Covid-19 : Ciblé par Donald Trump, l’UE finance le laboratoire CureVac à hauteur de 80 M€

Le laboratoire allemand CureVac et ses travaux sur un potentiel vaccin contre le Covid-19 ont attiré l’attention de Donald Trump, qui s’est heurtée au protectionnisme de l’Union Européenne. En réponse, celle-ci apporte son soutien au laboratoire dans un contexte de guerre sanitaire et de course à l’armement disputé.

Le laboratoire allemand CureVac et ses travaux sur un potentiel vaccin contre le Covid-19 ont attiré l’attention de Donald Trump, qui s’est heurtée au protectionnisme de l’Union Européenne. En réponse, celle-ci apporte son soutien au laboratoire dans un contexte de guerre sanitaire et de course à l’armement disputé.

Tout a commencé le 3 mars, lorsque l’américain Daniel Menichella, alors PDG du laboratoire allemand CureVac, développant un vaccin contre le Covid-19, rencontre Donald Trump à la Maison Blanche. Un communiqué de presse de la société indique alors qu’il y avait été invité pour « discuter d’un développement rapide d’un vaccin contre le coronavirus ». Une semaine plus tard, M. Menichella est suspendu de ses fonctions jusqu’à nouvel ordre pour des raisons médicales sans lien avec le Covid-19. Curieusement, selon les informations du quotidien Die Welt, relayées par Courrier International, Donald Trump aurait formulé une offre d’un milliard de dollars pour s’offrir le laboratoire, et ainsi l’exclusivité du vaccin contre le Covid-19. Horst Seehofer, ministre allemand de l’Intérieur confirmait alors ces allégations : "Je peux juste dire que j'ai entendu aujourd'hui à plusieurs reprises de la part de membres du gouvernement que c'est exact". 

L’Allemagne s’y oppose fermement, silence radio côté américain

Le gouvernement allemand a fait bloc en réaction à ces révélations, arguant qu’il ferait tout pour que le vaccin soit développé en Europe, a fortiori puisque le laboratoire conçoit son vaccin en partenariat avec l'organisme public CEPI (Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), auquel les États-Unis n’appartiennent pas. L’actionnaire de référence du laboratoire, l’une des plus grandes fortunes d’Allemagne, Dietmar Hopp, s’est également opposé à l’offre de Donald Trump : «Il n’est pas imaginable qu’une entreprise allemande développe un vaccin et que les Etats-Unis l’exploitent en exclusivité.» Dans un tweet, le laboratoire a alors démenti toute offre du président américain. Celui-ci n’a même pas commenté. 

L’Europe protège son poulain …

La présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, s’est alors muée en protectrice du laboratoire allemand, en lui octroyant un financement non dilutif de 80 millions d’euros, examiné depuis par la banque européenne d’investissement. « Dans cette crise sanitaire, il est essentiel de soutenir nos chercheurs et nos industries technologiques de pointe. Nous sommes déterminés à alimenter financièrement CureVac pour accélérer le développement et la production d’un vaccin », a-t-elle déclaré avant de poursuivre : « J'espère qu'avec ce soutien nous pourrons avoir un vaccin sur le marché avant l'automne. »

… dans une course mondiale pour le vaccin …

De fait, CureVac n’est pas le seul laboratoire sur le coup. L'Américain Moderna mène des essais cliniques à Seattle, un des principaux foyers de l'épidémie aux Etats-Unis. Ses compatriotes Johnson & Johnson, Regeneron, Inovio, mais aussi le Français Sanofi travaillent tous au développement d'un vaccin. En Australie, les chercheurs de l'Institut Doherty ont réussi à cartographier la réponse au coronavirus des cellules de défenses immunitaires et des anticorps d'une patiente infectée. Une avancée majeure dans le but de reproduire la réponse immunitaire naturelle du corps au virus.

… que CureVac entame avec une stratégie unique

L’avantage de CureVac dans cette compétition tient au procédé mis en place pour élaborer son vaccin. Le laboratoire travaille sur l’ARN messager, qui code, depuis l’ADN, la production des protéines qui combattent le virus. Si cette technique permettrait de produire les vaccins à grande échelle et à faible coup, il n’existe aujourd’hui « aucun modèle animal de vaccin à ARNm qui corresponde parfaitement aux réponses immunitaires humaines, ce qui explique l'importance des essais cliniques », selon les chercheurs du CNRS de Lyon. Grâce à l’appui financier de l’Union Européenne, le laboratoire pourrait être en mesure de mener ces essais dans quelques mois, et s’ils s’avèrent concluants, gagner cette course où le winner takes it all.

Baptiste Delcambre

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe continentale”

J-M. Richier (HSBC) : “Notre ambition est d’être une banque internationale de premier plan en Europe...

Propulsé en mai dernier au poste de coresponsable de la Banque de financement et d’investissement (BFI) de HSBC Continental Europe à Paris, Jean-Manue...

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Deals de l'année : les opérations qui ont marqué 2021

Qu'elles prennent la forme de rachats, de fusions, d'IPO ou de levées de fonds, les opérations sélectionnées dans ce dossier racontent une période de...

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Altarea Primonial : le nouvel ensemble immobilier

Juin 2021, coup de tonnerre, le géant Altarea annonce l’entrée en négociations exclusives avec les actionnaires de l’ogre Primonial. L’ambition est cl...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en F...

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Marché du M&A : bilan d'une année folle

Le marché des fusions-acquisitions n’a jamais été aussi florissant que depuis le deuxième semestre 2020. Même si ce dynamisme peut paraître incongru d...

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

Gérald Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte