Coronavirus au Brésil, le fiasco Bolsonaro

Le Brésil est le pays du monde où le virus progresse le plus rapidement depuis quelques jours. Pas de quoi alarmer son président qui continue à combattre le confinement et à parler de grippette.

Le Brésil est le pays du monde où le virus progresse le plus rapidement depuis quelques jours. Pas de quoi alarmer son président qui continue à combattre le confinement et à parler de grippette.

C’est un chiffre qui fait froid dans le dos. Le 13 mai, 881 brésiliens sont décédés du coronavirus et l’épidémie connaît une progression foudroyante alors qu’elle semble en repli presque partout dans le monde. Pour le moment, 12 400 personnes seraient officiellement décédées mais, selon bon nombre d’observateurs, le chiffre pourrait être cinq fois supérieur.

Déni

Cette situation s’explique facilement par l’attitude du président Jair Bolsonaro. Pour lui, les choses sont simples : le covid-19 n’est qu'une grippette et priorité doit être donnée à l’économie. Si certains gouverneurs, notamment à Sao Paulo, ou plus récemment dans les États du nord du pays, ont pris des mesures de confinement, le président est loin de leur apporter son soutien, loin de là… Dans un discours à la nation, le dirigeant d’extrême droite développe une stratégie aux antipodes de celle de ses homologues :  circulez, il n’y a (presque) rien à voir ! "Beaucoup de médias ont exploité le sentiment de peur et propagent la panique. Ils annoncent un grand nombre de morts en Italie alors que c’est un pays avec beaucoup de personnes âgées, contrairement au Brésil. Certes, mais le jour le plus meurtrier connu par l’Italie est le 20 mars avec 627 décès à la clé. Le Brésil se place loin devant avec un record quotidien de 881 victimes alors que l’épidémie n’en est probablement qu’à ses débuts. Même si le pays compte 210 millions d’habitants contre 67 pour l’Italie, les propos sont pour le moins déplacés puisque le Brésil ne semble pas encore avoir atteint le plateau épidémique…

Haro sur le confinement

Logiquement, le confinement est donc un non-sens pour Bolsonaro qui a appelé à "arrêter la politique de la terre brûlée de certains gouverneurs ayant instauré des confinements massifs des transports, des commerces. SI le groupe à risque est celui des plus de 60 ans, pourquoi fermer des écoles ? Il faut revenir à la normalité."

Certains brésiliens manifestent contre le confinement. Ils peuvent compter sur le soutien de leur président !

Ce retour à la normalité passe notamment par des sanctions contre les responsables politiques qui appellent à prendre des mesures sanitaires strictes. Impossible pour le chef de l’État de limoger des maires ou des gouverneurs. Mais, dénonçant un "manque d’humilité", Bolsonaro s’est séparé, le 16 avril de son populaire ministre de la santé Luiz Henrique Mandetta. Ses torts ? Appeler à une "action nationale", inviter à "s’inspirer de ce qui se fait ailleurs" et inciter ses concitoyens à "croire en la science". Intolérable pour le président, militaire de formation qui dirige personnellement la gestion de la crise sanitaire. A sa manière puisqu’il s’est notamment rendu à une manifestation contre le confinement ! Le successeur de Mandetta, Nelson Teich, semble plus docile, ce qui facilite les choses…

Pompier pyromane

Malgré la progression de la pandémie et le fait que le confinement soit la meilleure des protections, le président fait la sourde oreille et entend gérer la crise à sa façon, c’est-à-dire, pour reprendre ses propres mots, "En croyant en Dieu et en gardant la tête haute". Hors de question pour lui de durcir le confinement, comme la raison l’imposerait. Pour le populiste, la priorité est ailleurs. Lundi 11 mai, sans prévenir le nouveau ministre de la santé, il a pris unilatéralement un décret considérant les salles de musculation, les salons de coiffure et les cabinets d’esthéticiennes comme des "activités essentielles".

Bolsonaro a personnellement décrété que les salons de coiffure et les salles de sport resteraient ouverts

Ces commerces resteront donc ouverts, sans obligation de respecter des gestes barrières. Dans une conférence de presse organisée le 12 mai, Bolsonaro assume sa décision en déclarant que "ces secteurs représentent un million d’emplois" et que "celui qui est aujourd’hui à la maison, sédentaire, augmente son taux de cholestérol, le problème de stress. S’il peut aller dans une salle de musculation, il aura une meilleure santé, même chose avec le coiffeur".

Avec cette attitude, Bolsonaro reste fidèle à ses principes : la maladie est sous contrôle. Un avis que ne semblent pas partager les Brésiliens. Le taux de popularité du président de la première puissance d’Amérique du Sud est en chute libre puisqu’elle atteint 36% fin avril contre 48% en janvier. Et encore, ces sondages ne tiennent pas compte de l’hécatombe de ces deux dernières semaines.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gagner la guerre sanitaire : cas pratiques, armes et boucliers

La guerre sanitaire contre le Covid-19 se joue sur de très nombreux terrains. Déclarations politiques, plans d'action, stratégies de déconfinement, cas pratiques pays, mais aussi armes sanitaires pour remporter la bataille contre le virus, telles que les masques, respirateurs et vaccins, Décideurs fait le point sur cette pandémie inédite en ampleur.
Sommaire La bataille du vaccin est lancée A.Calvo (NG Biotech) : "Nous pourrons produire un million de tests par mois en juillet" Essais cliniques. Où en est la recherche ? Tracer les cas contacts : l'apport "indispensable" des applications numériques de tracing Contrôles de température : indispensable plan B contre les clusters de Covid-19 Demain, ouvrez une porte avec le pied ! L'immunité, clé d'une guerre d'usure contre le Covid-19 Isolement des malades, le casse-tête français Stop Covid, double feu vert !
Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

Edito : Chine - Russie, une relation (très) déséquilibrée

La guerre en Ukraine oblige Moscou à se tourner vers Pékin. Un choix contrait qui pourrait pénaliser la Russie à moyen-terme

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Les défis de Pap Ndiaye à l’Éducation nationale

Renouer avec les enseignants, relever le niveau des élèves, promouvoir l’enseignement républicain… Plusieurs chantiers majeurs attendent le nouveau mi...

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

Parti socialiste : bientôt l’implosion ?

L’accord noué avec LFI crée plus de remous que prévu au parti socialiste qui subit une fronde venue en grande partie du Sud-Ouest. La vieille maison n...

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Gabriel Attal, un coup de jeune pour les comptes publics ?

Nommé ministre délégué au Budget, le trentenaire hérite d'un poste qui sert de tremplin.

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Catherine Colonna, l’expérimentée du Quai d'Orsay

Peu connue du grand public, la nouvelle ministre des Affaires étrangères est pourtant l’une des diplomates les plus chevronnées de l’Hexagone. La chir...

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Logement : ministère amer

Logement : ministère amer

Malgré les interpellations multiples dénonçant une campagne au cours de laquelle la question du logement est restée très secondaire, en dépit des aler...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message