Covid-19, la French Tech à la rescousse

Pour aider à maintenir l’activité économique malgré le Coronavirus, le secrétaire d’État au numérique a lancé un appel aux start-up de l’Hexagone. Qui répondent présentes.

Pour aider à maintenir l’activité économique malgré le Coronavirus, le secrétaire d’État au numérique a lancé un appel aux start-up de l’Hexagone. Qui répondent présentes.

C’est un fait : l’épidémie de Covid-19 gagne du terrain dans l’Hexagone. Et de plus en plus d’entreprises incitent leurs collaborateurs à privilégier le télétravail. Pour cela, des outils collaboratifs (vidéo-conférence, messagerie en ligne, partage de documents…) sont indispensables. Afin de permettre aux télétravailleurs de maintenir leur productivité, Cédric O, secrétaire d’État au numérique, a lancé un « appel à toutes les entreprises de la tech ». Invité de BFM Business le 10 mars, il a incité les 1 500 membre de la French Tech à la solidarité : « Signalez l’ensemble des solutions que vous êtes prêts à mettre à disposition des entreprises, des administrations et des citoyens ». Un discours qui connaît un véritable écho dans le petit milieu de la tech tricolore.

Outils de télétravail

Du côté des sociétés positionnées sur le secteur du travail à distance la solidarité est au rendez-vous. C’est notamment le cas de Livestorm qui propose « la fonctionnalité de visio-conférence entièrement gratuite et illimitée jusqu’à ce que l’épidémie se résorbe ». Même son de cloche du côté de Wimi qui annonce  « un dispositif d’urgence gratuit, permettant d’équiper en moins d’une semaine jusqu’à 100 000 salariés en confinement en cas de passage au stade 3 de l’épidémie de Covid-19 ».

"Signalez l'ensemble des solutions que vous êtes prêts à mettre à disposition des entreprises, des administrations et des citoyens"

Les salariés amenés à travailler de chez eux ont l’embarras du choix puisque Cloudeezy met aussi gratuitement à disposition sa solution de travail collaboratif. Tout comme les rennais de Klaxoon, leader français de l’organisation de réunions qui propose trois mois d’essai gratuit pour « aider les entreprises à traverser la crise sans aucune contrainte de budget. Klaxoon prend en charge la globalité de ce programme et mobilise une équipe entière à plein temps pour accompagner et assister les utilisateurs à distance. »

D’autres grandes entreprises internationales tiennent également compte de la conjoncture. Cisco a ainsi annoncé que Webex, sa solution de travail à distance offrait des licences en nombre illimité « pour que les entreprises, les administrations et les établissements scolaires puissent travailler à distance ».Pour les entretiens d’embauche, pas de panique, Jobscroller et Jobteaser ont également annoncé que leurs offres de recrutement à distance seraient libres pour tous.

Médecine à distance

Pour faciliter le dépistage, le ministère de la Santé place de grands espoirs dans la télémédecine. Mais, pour cela, il est nécessaire que les start-up de e-santé facilitent l’accès à leurs plateforme. La licorne Doctolib, leader du secteur, indique que « tous les médecins et patients de France peuvent utiliser la consultation vidéo gratuitement ». Effet domino oblige, les concurrents tels que Qare suivent le mouvement.

En plus de la mise à disposition de services de télémédecine gratuits, l'appli Covidom a également été lancée en un temps record. Objectif : faciliter le diagnostic à distance. Lancé par l'APHP, il permet "d'assurer un télésuivi à distance des patients ne nécessitant pas une hospitalisation, sans surcharger les établissements de santé et les médecins généralistes (...). En cas d'urgence immédiate, il est demandé au patient de se mettre en relation avec le 15". Poir le moment, l'application peut être téléchargée sur l'Appstore.

Mesures administratives

Si les start-up françaises peuvent aider les entreprises à limiter les effets du Coronavirus sur l’activité économique, elles peuvent aussi être touchées par l’épidémie. Cédric O estime toutefois qu’il « n’y a pas d’inquiétude systémique », contrairement aux secteurs du tourisme ou de l’évènementiel, il indique que ses services déploient plusieurs mesures. Notamment la mise en place de « chats et de lives sur les réseaux sociaux pour faire en sorte que les créateurs de start-up, qui sont parfois un peu loin de la puissance publique, puissent poser leurs questions et avoir toutes les réponses ».

Il est malheureusement possible que certains acteurs de la tech tricolores une baisse d’activité telle qu’elles recourent au travail partiel. Pour cela, il est nécessaire d’obtenir l’accord du comité d’entreprise. Seul hic reconnu par Cédric O, « certaines d’entre elles grossissent extrêmement vite et n’ont pas encore de comité d’entreprise pour passer en chômage partiel ». Le successeur de Mounir Mahjoubi a promis des mesures juridiques qui devraient être annoncées dans les prochains jours.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus. Qui est le nouveau patron de L’Oréal ?

Nicolas Hieronimus, prendra la tête du leader mondial de la beauté à compter du 1er mai. La récompense ultime pour ce fidèle de la maison qui a grimpé...

Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Arkello Avocats, nouvelle boutique en droit social

Consacrée au droit du travail et au droit de la protection sociale, la structure propose à ses clients une approche transversale et pluridisciplinaire...

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entreprises"

A. Smiti (Rosaly), "L’éducation financière doit faire partie intégrante de la stratégie des entrepri...

Avec Rosaly, l’entrepreneuse Arbia Smiti se lance dans une aventure engagée et engageante. Focus sur une application qui se propose d’améliorer le bie...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Au travail, attention à l’effet Big Brother

Si de nombreux outils permettent de travailler de chez soi ou de gagner du temps, d’autres peuvent servir à espionner les salariés en toute discrétion...

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

C. Weck (Groupe Weck) : "notre secteur est porteur de sens au travail"

Acteur spécialisé dans les solutions d’économies d’énergies et implanté dans le Sud-Ouest depuis quarante ans, le groupe Weck ambitionne de devenir u...

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

N.Estrada (Cdiscount) : "Nous pratiquons la préférence intra-entreprise"

Acteur majeur du e-commerce, Cdiscount est une entreprise en mouvement. Entretien sur fond de transformation et mobilité avec Nathalie Estrada, la d...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte