Le coworking rebat les cartes de l'immobilier de bureaux

L'émergence des nouveaux modes de travail et l'explosion des plates-formes numériques bouleversent les codes du marché de l'immobilier de bureaux. La question de la valeur ajoutée se pose, plus que jamais, aux acteurs historiques du marché.

© WeWork

WeWork Paris

L'émergence des nouveaux modes de travail et l'explosion des plates-formes numériques bouleversent les codes du marché de l'immobilier de bureaux. La question de la valeur ajoutée se pose, plus que jamais, aux acteurs historiques du marché.

Boire un smoothie, faire une séance de sport sur un tapis de course puis enchaîner une réunion avec son community manager : la tendance du coworking – cette nouvelle génération de bureaux équipés avec durées d'engagement réduites – a profondément modifié l'environnement du travail. Mixte entre bureaux connectés, salles de réunion atypiques, lieux de vie et de restauration : ces espaces offrent bien plus de services que le traditionnel immobilier d'entreprise, transformant ainsi le bailleur en maître d'hôtel.

En 2017, on en compte 235, contre une petite dizaine en 2010. En Île-de-France, ils représentent 2 % à 3 % de l'offre mais devraient atteindre les 10 % à 20 % d'ici cinq ans, selon l'Observatoire régional de l'immobilier d'entreprise en Île-de-France (ORIE). En effet, coworking et centres d'affaires représentent aujourd'hui 12 % de la demande placée à la location pour les transactions de bureaux de plus de mille mètres carrés. « Le coworking rebat les cartes et c'est toute la conception de l'aménagement des espaces de travail qui s'en trouve changé », affirme Cécile de Guillebon, présidente de l'ORIE. Une petite révolution sur le marché de l'immobilier de bureaux. « L'évolution forte du corwoking a changé la relation entre le bailleur et le preneur. L'arrivée des plates-formes numériques comme Wework ont glissé entre les deux parties un intermédiaire qui vend au locataire du service », analyse Emmanuel Cordié, conseil en marketing, numérique et immobilier chez DRE. De nouveaux acteurs du numérique (CoJob, Kwark, Easywork, Office Riders, etc.) côtoient désormais ceux de l'industrie immobilière, bousculant les fondamentaux du métier.

Risque d'une désintermédiation 
Une question se pose alors : l'explosion des plates-formes comme Leboncoin et Airbnb fait-elle courir aux les brokers le risque de la désintermédiation ? Pour Sophie Desmazières, présidente de BureauxLocaux.com, deux marchés coexistent : « Il y a le marché des acteurs nés grâce au Web, à l'image de Airbnb, et puis il y a l'immobilier d'entreprise où opérateurs et la nature des deals ne changent pas mais où l'accès au marché n'est plus le même », observe-t-elle. Si les professionnels sont les premiers à poster leurs annonces sur Leboncoin, elle est convaincue que les plates-formes spécialisées restent les mieux placées pour délivrer des informations qualifiées et exhaustives, nécessaires à une vision globale du marché.

Ce qui est manifeste, en revanche, c'est qu'Internet a apporté une transparence inédite, sur l'offre comme sur les prix, dans un secteur souvent qualifié d'opaque. « Depuis un an, le numérique a engendré une véritable remise en question de la part des conseillers en immobilier sur la valeur ajoutée qu'ils apportent. Le métier doit évoluer vers une offre d'accompagnement et de services plus pointue et spécifique », analyse Sophie Desmazières. Le développement des sites d'annonces en ligne insuffle un regain de vitalité sur un marché désormais ouvert à des entreprises jusqu'alors inconnues. « Comme on a pu le voir dans le secteur de la restauration, des taxis ou de l'hôtellerie, l'ubérisation a permis de fluidifier le marché et d'apporter de nouvelles opportunités », constate la chef d'entreprise. Une rupture des usages qui pourrait se révéler moteur de croissance.

Charlotte Danjou

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Les PME ont davantage recours au financement alternatif

Dans la plupart des pays, le financement des petites et moyennes entreprises a évolué depuis la crise financière de 2008. Les banques devenues réticen...

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Jean-Baptiste Say et les systèmes d’information

Conçus à l’origine comme de simples outils d’appui pour les directeurs financiers, les systèmes d’information seraient en passe de devenir des « créat...

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Anke Bridge Haux (Credit Suisse) : « Le contact humain est absolument impossible à numériser »

Pour Anke Bridge Haux, les établissements financiers suisses peuvent exister aux côtés des grandes banques étrangères, des FinTech et des géants tec...

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Danone étend sa participation au capital de Michel et Augustin

Déjà propriétaire de 40 % des actions de Michel & Augustin, le leader mondial des produits laitiers, Danone, devient l’actionnaire majoritaire à 9...

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Philippe Gautier (SMCP) : « Le digital est un des leviers les plus importants pour une entreprise »

Alors que le groupe qui détient les célèbres marques Sandro, Maje et Claudie Pierlot vient de publier un chiffre d’affaires excédant le milliard d’eur...

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Julien Marcilly (Coface) : « Les risques politiques sont en hausse »

Coface met à la disposition de ses clients une analyse des risques pour les aider à prendre les bonnes décisions et à prévenir les risques de crédit....

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité...

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et tout...

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des financements complexes »

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des fin...

Un investisseur ayant un taux d’endettement élevé aura très souvent des difficultés à recourir à l’emprunt pour financer ses opérations immobilières,...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message