À quels changements aspirent les PME ?

Selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, les entreprises françaises n’attendent pas la fin de la crise pour entamer leurs restructurations. D’ores et déjà, 60 % d’entre elles annoncent vouloir investir dans la technologie durant les cinq prochaines années.

Selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, les entreprises françaises n’attendent pas la fin de la crise pour entamer leurs restructurations. D’ores et déjà, 60 % d’entre elles annoncent vouloir investir dans la technologie durant les cinq prochaines années.

C’est un chiffre qui montre l’ampleur de l’impact de la Covid-19 sur l’économie. En France, selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, 98 % des PME déclarent avoir été touchées par la crise. L’Hexagone ne fait malheureusement pas figure d’exception puisque ce constat est partagé par 98 % des entreprises dans le monde. Si 80 % des PME françaises estiment qu’elles étaient préparées pour affronter cette tempête et bien que "seulement" 2 % d’entre elles craignent pour leur survie à long terme, les sociétés souhaitent activer dès maintenant des changements afin de renforcer leur agilité.

Au-delà des critères financiers

 "Les entreprises n’ont pas attendu la fin de la crise pour enclencher leur reconstruction : elles ont déjà engagé des changements opérationnels importants pour devenir plus résilientes après avoir constaté que leurs plans d’urgence n’étaient pas assez robustes pour faire face à la pandémie", commente Jacques Sourbier, directeur de la Banque d’Entreprises (CMB) HSBC France. Interrogées sur les leviers de résilience, les entreprises de l’Hexagone s’appuient sur la valorisation des clients (46 %), le bien-être des employés (44 %), l’adaptation rapide aux événements extérieurs (42 %) et sur un bilan financier solide (39 %).

D’ailleurs, "malgré le confinement, la forte augmentation du télétravail et l’éloignement entre les entreprises et leurs clients, l’étude montre un rapprochement des collaborateurs entre eux mais aussi des firmes avec leurs consommateurs", souligne l’enquête "Navigator" menée en mai. Ainsi, 77 % des PME françaises se sont-elles senties plus proches de leurs partenaires stratégiques/de la chaîne d'approvisionnement, 73 % de leurs employés et 72 % de leurs clients.

Les freins

De nombreuses contraintes ont toutefois été identifiées par les entreprises quant à leur volonté de devenir plus résilientes. Pour 34 % des PME françaises, le moral des employés se révèlera être un facteur déterminant, tout comme le maintien d’un flux de trésorerie (26 %) et leur capacité à informer leurs collaborateurs sur les nouvelles façons de travailler (23 %). 

Technologie et innovation

La principale priorité des entreprises pour les années à venir sera d’investir dans la technologie et l’innovation : 60 % d’entre elles comptent s’y atteler au cours des cinq prochaines années. Ainsi, 62 % des entreprises considèrent que l’utilisation d’outils de rencontre et de collaboration virtuelle deviendra une pratique commerciale courante. Enfin, les questions de développement durable restent aussi importantes pour les PME. Plus de la moitié porte une attention égale (24 %) ou plus forte (30 %) aux sujets de durabilité après la crise.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alain Afflelou : "Le monde d’après ne sera rien d’autre que le monde d’avant, en plus pauvre"

Alors que, partout, l’émergence imminente d’un monde d’après Covid semble faire consensus, Alain Afflelou le reconnaît : il n’y croit pas. Sans cynism...

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertitude qu’elle génère”

P. Cleach (François, Cleach & Associés) : “Le pire caractère de la crise actuelle tient à l’incertit...

Plus qu'un avocat, Philippe Cleach a également porté la casquette d'entrepreneur familial et celle de président d'un grand groupe de mode, chez Cerrut...

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

LFPI en pole position pour la reprise de Meeschaert

La société d’investissement LFPI est entrée en négociations exclusives avec Meeschaert ce week-end, d’après Les Echos. Elle figure en première place p...

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

D. Charlet (Anacofi) : "Les cabinets de CGP seront forcement impactés par la crise"

Le modèle économique des cabinets de conseil en gestion de patrimoine peut-il les protéger de la crise ? David Charlet, président de l’Anacofi estime...

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un sprint"

V. Placier (Quadient) : "Nous devons être capables, au quotidien, de courir un marathon plutôt qu’un...

Entre digitalisation, pilotage du risque client et gestion des talents, Vincent Placier, Directeur administratif et financier de Quadient France (anci...

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

Rémy Weber quitte le directoire de La Banque Postale

La filière bancaire du groupe La Poste annonce le départ de son président du directoire, Rémy Weber. Une séparation liée à des désaccords sur la gouve...

Hollywood vs Bollywood : le match

Hollywood vs Bollywood : le match

Les États-Unis construisent leur puissance sur le soft power dont Hollywood est la locomotive. Avec Bollywood, l'Inde espère rivaliser à moyen-terme....

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

B.Revol (O2 Care Services) : "Nous avons maintenu l’activité, contrairement à nos concurrents"

Leader dans les métiers de services à la personne, O2 est une entreprise en forte croissance qui a fait le choix de maintenir son activité durant la p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message