À quels changements aspirent les PME ?

Selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, les entreprises françaises n’attendent pas la fin de la crise pour entamer leurs restructurations. D’ores et déjà, 60 % d’entre elles annoncent vouloir investir dans la technologie durant les cinq prochaines années.

Selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, les entreprises françaises n’attendent pas la fin de la crise pour entamer leurs restructurations. D’ores et déjà, 60 % d’entre elles annoncent vouloir investir dans la technologie durant les cinq prochaines années.

C’est un chiffre qui montre l’ampleur de l’impact de la Covid-19 sur l’économie. En France, selon une étude publiée le 21 juillet par HSBC, 98 % des PME déclarent avoir été touchées par la crise. L’Hexagone ne fait malheureusement pas figure d’exception puisque ce constat est partagé par 98 % des entreprises dans le monde. Si 80 % des PME françaises estiment qu’elles étaient préparées pour affronter cette tempête et bien que "seulement" 2 % d’entre elles craignent pour leur survie à long terme, les sociétés souhaitent activer dès maintenant des changements afin de renforcer leur agilité.

Au-delà des critères financiers

 "Les entreprises n’ont pas attendu la fin de la crise pour enclencher leur reconstruction : elles ont déjà engagé des changements opérationnels importants pour devenir plus résilientes après avoir constaté que leurs plans d’urgence n’étaient pas assez robustes pour faire face à la pandémie", commente Jacques Sourbier, directeur de la Banque d’Entreprises (CMB) HSBC France. Interrogées sur les leviers de résilience, les entreprises de l’Hexagone s’appuient sur la valorisation des clients (46 %), le bien-être des employés (44 %), l’adaptation rapide aux événements extérieurs (42 %) et sur un bilan financier solide (39 %).

D’ailleurs, "malgré le confinement, la forte augmentation du télétravail et l’éloignement entre les entreprises et leurs clients, l’étude montre un rapprochement des collaborateurs entre eux mais aussi des firmes avec leurs consommateurs", souligne l’enquête "Navigator" menée en mai. Ainsi, 77 % des PME françaises se sont-elles senties plus proches de leurs partenaires stratégiques/de la chaîne d'approvisionnement, 73 % de leurs employés et 72 % de leurs clients.

Les freins

De nombreuses contraintes ont toutefois été identifiées par les entreprises quant à leur volonté de devenir plus résilientes. Pour 34 % des PME françaises, le moral des employés se révèlera être un facteur déterminant, tout comme le maintien d’un flux de trésorerie (26 %) et leur capacité à informer leurs collaborateurs sur les nouvelles façons de travailler (23 %). 

Technologie et innovation

La principale priorité des entreprises pour les années à venir sera d’investir dans la technologie et l’innovation : 60 % d’entre elles comptent s’y atteler au cours des cinq prochaines années. Ainsi, 62 % des entreprises considèrent que l’utilisation d’outils de rencontre et de collaboration virtuelle deviendra une pratique commerciale courante. Enfin, les questions de développement durable restent aussi importantes pour les PME. Plus de la moitié porte une attention égale (24 %) ou plus forte (30 %) aux sujets de durabilité après la crise.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte