Essais cliniques. Où en est la recherche ?

Quelque 460 essais cliniques contre le Covid-19 sont aujourd'hui répertoriés dans le monde. Une recherche aussi foisonnante que limitée : tous visent en effet à tester des médicaments déjà existants, et repositionnés opportunément contre le coronavirus.

Quelque 460 essais cliniques contre le Covid-19 sont aujourd'hui répertoriés dans le monde. Une recherche aussi foisonnante que limitée : tous visent en effet à tester des médicaments déjà existants, et repositionnés opportunément contre le coronavirus.

La recherche pharmaceutique est un travail de longue haleine : une dizaine d'années sont traditionnellement nécessaires pour mettre au point un médicament innovant. Une approche sur mesure impossible à déployer face à un virus qui débarque sans prévenir. Les chercheurs n'ont alors pas d'autres choix que de tester d'anciennes molécules. Une technique de "repositionnement" bien connue des industriels, notamment dans le domaine des maladies rares, qui limite les investissements nécessaires. Surtout, elle permet de tester sans attendre les traitements (dont la sûreté a déjà été prouvée) sur des patients.

De l’éprouvette à l’homme

En identifiant les mécanismes du Covid-19 sur l'organisme, les chercheurs ont rapidement établi une liste de médicaments potentiels. L'occasion d'ailleurs de tester de nouvelles techniques d'intelligence artificielle et de big data pour passer en revue des milliers de molécules en un temps record. En France, Pharnext a ainsi dressé courant mars une liste de 97 médicaments candidats au repositionnement, et déjà utilisés contre des maladies fréquentes comme le diabète et l'hypertension.

Ces molécules sont ensuite testées in vitro contre le coronavirus ou sur des modèles animaux. Les chercheurs chinois ont logiquement été précurseurs, en identifiant plusieurs molécules prometteuses en éprouvette, dont la fameuse hydroxychloroquine. Malheureusement, les voies de la biologie sont parfois impénétrables, et les chercheurs n'arrivent que rarement à répliquer sur les patients les résultats positifs obtenus en laboratoire. Et même lorsqu'un effet positif est démontré face à un placebo ou le traitement standard, il ne faut pas en attendre un bénéfice pour tous les patients : seules les statistiques sur une échelle assez large permettront de conclure sur son efficacité réelle.

Les différentes approches

Plusieurs approches thérapeutiques sont testées aujourd'hui. Elles ne s'opposent pas forcément et pourront ainsi permettre d'établir un panel d'options, en fonction notamment du degré de gravité de la maladie. Parmi les médicaments contre le virus, on retrouve les antiviraux, comme le remdesivir du laboratoire américain Gilead. Pas encore commercialisé, il a été initialement développé contre le virus Ebola. C'est aujourd'hui l'une des pistes privilégiées, avec déjà des résultats positifs dans certaines études. En revanche, puisque son rôle est d'abord de bloquer la réplication du virus, il doit être administré à un stade précoce de la maladie, avant que le Covid ne submerge le système immunitaire.

Le favipiravir du japonais Fujifilm se démarque également, même si son utilisation est curieusement encore limitée dans le monde. Des résultats positifs ont pourtant été annoncés en Chine et au Japon. L'antipaludéen hydroxychloroquine fait également l'objet de nombreuses recherches. Mais les premiers résultats sont clairement décevants. Les médecins suédois ont d'ailleurs abandonné son utilisation en dehors des essais cliniques, jugeant son efficacité limitée, tout en suspectant certains effets secondaires graves. La combinaison anti-VIH lopinavir/ritonavir est de son côté testée dans une quarantaine d'essais. Là encore, les premiers résultats n'incitent pas non plus à l'optimisme.

Éviter l'emballement immunitaire

D'autres médicaments sont testés à des stades plus avancés de la maladie. Comme les formes les plus virulentes de la grippe, le Covid-19 provoque chez certaines personnes une inflammation dérégulée du tissu pulmonaire. Cette réponse de l'organisme pour éliminer le virus, qualifiée de « tempête », entraîne une brutale sécrétion de certains médiateurs du système immunitaire, qui deviennent incontrôlables et provoquent des lésions sévères des poumons, avec un risque de syndrome de détresse respiratoire aiguë.

Plusieurs traitements permettent de contrer cette réaction hyper-inflammatoire, caractéristique de plusieurs autres maladies. L'Actemra, traitement de la polyarthrite rhumatoïde du laboratoire Roche, par ailleurs utilisé contre le syndrome immuno-inflammatoire chez certaines personnes atteintes d'un cancer, a ainsi obtenu des résultats très positifs lors d'une étude menée en France par l'AP-HP auprès de patients atteints d'une forme sévère de l’infection. Le Kevzara de Sanofi, qui a le même mécanisme d'action, fait aussi l'objet de plusieurs essais prometteurs. Tout comme le Jakavi de Novartis, habituellement indiqué pour éviter une hyperréaction du système immunitaire après une greffe.

