Les craintes du CNB pour la profession d'avocat

Le Conseil national des barreaux (CNB) a rendu publics les résultats de son enquête sur les conséquences de la crise dans les cabinets. Les conclusions sont préoccupantes : 28 000 avocats pourraient quitter la profession. Une sonnette d’alarme à l’attention de la chancellerie.

Le Conseil national des barreaux (CNB) a rendu publics les résultats de son enquête sur les conséquences de la crise dans les cabinets. Les conclusions sont préoccupantes : 28 000 avocats pourraient quitter la profession. Une sonnette d’alarme à l’attention de la chancellerie.

Entre ceux qui projettent de changer de profession (28 %), les retraites anticipées (6 %) et les fermetures définitives de cabinets (6 %), ils seraient environ 28 000 à quitter la profession dans les prochains mois. Les avocats sont, comme de nombreux autres acteurs économiques, durement touchés par la crise sanitaire. C’est le constat réalisé par leur institution représentative grâce à une enquête ouverte durant quatre jours lors de la troisième semaine de confinement (du 8 au 12 avril). Plus de 10 000 avocats y ont répondu sur les quelque 70 000 qui exercent en France. « Notre profession connaît une situation de crise depuis trois mois. Cette dernière va s’inscrire dans la durée et le plus difficile est devant nous », a commencé par dire Christiane Féral-Schuhl, la présidente du CNB. Les chiffres sont sans appel : 41 % des avocats individuels ont totalement arrêté de travailler et 80 % des répondants déclarent que leur chiffre d’affaires s’est réduit de plus de 50 %.

Renoncer à leur rémunération

L’implication des avocats dans la cité en revanche est notable. Ainsi, ils œuvrent pour la sauvegarde de leur activité et la survie de leurs cabinets. Alors que 91 % des collaborateurs sont en télétravail, ils déclarent tous (à 91 %), quel que soit leur statut (collaborateur ou associé), payer leurs charges sociales et professionnelles. Soixante-dix-sept pour cent d’entre eux vont renoncer partiellement ou totalement à leur propre rémunération pour assurer la survie de leur cabinet. « Les avocats supportent sur leurs propres deniers les conséquences de la crise », constate leur présidente. 

Certains appellent toutefois à l’aide des institutions et des pouvoirs publics : 61% des avocats individuels prévoient de solliciter le fonds de solidarité mis en place par le gouvernement, 28 % se tourneront vers la CNBF, leur caisse nationale, et 20 % demanderont un soutien financier à leur ordre. « La réponse de l’État est insuffisante et inadaptée pour notre profession », commente Christiane Féral-Schuhl.

Les salariés seront les premiers touchés

Cette enquête donne surtout une image des avocats individuels puisque ce sont les plus nombreux à y avoir participé. Leur activité est principalement judiciaire. Ils sont touchés de plein fouet par la fermeture des tribunaux. Le CNB rappelle à ce sujet que le manque d’uniformisation dans l’organisation juridictionnelle actuelle renforce la situation de crise. En effet, les tribunaux fonctionnent en ordre dispersé puisque la ministre de la Justice a donné les clés du plan de continuation à chaque président de juridiction. « Cela a instauré une justice à 164 vitesses, autant qu’il y a de tribunaux en France », regrette Christiane Féral-Schuhl.

Autre élément important : 69 % des répondants affichent un revenu inférieur à 60 000 euros par an. Cela s’explique notamment par le fait que les associés des cabinets d’avocats d’affaires ont certainement considéré que leur seule réponse valait pour l’ensemble de leur cabinet. Il n’en demeure pas moins que la plupart des participants à l’étude exercent en province, ce qui évince les structures aux effectifs les plus importants.

Pour ce qui est des situations les plus sombres, les salariés seront les premiers touchés. L’enquête montre que 1 % des cabinets ont déjà licencié, 6 % seront contraints de le faire prochainement. Il s’agit des fonctions administratives et support des cabinets d’avocats puisqu’une minorité d’avocats exercent sous le statut de salariés. Les collaborateurs seront eux aussi touchés : 10 % des répondants envisagent d’ores et déjà de résilier certains contrats de collaboration. Pour l’heure, les structures semblent relativement préservées puisque seuls 2 % des cabinets envisagent une déclaration de cessation de paiement. Ils sont en revanche 23 % à prévoir une mesure de protection judiciaire de leur cabinet.

Pascale D’Amore

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Avocats d'affaires et coronavirus : les armes contre la crise

S'engager dans la lutte • Surmonter les difficultés • Tirer les enseignements • Préparer l'avenir
Sommaire La digitalisation comme moyen de survie Rester aux commandes de son cabinet Comment communiquer en période de crise ? La rémunération des associés, première variable d’ajustement La solidité financière des cabinets, garantie de leur avenir Les avocats privés de palais Ces avocats spécialistes du contentieux qui ne chôment pas Confidences d’avocats confinés Quand la crise rebat les cartes des practices
Allemagne : Centurion Plus ouvre deux bureaux

Allemagne : Centurion Plus ouvre deux bureaux

Le conglomérat de cabinets d'avocats panafricains Centurion Plus, membre du réseau Centurion, s’implante à Francfort et à Berlin.

Agence de traduction : Acolad s’offre Amplexor

Agence de traduction : Acolad s’offre Amplexor

Le groupe spécialiste de la traduction notamment pour les professionnels du droit Acolad vient de racheter son concurrent luxembourgeois Amplexor. Une...

Nexa Avocats : nouveau cabinet de droit fiscal

Nexa Avocats : nouveau cabinet de droit fiscal

Anne-Lise Chagneau et Mallory Labarrière allient leurs expériences pour créer Nexa Avocats, cabinet qui allie fiscalité des entreprises et des personn...

L’UE favorable à une régulation des locations temporaires

L’UE favorable à une régulation des locations temporaires

C’est par un arrêt du 22 septembre 2020 que la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de déclarer conforme au droit européen la réglementa...

Deloitte Taj coopte deux nouveaux associés

Deloitte Taj coopte deux nouveaux associés

Le cabinet d'avocats affilié à Deloitte, Taj, renforce ses activités en droit fiscal et conseil juridique en nommant associés deux de ses avocats : Ma...

Coopération entre l’AMF et l’AFA

Coopération entre l’AMF et l’AFA

L’objectif poursuivi par l’Agence française anticorruption (AFA) est de bénéficier du concours de l’Autorité des marchés financiers (AMF) lors de sa r...

Création d’un cabinet corporate au Mexique

Création d’un cabinet corporate au Mexique

Un nouveau cabinet dédié au corporate/M&A, droit des médias et du divertissement voit le jour à Mexico, sous le nom de Cornish + Pani Abogados, du...

Alliance italienne entre Deloitte et LabLaw

Alliance italienne entre Deloitte et LabLaw

Deloitte Legal et LabLaw nouent un partenariat stratégique afin de favoriser les synergies entre leurs spécialisations respectives.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message