Freiner la propagation du virus grâce aux données mobiles

Freiner la propagation du virus grâce aux données mobiles

Afin d’étudier les déplacements de population au cours de cette crise sanitaire, et donc de mieux comprendre comment se propage le virus mortel, Orange a signé un accord pour fournir à plusieurs organismes les données de ses utilisateurs mobiles. Un groupe de chercheurs devrait livrer leurs conclusions d’ici quelques semaines.

Les acteurs de la santé cherchent tous les moyens possibles pour réagir au mieux face à la crise que nous traversons. C’est pourquoi l’opérateur Orange a été sollicité par l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), le Samu et l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) pour fournir les données de ses utilisateurs mobiles. Cet échange de données a permis d’estimer à un million le nombre de personnes qui ont quitté le Grand Paris suite à la mise en place du confinement sur le territoire, le 17 mars dernier. Au total, environ 17 % des Franciliens ont donc migré contre 15 % des Lillois et 13 % des Toulousains, d’après un sondage de la Fondation Jean Jaurès. 

Analyser les comportements et modéliser la propagation de l’épidémie

Pour l’équipe de recherche de l’Inserm pilotée par Vittoria Colizza, la fourniture de ces données a différents buts. Dans un premier temps, les chercheurs vont analyser la mobilité avant et après le confinement. Ils s’intéresseront notamment aux changements dans la mobilité des personnes, apparus avant même la mise en place du confinement. L’objectif est de mieux appréhender comment les comportements évoluent naturellement en fonction des règles instaurées pour lutter contre l’épidémie.

Dans un second temps, les données seront intégrées dans des modèles de diffusion de la pandémie développés par l’équipe afin de mieux prévoir la propagation du virus en tenant compte de la mobilité des personnes. Il s’agit aussi d’identifier les régions à risque, celles pouvant devenir un foyer épidémique, et de modéliser l’impact sur le système sanitaire. Ces informations peuvent s’avérer utiles pour conseiller les décideurs publics afin d’allouer au mieux les ressources de santé sur le territoire. De même, cette étude pourrait servir si une nouvelle crise sanitaire venait à se produire.  

Mieux appréhender comment les comportements évoluent naturellement en fonction des règles instaurées pour lutter contre l’épidémie.

Orange fournit à l’Institut des données anonymisées. Néanmoins, elles sont récoltées par tranche d’âge. Ce paramètre est à prendre en compte en raison des différences de taux de létalité du virus selon l’âge du patient.

Des résultats connus dans quelques semaines

L’organisme a tenu à rassurer : « Il ne s’agira en aucun cas d’étudier les données personnelles de chaque individu ou de retracer les déplacements au niveau individuel », contrairement à ce qui a pu être réalisé en Chine ou à Singapour. L’équipe se bornera à une approche statistique. Concrètement, elle peut connaître chaque jour combien de voyages ont lieu entre un arrondissement de Paris et un canton sur la côte basque.

Compte tenu du contexte, les premiers résultats seront connus dans les prochaines semaines bien que de tels travaux prennent, habituellement, plusieurs mois. Ils pourront être affinés par la suite. Il n’y a pas qu’en France que de telles initiatives voient le jour. Huit grands opérateurs télécoms ont accepté de partager leurs données de géolocalisation de mobiles avec la Commission européenne. Toujours dans le but d’enrayer la propagation du virus.

Victor Noiret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sido Lyon 2022, le plus gros point de ralliement des professionnels de la tech en France

Sido Lyon 2022, le plus gros point de ralliement des professionnels de la tech en France

Les 14 et 15 septembre prochains, acteurs publics et privés de l’écosystème tech seront les bienvenus au Sido Lyon 2022. Deux jours de pointe pour un...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Ce qui change dans le règlement relatif aux dispositifs médicaux

Ce qui change dans le règlement relatif aux dispositifs médicaux

Entré en application le 26 mai 2021, le nouveau règlement européen relatif au contrôle renforcé des dispositifs médicaux (DM) sème le trouble auprès d...

STMicroelectronics et GlobalFoundries fondent en France une méga-usine de puces

STMicroelectronics et GlobalFoundries fondent en France une méga-usine de puces

Portée par un investissement de 5,7 milliards d'euros financé en partie par l’État, avec, à la clé, la création de plus de 1000 postes, la méga-usine...

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

Fondation Cherqui : du médicament générique à une collection unique

À Aubervilliers, les immenses entrepôts des anciens laboratoires de l’entreprise pharmaceutique de Jean Cherqui, initiateur des premiers médicaments g...

Vestack : moduler le futur de la construction

Vestack : moduler le futur de la construction

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Vestack.

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Santé de demain : l'Eldorado des données

Santé de demain : l'Eldorado des données

Données publiques ou données privées ? Altruisme des données ou consentement éclairé de leur partage ? Alors que patients et professionnels de la sant...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message