La piste de l’immunothérapie

L'une des pistes les plus innovantes est conduite par le laboratoire japonais Takeda, en partenariat avec les acteurs industriels du plasma : le français LFB, l'australien CSL Behring, le suisse Octapharma, l'allemand Biotest et le britannique BPL. Il s'agit de développer une immunoglobuline spécifique dénommée TAK-888, extraite du plasma de personnes ayant guéri de la maladie. Une "immunité" ensuite transférée aux patients. L'approche n'est pas nouvelle : elle a déjà fait ses preuves contre des maladies très agressives, notamment des cas graves de tétanos. Plusieurs essais de ce type ont déjà été lancés, avec un certain succès. Mais elle reste complexe et coûteuse à réaliser, d'où un faible nombre de patients traités aujourd'hui.

Fabien Nizon

Retrouvez ici notre dossier spécial "Gagner la guerre sanitaire"

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Gagner la guerre sanitaire : cas pratiques, armes et boucliers

La guerre sanitaire contre le Covid-19 se joue sur de très nombreux terrains. Déclarations politiques, plans d'action, stratégies de déconfinement, cas pratiques pays, mais aussi armes sanitaires pour remporter la bataille contre le virus, telles que les masques, respirateurs et vaccins, Décideurs fait le point sur cette pandémie inédite en ampleur.
Sommaire Le défi des respirateurs La question des masques La bataille du vaccin est lancée A.Calvo (NG Biotech) : "Nous pourrons produire un million de tests par mois en juillet" Tracer les cas contacts : l'apport "indispensable" des applications numériques de tracing Contrôles de température : indispensable plan B contre les clusters de Covid-19 Demain, ouvrez une porte avec le pied ! L'immunité, clé d'une guerre d'usure contre le Covid-19 Coronavirus au Brésil, le fiasco Bolsonaro
P. Loustric (Scentys) : "La communication a été essentielle"

P. Loustric (Scentys) : "La communication a été essentielle"

Pierre Loustric, président de Scentys, partage son expérience managériale des dernières semaines. Le chef d'entreprise revient également sur sa straté...

B. Guimbal (Hélicoptères Guimbal) : "Je me prépare à une diète salutaire"

B. Guimbal (Hélicoptères Guimbal) : "Je me prépare à une diète salutaire"

Patron de la PME Hélicoptères Guimbal, Bruno Guimbal évoque sa réorganisation dans le contexte de crise sanitaire et son cap pour les années à venir....

J. Ginart (Relais vert) : "La solution se trouve dans le collectif"

J. Ginart (Relais vert) : "La solution se trouve dans le collectif"

Grossiste biologique, Relais vert se compose de 250 salariés sur site. En période de crise sanitaire, l'entreprise s'adapte. Son patron, Jérémie Ginar...

L. Pottier Caudron (Temporis) : "L’économie n’est qu’une succession de crises et de relances"

L. Pottier Caudron (Temporis) : "L’économie n’est qu’une succession de crises et de relances"

Bien s'entourer : l'un des secrets des leaders pour resister à la crise. Laurence Pottier Caudron, présidente fondatrice de Temporis, partage son expé...

Covéa met fin aux négociations avec Exor pour le rachat de PartnerRe

Covéa met fin aux négociations avec Exor pour le rachat de PartnerRe

L’incertitude liée aux conséquences de la pandémie Covid-19 rend difficile la valorisation du réassureur PartnerRe, détenu par la famille Agnelli. Cov...

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier"

Malgré les difficultés économiques provoquées par les mesures de confinements imposées pour enrayer l’épidémie de Covid-19, les sociétés de gestion im...

F. Bieber (Kwanko) : "Cette période de crise exacerbe les émotions"

F. Bieber (Kwanko) : "Cette période de crise exacerbe les émotions"

Entreprise de croissance spécialisée dans la performance marketing, Kwanko a rapidement anticipé la crise. Son patron, François Bieber, revient sur le...

A. Hezez (Richelieu) : "Christine Lagarde fera tout pour maintenir la stabilité économique de l’UE"

A. Hezez (Richelieu) : "Christine Lagarde fera tout pour maintenir la stabilité économique de l’UE"

Contrairement à la crise de 2008, les banques centrales ont répondu de manière rapide et massive face à la crise du coronavirus. Pour assurer leurs rô...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message