Les family offices misent sur l’alternatif et le durable

BlackRock vient de publier les résultats d’une vaste enquête portant sur les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité des family offices. Menée auprès de 185 professionnels du monde entier, l’étude démontre que la crise a agi comme un catalyseur de tendances préexistantes : un appétit croissant pour les actifs alternatifs et l’investissement durable.

BlackRock vient de publier les résultats d’une vaste enquête portant sur les conséquences de la crise sanitaire sur l’activité des family offices. Menée auprès de 185 professionnels du monde entier, l’étude démontre que la crise a agi comme un catalyseur de tendances préexistantes : un appétit croissant pour les actifs alternatifs et l’investissement durable.

À en croire la première étude intitulée "Les family offices face à l’impact de la Covid-19" publiée la semaine dernière par BlackRock, la crise n’aurait rien changé à l’activité de cette catégorie de professionnels. Ou presque. L’un des principaux enseignements de cette enquête montre que moins d’un quart des family officers répondants (23 %) a l’intention de modifier sensiblement leur allocation d’actifs. Une proportion étonnamment basse qui s’explique notamment par l’horizon d’investissement (très) long terme des portefeuilles de ces structures. Parmi ceux qui ont été amenés à procéder à des arbitrages, "la priorité absolue était de trouver un substitut aux allocations obligataires, tandis que les préoccupations relatives à la valorisation des actions et aux besoins de liquidité sont placées au premier plan", révèle l’étude.

Cap sur l’alternatif

Dans la tempête, loin des traditionnels marchés actions et obligations, les actifs alternatifs ont beaucoup séduit. La preuve ? Ils représentent en moyenne, 35 % des allocations des portefeuilles des family offices. Dans le détail, il semblerait que le capital-investissement tire particulièrement son épingle du jeu. Représentant entre 10 % et 25 % des portefeuilles, le non coté a la cote. Au point de devenir un axe de développement assumé puisque plus de la moitié des sondés (55 %) déclarent s’attendre à accroître leur exposition au private equity. Même constat pour les actifs d’infrastructure.  Aujourd’hui modestement représentés dans les portefeuilles des family offices – "56 % des investisseurs ayant une exposition de 5 % ou moins" à cette classe d’actif, ils devraient monter en puissance dans les prochains mois. En effet, 62 % des répondant ont l’intention d’augmenter leur exposition à cette typologie d’asset. Enfin, autres actifs alternatifs, la dette privée et les fonds spéculatifs devraient également gagner en importance dans les allocations. Les premiers promettraient des "rendements potentiels suscités par la dislocation des marchés", alors que les seconds permettraient par exemple de "remplacer les titres obligataires".

Le durable, vraie tendance de fond

S’il est un sujet qui rassemble les family offices interrogés par BlackRock, c’est bien l’investissement durable. Selon les résultats de l’étude, 80 % des professionnels interrogés ont actuellement intégré une exposition à ce type d’actifs dans leur stratégie de gestion avec la conviction, pour 59 % des sondés, que "la poursuite de leurs objectifs en matière de durabilité ne compromettra pas le rendement". Derrière ce constat quasi-unanimement partagé se cachent pourtant bien des disparités. D’ordre stratégiques tout d’abord puisque les professionnels sont partagés quant à la manière d’appréhender l’investissement durable : 34 % plébiscitent les politiques d’exclusion, 56 % utilisent des stratégies durables dédiées et 38 % "ont adopté la durabilité comme élément clé de leur évaluation des risques d'investissement". D’ordre géographiques ensuite car, comme le souligne l’enquête, "l'ampleur des engagements en faveur de l'investissement durable varie d'une région à l'autre". Une chose est certaine : quelles que soient les positions des répondants, tous entendent accélérer sur le sujet des investissements éthiques. Un mouvement déjà observé au pire de la crise sanitaire, en 2020.  

S.V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family office : La relève

Un vent nouveau souffle dans le monde des multi-family offices. De nombreux professionnels reconnus du patrimoine, principalement issus de grands établissements bancaires, ont choisi ces dernières années d’exercer leur activité en tant qu’indépendants. Une décision motivée par leur envie de conseiller leurs clients avec un maximum de liberté et d’objectivité.
Sommaire Multi-family-offices : la nouvelle vague Family offices : la profession s’organise par-delà les frontières L. de Swarte (Club MFO) : "Nous invitons les nouveaux family offices à bien réfléchir à leur business model" Family office : La relève (1/5) Family office : La relève (2/5) Family office : La relève (3/5) Family office : La relève (4/5) Family office : La relève (5/5)
Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

M. de Bazelaire (HSBC) : "La réallocation du capital vers une économie régénérative est primordiale"

Alors que plus de la moitié de l’économie mondiale dépend directement de la nature, l’Europe et la France font figure de bons élèves en matière de pri...

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Supernova Invest lance son fonds de deeptech late-stage de 145 millions d’euros

Le fonds d’investissement Supernova Invest, spécialisé dans le secteur des entreprises en forte rupture technologique (deeptech), vient d’annoncer le...

J. Powell conserve son trône à la Fed

J. Powell conserve son trône à la Fed

Le 22 novembre dernier, le président américain Joe Biden reconduisait Jerome Powell à la présidence de la Fed. Grâce à cette manœuvre politique il pro...

Air France KLM, le cash évite le crash

Air France KLM, le cash évite le crash

Alors que l’arrivée de Benjamin Smith à la tête du groupe en 2018 donnait un nouveau souffle à la compagnie aérienne, celle-ci est touchée de plein fo...

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Marie-Christine Coisne-Roquette, milliardaire discrète et ambitieuse

Fille du fondateur du distributeur de matériel électrique Sonepar, Marie-Christine Coisne-Roquette cultive le secret et l’ambition. Depuis qu’elle en...

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

D. Baur (Pierre Fabre) : "Le détourage est toujours plus ardu que ce qui avait été anticipé"

Le groupe Pierre Fabre a procédé à un recentrage d’activité en 2020 et notamment la cession d’une partie de ses activités de sous-traitance industriel...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte