Costume Privé, l’alternative aux maisons de luxe

En rencontrant Guillaume Brazo, fondateur de Costume Privé, on pouvait s’attendre à découvrir un startuper prêt à révolutionner l’habillement masculin. Il n’en est rien. Disruptif par rapport aux maisons historiques, l’entrepreneur vient à la rencontre des clients en salon privé ou sur le lieu de leur choix, pour les conseiller dans l’achat d’un costume avec prise de mesures traditionnelle. Rencontre avec un spécialiste de l’élégance.
Guillaume Brazo, fondateur de Costume Privé

En rencontrant Guillaume Brazo, fondateur de Costume Privé, on pouvait s’attendre à découvrir un startuper prêt à révolutionner l’habillement masculin. Il n’en est rien. Disruptif par rapport aux maisons historiques, l’entrepreneur vient à la rencontre des clients en salon privé ou sur le lieu de leur choix, pour les conseiller dans l’achat d’un costume avec prise de mesures traditionnelle. Rencontre avec un spécialiste de l’élégance.

DÉCIDEURS. Comment est née votre marque?

Guillaume Brazo. Je gérais un pool de clients pour la maison Scabal dont le modèle économique était traditionnel. À l’époque, en pleine ascension d’Uber, j’ai senti que les clients étaient prêts pour la mobilité. Fin 2016, j’ai décidé de lancer ma propre activité de costumes avec l’idée d’apporter du conseil dans une approche multimarque.

Quels détails appréciez-vous en termes d’élégance?

Je revendique plutôt l’esprit italien. L’épaule est plus douce, elle procure aux hommes un certain panache. Pour les vestes, j’aime le cran français du revers, celles de la maison possèdent une boutonnière milanaise réalisée à la main et un dos plombé. Les amateurs apprécient. Pour les pantalons, je travaille une coupe ajustée, plus moderne que la coupe droite.

Quelle technique d’entoilage utilisez-vous?

Ma référence est le semi-entoilé, avec poil de chameau, poil de chèvre et crin de cheval.

Cette association de matières permet d’obtenir un rapport qualité-prix intéressant. Je veille aussi particulièrement à la souplesse du plastron.

Comment qualifieriez-vous la silhouette type de vos costumes?

Avant de définir une silhouette type, je me concentre sur ce que recherche le client. Je fournis aux hommes une solution adéquate selon leur univers professionnel ou position hiérarchique dans l’entreprise. Mon cœur de clientèle se compose d’hommes de 35 à 45 ans qui souhaitent souvent acquérir des valeurs sûres. Mon concept les invite à appréhender une expérience orientée vers l’art de vivre.

Qui sont vos fournisseurs?

J’utilise majoritairement la laine, c’est la matière la plus noble pour réaliser un costume. Je travaille avec six drapiers différents, des Anglais tels Dormeuil, Scabal, Holland & Sherry et des Italiens comme Loro Piana, Vitale Barberis Canonico ou Ariston Napoli.

Mes trois façonniers se situent en Europe et les chemises de la marque sont réalisées en France avec les tissus Thomas Mason.

Comment se déroule l’essayage du costume?

Trois étapes sont indispensables. La prise de mesures permet de déterminer le choix des finitions et la création du modèle. Les réglages, en vue de l’ajustement à la morphologie du client, sont effectués trois semaines plus tard, lors de l’arrivée du costume. Un dernier essayage, lors de la remise du modèle, permet de vérifier une réalisation parfaite.

Costume Privé - Paris

Costume semi-mesure : prix moyen 850 €, exemple pour un modèle en laine, qualité Super 130, tissu Loro Piana.

Chemises : à partir de 140 €.

Accueil en salon privé à Paris (au choix) : Porte Maillot, Haussmann-Saint-Lazare, Bourse, Madeleine, Rivoli…

Informations : costume-prive-paris.com

Par Pascal Martinez-Maxima

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire plaisir »

Louis de Bayser (Salon du dessin) : « Il n'est pas nécessaire d'investir une fortune pour se faire p...

Alors que le Salon du dessin ouvre ses portes à Paris le 27 mars, Louis de Bayser, son président, décrypte un marché encore peu connu du grand public....

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Dessins : l'art de diversifier son patrimoine

Avec un marché structuré, des œuvres variées et une très large palette de prix, le dessin a tout pour séduire amateurs et passionnés. Le lancement, à...

En voiture avec Jérémie Palacci

En voiture avec Jérémie Palacci

Membre du cabinet Netter depuis quinze ans et associé depuis 2012, cet expert en brevets en France et à l’étranger s’est essayé au pilotage de la Rena...

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Le Lutetia : le palace des Parisiens

Après quatre ans de travaux le Lutetia rouvrait ses portes l’été dernier. Résultat : la rive gauche a désormais son palace, avec tous les attendus du...

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Sites de seconde main, un marché cousu d'or

Vinted, The RealReal, Le Bon Coin ou Vestiaire Collective, le secteur de l’occasion fait la fortune de sites d’e-commerce qui dépoussièrent le dépôt-v...

«Je suis une légende»

«Je suis une légende»

Créatif de génie aux talents multiples, Karl Lagerfeld aura « fait Chanel », mais aussi sauvé Fendi, révolutionné Chloé, lancé sa propre marque… Régna...

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Hervé Gastinel (Bénéteau) : « Notre objectif, premiumiser nos bateaux»

Président du directoire de Bénéteau, Hervé Gastinel revient sur la culture de ce groupe au positionnement unique qui propose « de l’inaccessible au...

Au volant avec Jacques Séguéla

Au volant avec Jacques Séguéla

Pour Décideurs Magazine, Jacques Séguéla, publicitaire et pilote chevronné a essayé le Citroën SUV C5 Aircross. Voici son verdict.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message