croissance. Quelle est la recette de ce pure player...

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Dans la finance, l’inégalité salariale femmes-hommes ne s’efface pas

Pour les femmes, le secteur de la finance est plus inégalitaire que la moyenne française en termes de rémunération. Des inégalités particulièrement vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message